Diffusion de Carnason sur la RTBF >> 13 février 2024

Nous vous invitons à l’écoute radiophonique du documentaire sonore : Carnason. Les coutures du carnaval

 

Il sera diffusé le 13 février 2024 à 22h dans l’émission de Pascale Tison « Par ouïe-dire » sur la RTBF.

Une enquête à 4 oreilles et en prise sonore autour de trois carnavals de Belgique francophone (Carnaval Sauvage à Bruxelles, Carnaval du Nord de Liège et Carnaval de Charleroi). Accents, fanfares, rapport spécifique au temps et à l’espace de la fête : entre répétitions, mise en scène, mise à mort des maux de la ville et joie d’être ensemble, de découvrir ou de redécouvrir la communauté où l’on vit, la pièce donne à entendre les voix et les arrangements, les rumeurs et les histoires qui entourent le Carnaval dans ces trois villes belges.

Réalisation : Maïté Maskens et Julie Métais

Montage : Cabiria Chomel

Mixage : Thomas Debeugny

Durée : 40’42

Une coproduction ULB/EHESS

École de printemps de l’AHA à l’ULB Charleroi

L’AHA vous invite à sa nouvelle école de printemps, qui aura lieu les 26, 27 et 28 avril prochains sur le campus de l’ULB de Charleroi. Cette année, il s’agit de s’intéresser aux potentialités graphiques de l’enquête en sciences sociales, en passant donc par le dessin de terrain. Au programme, ethnographie et anthropographie ! La thématique de l’école vous invitera à utiliser plumes et stylos pour suivre les chemins de l’eau dans la ville et questionner l’histoire hydrographique de Charleroi. Trois jours intenses et enrichissants en perspective !

Les demandes d’inscription sont à envoyer avant le 31 mars à l’adresse transfo@ulb.be. Toutes les informations sont disponibles sur le document ci-dessous.

Journées d’étude de l’ AHA 15>17.06.2022

C’est la quatrième édition de nos rencontres arts et sciences sociales, lors desquelles nous continuons notre inventaire des hybridations en cours. Cette année, la traditionnelle journée déborde sur une soirée et une matinée : du 15 au 17 juin prochains, retrouvez nous sur le campus Solbosch de l’ULB !

Au programme de ces journées, du cinéma et du son pour explorer les liens multiformes entre art et sciences sociales, à partir de terrains africains, latino-américains, belges et français. Venez nombreuses et nombreux et faites passer le programme de ces journées aux personnes intéressées !

La tête sous l’eau : école sonore 2021 de l’AHA

Durant le mois de juillet 2021, au beau milieu d’un épisode de pluies intenses engendrant crues exceptionnelles et graves inondations, l’équipe de l’AHA s’était mise en tête d’enquêter sonorement sur un marais urbain, dans le sud-est de Bruxelles : le marais Wiels.

Disponibles à l’écoute en cliquant sur le lien ci-dessous, les quatre productions issues de cet atelier d’expérimentation collective posent la question de la présence sonore du marais, de l’eau et la pluie, entre deux averses, et continuent de défricher les terrains vagues de l’hybridation entre arts et sciences sociales. Comme le titre de l’une de ces petites pièces sonores le résume, on oscille entre splendeurs et misères !

Regroupant des anthropologues, des sociologues et des professionnels de l’audiovisuel, les quatre journées d’atelier ont été animées par Christophe Rault, ingénieur du son, réalisateur radio, artiste sonore et musicien, et accueillies dans les locaux de l’AJC – Atelier Jeunes Cinéastes, Rue de l’Autonomie 14, 1070 Bruxelles.

C’est à écouter ici !!!!

AHA’péro #1

Pandémie oblige, de nombreuses activités scientifiques et conviviales ont dû être annulées en 2020 et 2021 commence sous le signe du “distanciel”. Le télétravail étant propice à l’introspection (attention tout de même à ne pas toujours rester à l’intérieur !), nous avons choisi d’orienter les activités de l’AHA vers plus de réflexivité:  avec les AHA’péros, il s’agit de prendre le temps de réfléchir à nos pratiques respectives.
 
C’est Mikaëla Le Meur qui ouvre le bal de ce petit format vidéo.
 
Santé!
 
 
Mikaëla Le Meur est docteure sciences politiques et sociales de l’Université libre de Bruxelles, actuellement ATER à l’IUT Carrières sociales d’Aix-Marseille Université et rattachée au LEST – Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail. Ses recherches et enseignements mêlent la socio-anthropologie urbaine, les controverses liées à la santé humaine et environnementale, la gestion des déchets et de la pollution, ainsi que les modes d’organisation du travail au sein des filières artisanales et industrielles du plastique, en particulier au Vietnam. Elle est membre fondatrice de l’AHA et de l’association marseillaise Le Tamis – Anthropologies coopératives. Au sein de ces deux collectifs, elle expérimente des formes d’écritures hybrides – qui mêlent notamment textes, images et sons – et des manières de s’engager, en tant qu’anthropologue, dans la cité.
 
 
Pour voir son film “A nos Ancêtres” : https://vimeo.com/301918068
 
Crédits (vidéo):
 
Photo 1:  “Photographie prise par un ami de Thu, qui me pardonnera d’avoir oublié son nom – Binh Dinh, Vietnam 2014”
Photo 2:  “Photographie prise par le Dr Xuân, géographe de l’Université de Quy Nhon, lors d’une exploration collective de la Lagune Thi Nai – Binh Dinh, Vietnam 2016”
 
Extraits vidéo: Mikaëla Le Meur
 
Montage AHA-péro #1: Madeleine Sallustio
 
 

Comment rendre visible l’invisible ? Dialogue filmé entre arts et sciences

Frédérique Aït-Touati, est historienne des sciences (astronomie, optique) et de la littérature, chargée de recherche au CNRS, attachée au Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL), de l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales. Également metteure en scène, elle s’intéresse aux liens entre sciences et fictions, et à la manière dont les savoirs permettent de rendre visible l’invisible, avec des méthodes d’observation et d’écriture à la fois objectivantes et subjectives.

