Faire et défaire #5 : L’eau sacrée, un documentaire d’Olivier Jourdan

Faire et Défaire #5: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La cinquième séance du cycle de projection se tiendra le mardi 8 mai, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire court-métrage d’Olivier Jourdan, L’eau sacrée, sélectionné et promu à l’occasion de multiples festivals tels que  FEST (2017), MICE (2017), SOLE LUNA DOC PALERMO (2017), MIRAAS DOC (2017), SIMA (2017), et bien d’autres.

Synopsis: Guidé par Vestine, star extravagante des nuits radiophoniques, le film part à la découverte de la sexualité rwandaise, en quête de l’eau qui jaillit du corps des femmes et nous dévoile avec humour et spontanéité le mystère de l’éjaculation féminine. Sacred Water confronte le public occidental à sa propre intimité et l’immerge dans la société rwandaise d’aujourd’hui par le biais de son héritage le plus secret: le plaisir féminin.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: http://sacredwater-movie.com

Faire et défaire #4: Noi

Faire et Défaire, le Cycle de Projection de Cinéma Socio-anthropologique.

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 19 avril, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire court-métrage d’Aline MagrezNoi, sélectionné et promu à l’occasion de divers festival tels que l’Internationale Kurzfilmtage en 2016, le BSFF en 2017, le Festivalil International de film NexT en 2017 et L’IndieLisboa en 2017.

Synopsis: Une traversée d’Hanoï, qui s’achève à la tombée de la nuit. Dans des rues étroites défilent les visages des passants et des travailleurs, l’innocence des enfants, et les machines grondantes.

L’entrée est libre

Plus d’info:

http://www.fide.festivaldoc.com/2017-films/noi/

https://aha.hypotheses.org

Faire et Défaire #3: Mijn ouders et moi

Faire et Défaire: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 8 mars de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire de Stéphane Bergmans “Mijn ouders et moi”, sélectionné au festival “Filmer à tout prix” en 2013. En guise d’avant-gout, voici le synopsis:

A 28 ans, après une rupture amoureuse, le réalisateur Stéphane Bergmans se retrouve temporairement sans logement et il se voit contraint de retourner vivre chez ses parents. Mais en emménageant dans la maison qui l’a vu grandir, le cinéaste a l’étrange impression de revenir habiter dans une famille d’accueil. Instinctivement, il se met à filmer ses parents en tentant de répondre à l’étrange question qui lui est venue à l’esprit: « Mais qui sont donc ces étrangers ? »

Faire de l’étrange du familier ou transformer le familier en étrangeté est au coeur de la demarche anthropologique. Le documentaire de Stéphane, par son abordage résolument intimiste, pose la question de cette étrange familiarité de manière tendre et savoureuse.

 

D’autres manières de lire le monde: Séminaire du CES

 
Séminaire du CES – Prochaine séanceD’autres manières de dire le monde

Traditionnellement, les chercheur.e.s en sociologie et en anthropologie racontent leur travail scientifique en ayant recours au langage écrit, dans des articles ou des ouvrages, ou au langage oral, lors de séminaires et autres colloques. Pourtant, d’autres manières d’en rendre compte existent qui empruntent des voix.es issues d’autres disciplines académiques, comme l’architecture, l’archéologie et la géographie, ou encore puisées dans des domaines artistiques comme la photographie, le dessin, la vidéo, la muséographie, les arts textiles ou encore le théâtre.

Pour cette année académique, le séminaire du CES se propose de les explorer à partir de travaux menés en son sein et dans d’autres lieux, universitaires et associatifs.

Mardi 13 mars – Enregistrer le monde [séance 4]

Les outils de l’enregistrement sonore ont très tôt été saisis par les chercheur.e.s des sciences sociales. Classiquement, ils.elles les utilisent à des fins de recherche, pour recueillir les discours des informateurs ou à des fins de restitution. Mais d’autres usages existent : archiver des expériences racontées, documenter une problématique de sciences sociales, collecter les bruits de notre environnement, capter des univers sonores, accéder à des expériences sensibles… Cette séance interrogera les usages et les apports de l’enregistrement sonore pour les sciences sociales. Quelle est la spécificité des matériaux sonores ? Comment sont-ils fabriqués et puis utilisés ? A quelles dimensions du social permettent-ils d’accéder ? Comment les faire « parler » en langage de sciences sociales ?

