Retours sur la conférence du photographe et anthropologue Christian Vium

Parce que les blagues plus courtes sont les meilleures, AHA vous propose un bref feedback d’un de nos dernier événement. C’est moi, Madeleine, qui prend la plume, que j’ai voulu légère.

Alors voilà.

Le 14 mai 2018, l’anthropologue et photographe Christian Vium nous a fait l’honneur de se déplacer à Bruxelles, depuis l’Université d’Aarhus, pour un exposé organisé dans le cadre du cycle de conférence en anthropologie du LAMC.

Hé bon, c’était super.

Avec Noémie Marcus, on avait regardé son travail sur son site (christianvium.com), et on avait plein de questions.

On se demandait quelle valeur était accordée à l’esthétique au moment de produire une narration visuelle sur le réel et est-ce que cette démarche était avouée dès le départ. Parce que, qu’est-ce que le beau ? La recherche d’esthétique faisait-elle disparaître certains aspects de la réalité sociale (plus facilement conceptualisable par écrit), où permettait-elle au contraire d’ouvrir des registres de connaissances alternatifs sur nos terrains (émotionnel et politique, par exemple).

Malgré la volonté de Christian Vium de déconstruire l’imaginaire photographique empreint de colonialisme, on craignait les glissades sur la pente de l’exotisation, conséquences de la réification esthétique d’une personne par son portrait. Après tout, ne parle-t-on pas de « cliché » ? Une image arrêtée, fixe et soumise au dispositif photographique qui, dans une démarche anthropologique, rappelle les biais allochroniques et fixistes, passant à côté de l’aspect dynamique et mouvant de la réalité sociale.

Bon, et puis, il y avait aussi la relation du photographe avec les gens qu’il rencontrait. Comment il négociait sa place et, surtout, son appareil photo. Il devait bien exister des contextes où la photo était une pratique plus naturelle (parce qu’associée au journalisme ou au tourisme, par exemple) et d’autres où, au contraire, la photo était plus délicate.

On n’est pas restées sur notre faim.

Christian Vium a anticipé chacune de nos questions en s’attachant à nous démontrer l’intérêt heuristique de sa pratique photographique sur le terrain. Sa série « Encounters », impliquant images d’archive, photos de familles des gens qu’il rencontrait, et ses propres shootings a permis de mettre en évidence qu’un projet photo, c’est finalement un prétexte à interpellation comme un autre, un catalyseur, qui délie les langues, mais pas que.

 © Cristian Vium

Placé dans une perspective diachronique, les séries de photos qui ont été présentées rendent incontournable la question coloniale. Par sa démarche collaborative (laissant le choix aux personnes finalement photographiées de décider de leurs poses, de leurs mises en scène ou des scènes quotidiennes qu’elles souhaitent immortaliser), le photographe et anthropologue déconstruit l’idée de passivité et de soumission des individus face au dispositif photographique. Il insiste sur leur agency, leur appropriation de l’histoire et du média, les jeux narcissiques, les interdits tacites et, par l’usage du portrait filmé, dévoile les coulisses de l’acte de photographier.

Tout ce processus, dont l’intérêt permet de se créer de la légitimité et de désamorcer les critiques vis-à-vis du potentiel déséquilibre utilitariste de la relation photographe/photographié, demeure toutefois invisible à la vue de la photo seule et passera toutefois par l’écrit ou la parole, nécessitant donc un accompagnement des photos pour que l’aspect collaboratif soit explicite. Avec beaucoup de lucidité, Christian Vium a fait preuve d’une analyse réflexive surprenante à cet égard, concédant ainsi les limites conceptuelles du visuel dans une démarche socio-anthropologique.

Cette réflexivité l’a d’ailleurs amené à questionner sa place d’homme blanc et l’asymétrie que provoque l’appareil photo et la situation d’entretien sur le terrain, ce qui outrepasse évidemment le cadre précis de la démarche photographique, renvoyant ainsi à des questionnements plus généraux sur la légitimité et la place des anthropologues en des terrains (post-)coloniaux.

Quant à l’esthétique, on conçoit aisément comment des questions éthiques (d’anonymat notamment) et pratiques ont influencé certains choix de flou et de noir et blanc pour sa série « The departed », sur le voyage entrepris par des migrants d’Afrique de l’ouest en route vers l’Europe et ce, sans compter l’aspect émotionnel (angoisse, drame) et narratif (le mouvement, la transformation personnelle). Il était toutefois intéressant de discuter comment Christian Vium s’est retrouvé piégé dans une certaine forme esthétique, supposée servir le fond, dans la quête de distinction face à la déferlante journalistique et comment l’accusation de subjectivité artistique soulève la question de la sémantique photographique. Après tout, une photo est-elle plus objective si elle est « réaliste » ?