Temps 1. Enregistrer des descriptions in situ d’ambiance
Emmanuelle Lenel, est sociologue et membre du CES et du CASPER à l’Université Saint- Louis – Bruxelles.
Dans son intervention, elle réfléchira à partir de sa propre expérience de recherche à la particularité d’un matériau constitué de commentaires in situ recueillis au cours de parcours commentés sur des ambiances de quartiers, et à ses usages possibles dans le cadre d’une recherche en sciences sociales. Quelle attitude le.a chercheur.e doit-il.elle adopter pour pouvoir recueillir ces données par nature éphémères et déposées en situation ? A quelles dimensions de l’expérience permettent-elles d’accéder, et à quelles conditions ?

©2018 CES – Université Saint-Louis | 43 boulevard du Jardin botanique – 1000 Bruxelles

Web Version Forward Unsubscribe

Powered by Mad Mimi® A GoDaddy® company

Temps 2. Fabriquer une histoire et une mémoire sonore urbaine / Le cas de BNA- BBOT
Séverine Janssen est philosophe et coordonne le collectif BNA-BBOT, Bruxelles nous appartient – Brussel behoort ons toe.

Depuis près de 20 ans, BNA-BBOT recueille, selon divers dispositifs, des récits et sons de Bruxelles. Elle présentera le travail de ce collectif qui vise à historiciser et archiver dynamiquement un ensemble local d’expériences dites. Le ressort de cette micro-histoire est le son, son écriture, la voix. La voix comme micro-trace irréductible à toute frappe textuelle, à toute présence visuelle. Collection indéfinie de voix et de sons surgis d’un temps vécu, la collection sonore de BNA-BBOT forme une biographie vivante et organique de la ville. Elle dit la ville telle qu’elle est parfois, telle qu’elle aurait pu être, telle qu’elle pourrait être. Quelles en sont les limites, quelles en sont les modalités opératoires, comment offrir à ces archives mineures des conditions de pérennité, d’audibilité et de rivalité avec les archives majeures ?

Temps 3. Enquêter sur/à partir des sons du quotidien
Anthony Pecqueux est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) à l’ENSA de Grenoble.
Dans son intervention, il se proposera de revenir d’abord sur une enquête autour du son d’un torrent dans une vallée alpine (le Vénéon). Plus largement, il sera question de discuter théoriquement et d’étayer empiriquement ce qu’il peut en être de la dimension sonore pour une enquête de sciences sociales, et plus spécifiquement quand cette enquête se place sous les auspices de l’ordinaire.

Informations pratiques

Mardi 13 mars 2018, 9h30-12h30, Université Saint-Louis, local P61 (43, bd du Jardin botanique, 1000 Bruxelles, suivre le fléchage)

Inscription gratuite mais obligatoire (des sandwiches sont prévus) : remplir ce formulaire

Retour sur la projection du film de Sébastien Kapp : Ragnarok, un monde ré-enchanté

Le 7 février, lors de la deuxième séance du cycle de projection Faire et Défaire, c’est le documentaire « Ragnarok, un monde ré-enchanté » réalisé par Sébastien Kapp, chercheur post-doctorant à Science-Po après avoir réalisé une thèse en co-tutelle entre l’ULB et l’EHESS, qui a fait l’objet de la séance. Il nous a plongé dans l’univers surprenant du jeu Grandeur Nature (GN), Ragnarok. Se déroulant sur un weekend, ce dernier réunit plus d’un millier de participant.e.s pour incarner des personnages vénérant des dieux, conduisant des batailles et résolvant des intrigues dans un décor aux allures médiévales.

A la suite de la projection, la discussion, engagée par Céline Quellet et Rachel Hoekendijk, s’est d’abord tournée vers la place de la caméra sur ce terrain aux côtés des haches, des lances et des gourdins, puis s’est centrée sur la double position du chercheur et du réalisateur au sein de cet univers particulier où une position d’observateur non participant est difficile à tenir. Ce fut l’occasion pour Sébastien Kapp de revenir sur les procédés techniques qui ont rendu possible le tournage du film : des images tournées avec un appareil photo – un outil moins intrusif ou gênant qu’une caméra, et régulièrement utilisé par les joueurs eux-mêmes –, ainsi que des caméra GoPro discrètement fixées sur des vêtements, ou encore un drone pour survoler la propriété et capter quelques images aériennes.

Les discussions sont d’abord revenues sur la position particulière du réalisateur, qui observe et filme le jeu des joueurs et joueuses sans, cette fois, jouer lui-même, contrairement au rôle que Sébastien Kapp occupait lorsqu’il s’y rendait en ethnologue, dans le cadre de son doctorat. Il était alors impossible de se tenir à l’extérieur, en marge du jeu. Au-delà de l’impératif méthodologique, la spécificité du terrain rendait obligatoire une démarche d’observation réellement participante. Le jeu obligeait à y prendre part, en se choisissant un personnage, un rôle, même avec un carnet de terrain à la main. Au-delà de la distinction entre observation participante, engagée dans l’interaction avec celles et ceux qui jouent, et observation distancée de la caméra, entre jeu et non-jeu, les échanges ont révélé une différence dans les matériaux récoltés : là où le réalisateur fait partager l’univers de Ragnarok et son esthétique au travers d’un travail visuel, le chercheur n’a collecté pratiquement aucun matériel de ce type durant son travail de terrain, malgré le potentiel visuel de celui-ci (car rempli de costumes colorés, de décors de style médiéval et d’armes en mousse etc.). Cette ethnographie purement textuelle a-t-elle engendré une frustration qui aurait conduit notre invité à envisager la réalisation d’un documentaire ? Il s’emblerait bien…

Après des propos méthodologiques liées aux démarches croisées du réalisateur et du chercheur, la discussion s’est orientée vers le GN en lui-même, un immersion fictionnelle collaborative qui fascine sans doute les joueurs mais aussi celles et ceux qui voient le film de Sébastien Kapp pour la première fois. Qui sont ces joueurs et joueuses ? Ont-ils/elles joué au jeu de rôle sur table ou fait du théâtre auparavant ? Quelle est leur classe sociale ? Y a-t-il des accidents ? Les joueurs ou les joueuses peuvent-ils/elles se faire mal pendant le jeu ? Vivre des moments traumatiques ?

Au-delà du film et pour répondre à ces questions, la parole a donc été donnée au chercheur, qui est revenu sur les résultats de ses recherches passées et son travail de thèse. Par exemple, les statistiques identifient des personnes ayant des ressources économiques certaines –  les costumes ou les armes peuvent coûter cher – et qui sont plutôt super diplômées par rapport à la moyenne. Il y a par ailleurs peu d’accidents : les armes sont en mousse et toutes sont vérifiées par précaution. En cas d’incident, ou si une tempête menace, un temps mort (time out) est prononcé, pour arrêter le cours du jeu temporairement. Cette régulation au sein du jeu est peut-être une raison qui explique que la police s’ennuie souvent lorsqu’elle encadre ce type d’événements car, contrairement aux festivals, les interventions sont rarement nécessaires. Cela a amené les discussions à évoquer ce qui est peut-être la plus stupéfiante magie du GN : instaurer l’espace de 48h un monde time in où des milliers de personnes cohabitent. Même lorsqu’elles ne se connaissent pas, elles suivent des règles édictées par les organisateurs et les organisatrices, leurs déesses et leurs dieux, leurs prêtresses et leurs prêtres, tout en prenant plaisir à s’immerger dans une fiction que chacun.e participe à construire. Chacun.e s’évertue à respecter cette immersion synonyme de plaisir. On retrouve certainement cette magie dans le documentaire que nous avons visionné dont les images nous emportent à plusieurs reprises, alors même qu’elles ont été filmées sans préparation ni répétitions.