© Cristian Vium

Parmi tant d’autres sujets abordés, on retiendra également l’importance de l’édition, de l’agencement des photos et de la mise en place des expositions, qui jouent un rôle crucial dans la narration et le sens que les images prennent. Au contraire des publications scientifiques, les productions visuelles sont par ailleurs plus enclines à la diffusion à un plus large public, suscitant ainsi des discussions et débats susceptibles de faire resurgir de nombreux questionnements épistémologiques et méthodologiques propres aux sciences sociales.

Car, si la photographie propose un regard sur le réel différent par rapport à l’approche socio-anthropologique classique, avec ses limites, ses obstacles et ses plus-values, elle permet malgré tout, par les points de convergence où ces deux démarches se rencontrent, d’interroger de manière originale les bases sur lesquelles repose l’analyse du monde social.

Christian Vium cherchait une liberté narrative difficilement concédée dans les revues scientifiques classiques, osant passer le pas du surréalisme, particulièrement appréciable dans l’édition et l’exposition de sa série « Ville nomade ». Il embrasse ainsi le lâcher prise vis-à-vis de l’interprétation de ses photos par le public, renonce au pouvoir argumentatif de l’écrit, pour se concentrer sur le plaisir procuré par le laisser-aller créatif et la reconnaissance de la plasticité potentielle de nos terrains d’étude.

© Cristian Vium

Finalement, avec l’AHA, c’est tout ça qu’on recherche. Expérimenter, prendre du plaisir, s’ouvrir des portes et des fenêtres et affronter les courants d’air. Attention, le petit oiseau va sortir.

14 Propositions pour une sociologie visuelle et filmique

La Sociologie visuelle regroupe actuellement les sociologues qui utilisent dans leurs recherches les images fixes ou animées existantes. Tout en associant ces sociologues, le Réseau Thématique de l’association française de sociologie « Sociologie Visuelle et Filmique » a pour objectif de réunir les sociologues qui réalisent ou qui participent à la réalisation des documentaires sociologiques.

Ensemble, ils et elles proposent un MANIFESTE comprenant 14 propositions pour une sociologie visuelle et filmique

Les propositions suivantes résultent d’un travail de confrontation entre spécialistes des sciences humaines et cinéastes. Ce Manifeste pour une sociologie visuelle et filmique a pour objectif d’associer la démarche du sociologue proprement dite à celle du documentariste.

Ce champ relève à la fois du prolongement d’une démarche qui a existé dans les années 1950-1970 et de sa renaissance ou de sa re-création ; reconnaître le caractère cumulatif de la démarche participe d’ailleurs de son développement.

La sociologie qui s’est construite dans la confrontation avec les autres disciplines comme une activité scientifique a créé les méthodologies d’une approche qui la légitime dans le champ des connaissances. Relire le processus de production scientifique de l’écrit nous permet de mieux comprendre ce qui peut générer le processus de production scientifique sociologique par l’image et le son.

Longtemps négligée ou non posée comme essentielle, dans le développement d’une production abstraite, la perception visuelle et sonore a retrouvé chez nombre de sociologues son droit de cité. En effet, celle-ci participe pleinement de la construction de l’objet, moment fort de la problématisation qui repose sur la mobilisation de l’appareil conceptuel s’articulant au travail de terrain. Cet ensemble fonde le background du sociologue, ce par quoi il a été initié, ce par quoi il se distingue et qui participe du processus de production d’une représentation du réel. Les écrits sociologiques qui en découlent sont à leur tour réinterprétés à l’aune des savoirs et des perceptions du lecteur.

Penser le processus de production scientifique dans le documentaire sociologique relève d’une démarche similaire. Les couples réalité/perception sensorielle, construction de l’objet/travail de terrain, appareil conceptuel/enquête préalable sont aussi mobilisés par ce même background du sociologue documentariste. Mais la captation sensorielle acquiert ici un autre statut, la vue et l’ouïe y sont visibles et audibles à travers l’image et le son et participent pleinement de la construction de la représentation du réel. Le cadrage, le choix des séquences, le hors champ, le son, les mouvements de caméra, le rythme, le choix des temporalités qui s’opèrent dans la prise de vue et le montage rendent compte explicitement du point de vue, tandis que la diffusion du documentaire à l’écran le confronte à la réception et au background du spectateur.

Ce manifeste loin de vouloir normer ce champ a pour objectif de favoriser les débats et les réflexions pour que soit reconnue l’écriture visuelle et filmique de la sociologie.

Pour lire ledit manifeste: https://rt47.hypotheses.org/manifeste/quatorze-propositions-pour-une-sociologie-visuelle-et-filmique

 

Ecrire un article scientifique en format BD – Lucie Smolderen et Romain Minguet, « Un fil d’Ariane dans le Dendi »

Publier un article scientifique en format BD? Lucie Smolderen (CAC- ULB) et Romain Minguet ont relevé le défi.

Leur article, « Un fil d’Arianne dans le Dendi », a été publié en 2013 dans la revue « Techniques et Culture » (disponible à l’adresse suivante: https://tc.revues.org/734). Il combine à la fois une contextualisation des données ethnographiques et un retour méthodologique d’une enquête de terrain.

img-9

 

EHESS – Méthodes visuelles et sensorielles

Ce 31 Janvier 2017 aura lieu l’atelier doctoral « Méthodes visuelles et sensorielles » à l’EHESS (Paris).

Séance 3: SOUND STUDIES avec la participation de Jean-Paul Thibaud (DR, CNRS – Cresson) et Marina Rougeon (Labex Comod – ENS Lyon).

16195418_1891896254363296_7755989975514423360_n

Entrée libre (190 Av. de France, 75013 – Métro: Quai de la Gare).

Plus d’info : https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1334/

La Semaine Du Son à Bruxelles

La Semaine du Son aura lieu du 30 Janvier au 5 Février 2017, dans divers lieux de Bruxelles, et c’est gratuit.

logo-1

Le projet de la Semaine du Son est né à Paris il y a une dizaine d’années dans la tête d’un ingénieur acousticien français, Christian Hugonnet, qui regrettait de voir les questions liées au sonore se cloisonner entre professionnels. C’est pour étendre le débat à un large public et sensibiliser le monde politique sur ces questions qu’il imagina une semaine événementielle autour des questions du sonore.

Ce projet s’est développé au point qu’il existe aujourd’hui dans 50 villes françaises ainsi qu’à Genève, Montréal et Athènes, en Argentine, au Mexique, en Colombie et à Bruxelles. Travaillant tous sous le même label, chaque partenaire jouit d’une totale liberté de programmation.

bnaemilio-lopez-menchero

La semaine du son c’est :

  • Des artistes et des chercheurs
  • Des spécialistes, professionnels ou passionnés
  • Des conférences et ateliers
  • Des performances et concerts
  • Des parcours sonores et tables rondes…
  • Dans au moins 15 lieux différents de Bruxelles !

La semaine du son est surtout une réflexion ouverte, informative et didactique dans les domaines :

  • De la création (les écritures, les paysages sonores, la musique, la radio, le cinéma, les installations vidéo…)
  • De la diffusion (qualité, moyens et formes de diffusion, les supports…)
  • Environnemental (architecture, acoustique des lieux, nuisances sonores…)
  • Et de la santé (niveaux sonores, santé auditive, subjectivité des sons…).

Plus qu’un festival, la Semaine du Son est un événement sociétal qui éveille nos résistances, nos espoirs et nos attentes dans le domaine du sonore.

Appel à film de la part de l’association Filmer le travail

La 8e édition du festival Filmer le travail aura lieu du 10 au 19 février 2017 à Poitiers et sera rythmée par différents événements tels que la compétition internationale, des rétrospectives de films, des séances spéciales, des rencontres professionnelles et le concours FILME TON TRAVAIL. 

Ce concours est ouvert à tous et toutes.

Tous les genres sont acceptés (fiction, documentaire, expérimental, clip, stopmotion, portrait, interview, court métrage, etc.) avec pour seule condition que le film ne dépasse pas 15 minutes. Les vidéos choisies seront projetées lors d’une séance spéciale pendant le festival Filmer le travail 2017.  Deux caméras ou prix équivalents d’une valeur de 1200 € et 800 € sont à gagner.

Inscription des films avant le 16 janvier 2017.

Voir site: http://filmerletravail.org/archives/10850

fftlogo-530x353L’association Filmer le travail est le fruit d’un partenariat entre l’Université de Poitiers, l’Espace Mendès Fr
ance (EMF) et l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT).