Il n’y a pas de seconde chance, en effet, pour tourner les images. Pourquoi n’avoir pas d’avantage suivi individuellement les joueurs et les joueuses dans le jeu ? Sébastien Kapp a répondu à cette question en revenant sur les contingences techniques qui ont conditionné la réalisation du film : il a réalisé des entretiens filmés dans les jours qui précédaient l’événement mais s’est trouvé en difficulté pour retrouver les personnes interviewées dans le monde foisonnant de Ragnarok.  Enfin, il a fallu faire avec un matériau produit en l’espace de 48h seulement, une qualité parfois décevante, voire l’absence de certaines images, lorsque la batterie de la caméra attachée au drone durant la bataille a fait faux bond.

En fin de séance, un bref retour a été fait sur la réception du film et des travaux de recherche de Sébastien Kapp au sein de la communauté GN. La discussion aurait pu encore se prolonger mais, le bâtiment fermant ses portes, nous avons dû nous diriger vers la sortie pour ne pas risquer d’être pris à notre insu dans un Escape Game au sein de la bibliothèque des Sciences Humaines de l’ULB !

Carnet Hypothèse du film : http://ragnarok.hypotheses.org/

Film en ligne : https://archive.org/details/Ragnarok5000kbps

Prochaine projection : Le 8 mars 2018 : Mijn Ouders et moi, de Stéphane Bergmans

Faire et Défaire #2 Ragnarok un monde ré-enchanté

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La deuxième séance du cycle de projections se tiendra mercredi 7 février. C’est sera le documentaire du chercheur post-doctorant Sébastien Kapp « Ragnarok, un monde ré-enchanté » qui sera projeté. La projection se fera en présence du réalisateur et sera suivie d’une discussion autour de la démarche qui a conduit à la réalisation de ce documentaire tourné sur son terrain.

Nous espérons vous retrouver nombreux.ses pour cette nouvelle projection !

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=UUwvcpbUUbQ

Carnet Hypothèses du documentaire : https://ragnarok.hypotheses.org/

Retour sur une projection

Le 4 décembre dernier, l’AHA inaugurait son cycle de projection « Faire et défaire » consacré au cinéma socio-anthropologique. Les combattants du poil sacré, documentaire de 26 minutes consacré au Doudou – la fête de la ducasse de Mons – a été diffusé en la présence de Florian Vallée, le réalisateur, et Aurélien Baroiller, anthropologue rattaché au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’ULB. Les deux compères, qui se sont pris d’intérêt pour cette fête ébouriffante, sont revenus sur les coulisses de la fabrication du film et le dispositif narratif choisi pour traiter de ce sujet, entre analyse socio-anthropologique, humour surréaliste et fascination exotique pour ce qui nous est proche. Une partie de ping pong s’est engagée entre deux regards, celui du documentariste et celui du chercheur, du montois et de l’étranger, restituant la démarche de création du film comme le résultat d’un dialogue entre pratique cinématographique et anthropologique mais également comme fruit d’un jeu subtile entre intériorité et extériorité. Si l’audience composée d’étudiant.e.s et de chercheur.e.s n’était pas pléthorique, elle était de qualité, et l’équipe d’organisation du cycle s’est réjoui de l’intensité des échanges.

Voici quelques photographies souvenirs de cette première projection du cycle.

On vous attend pour les séances suivantes !

[Le programme complet sera diffusé très prochainement.]

Faire et Défaire #1: Les combattants du poil sacré

Faire et Défaire: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La séance inaugurale du cycle de projections aura lieu le 4 décembre prochain !
Nous aurons le plaisir de discuter la démarche du court-métrage « Les combattants du poil sacré », en présence du réalisateur Florian Vallée et de son collaborateur anthropologue Aurélien Baroiller.
A vos Agenda !
On vous attend nombreux.ses !
La bande d’annonce: https://vimeo.com/119530653

« Cartes sur table »: Cartes mentales filmées

Nous vous conseillons le visionnage du petit documentaire « Cartes sur table »: http://fenetresurclignancourt.fr/portfolio/carte-sur-table/

Utilisant le principe de la carte mentale comme approche et portrait du quartier de la Porte de Clignacourt et de ses habitants. Cette initiative permet de poser la question de ce dispositif en situation d’entretien et, qui plus est, en entretien filmé. Une belle initiative de l’association la Sierra Prod.

Résumé:

La Porte de Clignancourt. Je m’interroge sur l’identité des lieux, sur ses limites, où elle commence, où elle s’arrête. « Cartes sur table » est une rencontre avec Isis, Kamafi, Moussa et Xavier. Ils habitent là ou ils y passent simplement. Chacun raconte la Porte à sa manière, la reconstruit. Les mains tracent des lignes sur une feuille blanche, les voix commentent et des fragments de parcours de vie se dessinent.

« Le film comme lieu des possibles? » (EHESS – Filmer le champ social)

EHESS : Séminaire Filmer le champ social :

« Le film comme lieu des possibles? » Cinéma documentaire et pratiques réflexives en sciences sociales

Daniel Friedmann, Monique Peyrière,

3e mercredi du mois de 15 h à 18 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2017 au 20 juin 2018

Le niveau requis est celui du master pour les étudiants qui souhaitent valider  les 6 ECTS. Les auditeurs libres sont acceptés quel que soit le niveau. Le séminaire est ouvert à chacun intéréssé par le cinéma documentaire dans sa relation aux sciences sociales.

« Comment te débrouilles-tu avec la vie » ? Telle était la question autrefois posée par Flaherty à Nanook dans les années 20, reprise en 1960 sur le tournage du film de Jean Rouch et Edgar Morin Chronique d’un été. Bien connus des chercheurs en sciences sociales, ces films pointent ce vers quoi le séminaire  souhaite inscrire ses réflexions sur le contemporain : le film comme une proposition capable d’accueillir, de décrire, de critiquer, de réfléchir l’espace commun de nos manières de vivre.

Le film exhibe ce que le texte sociologique tend à refouler, le visage et le corps du sujet pensant. Pour Gilles Deleuze « Ce qui fait partie du film c’est de s’intéresser aux gens plus qu’au film, aux « problèmes humains » plus qu’aux « problèmes de mise en scène », pour que les gens ne passent pas du côté de la caméra sans que la caméra ne soit passée du côté des gens ». Un nombre croissant de cinéastes, d’artistes procèdent ainsi au sein de collectifs qui décident d’agir en immersion dans des territoires. Est-ce une nécessité de se rapprocher d’un réel démantelé et fracturé, de trouver une manière de s’y inscrire ? Comment se pensent aujourd’hui ces gestes d’engagement ? De quelles critiques du vivre le film peut-il se révéler l’enjeu ? Comment se négocient les temporalités du récit « avec » les filmés ? Que cherche t-on, ensemble ?

Au cours de l’année 2017-2018, le séminaire invitera ces cinéastes et filmés pour lesquels « faire du cinéma » dans des environnements conflictuels c’est parfois faire le choix de ce que Deleuze nomme « la fonction fabulatrice des pauvres » : attention portée au faux, aux doubles et aux métamorphoses pour laisser le récit (ad)venir dans la vie.

Le séminaire est associé à une initiative étudiante : le ciné-club PSL-Filmer le champ social, qui organise des cinés-débats au cinéma Le Champo (75005) le 3e lundi du mois, à 20 h, en présence des cinéastes documentaristes : https://fcs.hypotheses.org/

Journée de clôture AHA

Chers collègues et ami.e.s,

Nous vous invitons à une journée d’étude organisée par l’AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, visant à clôturer l’année académique par un inventaire des « hybridations » en cours, au sein de l’atelier et dans son cercle proche.

Organisée le 30 juin prochain, de 10h à 16h à l’institut de sociologie de l’ULB, cette journée aura pour programme : projections, récits d’expériences, discussions et écoutes, autour du projet que s’est donné l’AHA : penser et expérimenter à l’interface des sciences sociales et des arts et techniques.

Les présentations seront suivies de l’assemblée générale de l’atelier.

L’affiche de l’évènement contient toutes les informations détaillées dont vous aurez besoin pour participer à la journée.

En espérant vous voir nombreux/ses le 30 juin prochain,

L’équipe de l’AHA
contact@aha-lamc.xyz

L’école AHA 2017 à l’écoute !

Il y a environ un mois, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques organisait la seconde édition de son école Arts et Sciences sociales. Cette année, l’AHA s’est intéressé à l’univers du sonore et a invité Clara Alloing, réalisatrice de documentaires radiophonique et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique, pour animer un atelier qu’ils ont intitulé « paroles sensibles et paysages sonores ».