Elle vise trois grands objectifs:

  • Cinématographique. Faire connaître à un public large la production cinématographique sur le thème du travail à un moment où l’on assiste à un retour du travail dans le cinéma, une multiplication des images et à une redéfinition des frontières entre réel et fiction.
  • Scientifique. Analyser et dynamiser l’usage de l’image (fixe ou animée) en Sciences sociales.
  • Citoyen. Ouvrir un espace de réflexion et de débats sur l’évolution et l’avenir du travail.

Coupé/Décalé: Un dialogue entre le Cinéma, la Danse et l’Anthropologie

06 > 08.12.16 20:00 – 23:00 Bruxelles La Raffinerie

Automne 2016 : « Le Corps et la Caméra en jeu dans les rituels de transe et de possession »

« La danse donne à voir des signes et des symboles. Quand les gens dansent ils organisent, acquièrent, font l’expérience de, communiquent, et représentent du savoir et des croyances ». Dird Williams
media_1145_940_400

La danse peut être abordée sous de multiples approches, comme pratique corporelle, performance artistique, sociale, rituelle ou festive. Pour ce prochain cycle Coupé/Décalé, la thématique de la transe et de la possession sera appronfondie.

Lors de ces trois soirées seront présentés les travaux de divers artistes, vidéastes en dialogue avec les réflexions de chercheurs en anthropologie et anthropologie visuelle.

Le projet Coupé/Décalé est né d’une initiative de trois jeunes femmes, Maité Jeannolin, danseuse, Charlotte Marchal, chef opératrice et Justine François, anthropologue.

Entrée: Prix Libre

Plus d’informations voir : http://www.charleroi-danses.be/fr/component/flexicontent/item/2856-coupe-decale?Itemid=491

Séminaire transdisciplinaire l’image-document

file-2302

A partir d’une problématique chaque fois renouvelée, ce séminaire transdisciplinaire envisage les enjeux de l’image-document et appréhende ce que peut recouvrir dans toute sa diveristé et complexité la notion de document associée à différents champs d’études. Des études de cas sont dispensées par des invités de renom issus de différents champs de la connaissance et de l’histoire des formes.

« Lorsque le BAL m’a demandé d’imaginer un ‘thème’ général de réflexion sur l’image – un thème que j’aimerais voir discuté et approfondi par des artistes, des penseurs et des spécialistes – l’enjeu n’était d’emblée pas de faire un ‘état des lieux’ de la pensée des images aujourd’hui. Je voulais, au contraire, une approche marquée par la subjectivité et l’expérience de chacun d’entre nous qui regardons, fabriquons ou interprétons les images. J’aimerais ne jamais complètement quitter ce lieu-là, qu’il s’agisse d’une expérience collective ou intime. L’idée, donc, serait de mieux comprendre l’effet de certaines images sur nous : comment elles s’inscrivent en nous, nous déplacent, nous transforment. L’image comme événement dit cela : que l’image émise, fabriquée, enregistrée, perçue, mais aussi fantasmée, est le lieu possible d’une apparition qui modifie l’ordre et le cours des choses. Une rencontre avec l’image qui détermine un avant et un après. Une image décisive, sans retour. »

Bertrand Schefer, modérateur du séminaire, est écrivain et réalisateur. Il a coréalisé avec Valérie Mréjen le film En ville (2011) et publié aux éditions P.O.L Cérémonie (2012), La photo au-dessus du lit (2014), Martin (2016).

INTERVENANTS

Gwenaëlle Aubry, romancière et philosophe, chercheuse au CNRS

Jean-Marc Chapoulie, cinéaste et commissaire d’exposition

Mehdi Belhaj Kacem, écrivain et philosophe

Cecile Boëx, politologue spécialiste des usages de la vidéo en contexte de révoltes et de conflits dans le monde arabe

Caroline Champetier, directrice de la photographie et réalisatrice

Antoine D’Agata, photographe

Marcelline Delbecq, artiste

Agnès Geoffrayartiste

Irène Jacob, comédienne

Gérard Lefort, journaliste et critique de cinéma

Sébastien Lifshitz, réalisateur et scénariste

Arthur Nauzyciel, metteur en scène et comédien, directeur du Théâtre National de Bretagne (TNB)

Clara Schulmann, historienne de l’art et critique

Olivier Zabat, artiste et réalisateur

 

Infos pratiques

Le séminaire a lieu à L’EHESS

École des Hautes Études en Sciences Sociales

105, Bd Raspail 75006 Paris

Gratuit sur inscription

250 places

Plus d’infos sur : http://www.le-bal.fr/2016/09/limage-evenement-interieur