L’atelier a regroupé une douzaine de participant.e.s, étudiant.e.s, chercheurs, artistes, tou.te.s à leur manière explorateur/trice.s de l’entre deux chaises, inconfortable zone de trouble entre des mondes qui se font face sans toujours se parler : que faisons-nous ? comment le qualifier ? comment le ranger ? C’est de l’art ? de la science ? ou du cochon… ?

Les attentes de chacun.e étaient différentes mais se faisaient étonnement écho les unes aux autres. Parmi elles une forme de curiosité pour le son et l’idée de l’hybride, ainsi qu’un certain besoin de trouver des pairs, des personnes semblablement troublées par l’inconfort, avec qui se mettre en dialogue.

Durant trois jours, le groupe s’est immergé dans des écoutes en intérieur et en plein air (le printemps avait pointé son nez), afin de sensibiliser les oreilles de chacun et d’élargir le spectre de notre expérience sensible du monde.

Des duos se sont ensuite constitués pour capter, à l’aide d’enregistreurs, la diversité de l’univers sonore du campus de l’Université Libre de Bruxelles, depuis les espaces les plus connus aux plus inconnus. De retour en salle, chaque paysage sonore a commencé à prendre forme après montage sur le logiciel Reaper.

L’objectif poursuivi dans la création des paysages sonores était de questionner le statut du son dans les sciences sociales, en particulier de discuter de la place prépondérante prise par la parole. Trop souvent limitée à son statut d’information discursive, la parole des interlocuteur/trice.s de la recherche en sciences sociales est la plupart du temps archivée et retranscrite pour être analysée de manière textuelle. Ici, l’idée était de travailler le « son comme une matière plastique, expressive et émotionnelle », pour reprendre les mots de Yann Paranthoën, « pirate des ondes » radiophoniques aujourd’hui disparu.

Nous avons donc du laisser de côté, pour un temps au moins, le discours cher aux sciences sociales, afin d’ouvrir l’oreille et de faire un pas de côté dans l’expérience de recherche. Les voix sont ainsi devenues des sons parmi d’autres, colorant le monde sensible exploré par les duos au sein du campus de l’ULB. Cette consigne radicale était bienvenue pour profiter au mieux du cadre restreint de l’école et pour produire, avec le peu de temps dont nous disposions, des traces intéressantes de cette aventure collective.

Les différentes narrations sonores produites lors de cet atelier de trois jours ont tenté de saisir des ambiances, des atmosphères témoignant de la richesse des lieux et des histoires composant un campus universitaire. À travers les sons des machines, des rires, des musiques, des portes, des objets rythmant le quotidien, on explore l’université par les sens, en tâtonnant dans la découverte de sons inconnus, de sons inqualifiables, de sons évocateurs ou encore de sons profondément inscrits dans nos mémoires physiques et psychiques.

Les machines de la scierie et du travail des menuisiers reclus dans leur atelier fait écho à la petite musique du camion à gaufres qui sonne la fin des cours et le retour en tram. Le silence feutré de la bibliothèque contraste avec les éclats de rire résonnant près du babyfoot, alors que le chant des oiseaux de la serre nous emporte à l’extérieur, dans la météo printanière qui a profité à la réalisation de l’école.

Au soir du dernier jour, les participant.e.s à l’école et les fidèles compagnons de route de l’AHA se sont retrouvés à L’Eau Chaude – Het warm water, dans les Marolles, afin d’écouter un paysage sonore filé, mosaïque des contributions des différents duos. La discussion issue de cette écoute a pu pointer la diversité des points de vues narratifs choisis dans la création des paysages sonores : de la rêverie évocatrice d’une atmosphère estudiantine à l’ambition documentaire explorant un lieu dans ses moindres détails, les différentes contributions se sont distribuées sur un spectre large de l’hybridation sonore. Nous nous félicitons d’avoir pu ouvrir cet espace des possibles dans l’interstice inconfortable duquel nous étions partis.

Merci encore à tou.te.s d’avoir participé à cette expérience collective enrichissante !

Voici quelques paroles de participant.e.s :

« J’ai eu beaucoup de plaisir pendant ces trois jours… J’ai aussi trouvé l’approche très ‘’efficace’’ : par des praticiens ; par l’écoute ; avec un minimum d’outils pour réaliser quelque chose en binôme ; et une consigne bienvenue : exprimer par les sons (autre chose que la discursivité langagière). »

« Un grand merci à vous tous pour cet atelier riche en sons et émotions. »

« C’était une belle surprise de retourner à l’université dans ce cadre ! Ça faisait du bien de se ressaisir de ses murs et de ses bruits, d’une manière ouverte et attentive à ce qui se passe ailleurs. »

« Notre atelier a nourri ma pratique et ma pensée. »

« J’ai fort hâte de ré-écouter. »

Alors c’est parti ! >> Les six petites pièces sonores réalisées en binôme par les participant.e.s de l’école sont disponibles à l’écoute sur le compte soundcloud de l’AHA. L’ensemble des photographies prises lors de cette expérience sont également disponibles à cette adresse, sur notre compte Facebook.

14 Propositions pour une sociologie visuelle et filmique

La Sociologie visuelle regroupe actuellement les sociologues qui utilisent dans leurs recherches les images fixes ou animées existantes. Tout en associant ces sociologues, le Réseau Thématique de l’association française de sociologie « Sociologie Visuelle et Filmique » a pour objectif de réunir les sociologues qui réalisent ou qui participent à la réalisation des documentaires sociologiques.

Ensemble, ils et elles proposent un MANIFESTE comprenant 14 propositions pour une sociologie visuelle et filmique

Les propositions suivantes résultent d’un travail de confrontation entre spécialistes des sciences humaines et cinéastes. Ce Manifeste pour une sociologie visuelle et filmique a pour objectif d’associer la démarche du sociologue proprement dite à celle du documentariste.

Ce champ relève à la fois du prolongement d’une démarche qui a existé dans les années 1950-1970 et de sa renaissance ou de sa re-création ; reconnaître le caractère cumulatif de la démarche participe d’ailleurs de son développement.

La sociologie qui s’est construite dans la confrontation avec les autres disciplines comme une activité scientifique a créé les méthodologies d’une approche qui la légitime dans le champ des connaissances. Relire le processus de production scientifique de l’écrit nous permet de mieux comprendre ce qui peut générer le processus de production scientifique sociologique par l’image et le son.

Longtemps négligée ou non posée comme essentielle, dans le développement d’une production abstraite, la perception visuelle et sonore a retrouvé chez nombre de sociologues son droit de cité. En effet, celle-ci participe pleinement de la construction de l’objet, moment fort de la problématisation qui repose sur la mobilisation de l’appareil conceptuel s’articulant au travail de terrain. Cet ensemble fonde le background du sociologue, ce par quoi il a été initié, ce par quoi il se distingue et qui participe du processus de production d’une représentation du réel. Les écrits sociologiques qui en découlent sont à leur tour réinterprétés à l’aune des savoirs et des perceptions du lecteur.

Penser le processus de production scientifique dans le documentaire sociologique relève d’une démarche similaire. Les couples réalité/perception sensorielle, construction de l’objet/travail de terrain, appareil conceptuel/enquête préalable sont aussi mobilisés par ce même background du sociologue documentariste. Mais la captation sensorielle acquiert ici un autre statut, la vue et l’ouïe y sont visibles et audibles à travers l’image et le son et participent pleinement de la construction de la représentation du réel. Le cadrage, le choix des séquences, le hors champ, le son, les mouvements de caméra, le rythme, le choix des temporalités qui s’opèrent dans la prise de vue et le montage rendent compte explicitement du point de vue, tandis que la diffusion du documentaire à l’écran le confronte à la réception et au background du spectateur.

Ce manifeste loin de vouloir normer ce champ a pour objectif de favoriser les débats et les réflexions pour que soit reconnue l’écriture visuelle et filmique de la sociologie.

Pour lire ledit manifeste: https://rt47.hypotheses.org/manifeste/quatorze-propositions-pour-une-sociologie-visuelle-et-filmique