Dans le film qui suit – Le théâtre des monstres, elle dialogue avec Momoko Seto, vidéaste et plasticienne japonaise francophone, dont le travail porte (entre autres) un regard décalé sur le monde microscopique : insectes, champignons, mollusques, moisissures et autres êtres étranges avec lesquels nous cohabitons sans tellement les observer. Dans le théâtre des Amandiers, à Nanterre, où la chercheuse est en résidence, les deux femmes se retrouvent dans l’obscurité d’une salle, puis d’un planétarium. Dans la première, l’artiste a installé un appareil photo macro pour recomposer l’image du corps d’une sauterelle. Frédérique Aït-Touati compare ce travail d’observation rendu possible avec les objets technologiques contemporains avec celui du savant anglais du XVIIe siècle Robert Hooke, dans son traité scientifique sur le monde “merveilleux” des insectes : Micrographia. Pour la chercheuse, la science moderne de Hooke et la démarche artistique de Momoko Seko se rencontrent dans le désir de voir, de comprendre et de représenter ce qui échappe à l’œil nu. Comme le microscope grossissant développé par Hooke pour concurrencer les lentilles des astronomes de la révolution copernicienne, l’objectif macro fixé à l’appareil photo de l’artiste japonaise permet de mieux voir, mais il déforme aussi le réel : les images sont fabriquées, recomposées.

Cette confrontation des techniques de représentation graphique (dessin crayonné de Hooke à partir du microscope, superposition de photographies macro de Seko) est l’occasion pour Frédérique Aït-Touati de réactiver une controverse historique sur les travaux de Hooke, considérés par nombre de ces contemporains comme une manière de transformer des êtres minuscules en monstres effrayants. Cette controverse permet ensuite à l’historienne de discuter les oppositions classiques entre science et fiction, entre objectivité et subjectivité.

Cet objet filmique sensible repose sur un dispositif narratif simple, à la fois poétique et didactique, et permet de suivre le fil d’une pensée claire et lumineuse sur les modalités de construction du savoir moderne et ses liens avec l’art et la fiction. Les images de Momo Seko sont belles et déroutantes, intrigantes, et le dialogue entre les deux femmes nous permet de comprendre les coulisses de leur fabrication. Une jolie expérience, hybride.

À voir !

Faire et Défaire #9 : Projection du film “Quartier Nomade”, en présence de la réalisatrice Alexandra Rice

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA vous fait découvrir une petite série de films socio-anthropologiques en situant au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

Le 11 mars 2020, l’AHA vous propose de découvrir “Quartier nomade” en présence de sa réalisatrice Alexandra Rice. La séance aura lieu à partir de 18h30 dans la salle AZ1.101.

Synopsis :

De la Flandre à la Wallonie “le Quartier Nomade”  traverse la Belgique dans une tournée annuelle qui se perpétue depuis des siècles. Ses habitants, les forains, sont pourtant bien implantés dans notre modernité. Dans la banalité de leur quotidien et du cycle de la vie. Le film s’interroge sur la tradition inconsciente qui les parcourt De quels résidus impalpables s’agit-il ? Serait-ce celui de nos traditions, de nous… Dans la communauté à laquelle inconsciemment, nous appartenons. Ce film en immersion dresse le portrait d’une communauté attachante qui insidieusement est mise en péril par les réglementations des villes, par la déconsidération de la culture populaire, et par les mutations urbaines que nous vivons tous. 

LE COLLOQUE PENSER LES ARTS SITUÉS

Cité Miroir – Espace Francisco Ferrer Tout public – Gratuit

Le colloque Penser les arts situés se propose de soumettre à la discussion la notion « d’arts situés », susceptible d’apporter un éclairage renouvelé sur la perception des œuvres d’art et leur mise en usage, notamment, dans un contexte muséal. Elle prend en compte l’œuvre d’art dans la globalité de sa dynamique processuelle, l’ensemble des relations que l’œuvre entretient avec ses environnements, tant du point de vue de ses conditions de réalisation que des dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de sa réception. Depuis la naissance et l’affirmation des avant/gardes, au début du XXe siècle, les « arts du dehors » – arts des fous, arts primitifs, arts bruts, arts outsiders, par exemple -, ne cessent d’imposer l’évidence de leur situation, singulière et irréductible aux processus d’artification qui leur confèrent légitimité et visibilité dans le « monde de l’art ». Les arts du dehors, par les effets de frontière qu’ils ne cessent de mettre en mouvement, constituent un terrain d’enquête idéal pour identifier et comprendre l’inscription de toute forme d’expression artistique dans cette dynamique complexe de la situation.

La collection du musée du Trinkhall, essentiellement composée d’œuvres d’art réalisées par des artistes handicapés mentaux dans un contexte d’atelier, offre un très riche exemple de situation, tant en raison des dispositifs collectifs qui sont liés à la création en atelier, qu’en raison des dispositions psychiques particulières des artistes porteurs d’un handicap mental. La notion d’arts situés se donne dès lors comme l’instrument adéquat pour penser la relation art et handicap mental et concevoir la politique muséale du Trinkhall, en évitant toute forme de réduction ou de stigmatisation qui entachent, trop souvent, l’invention et la réception des « arts du dehors ».

En faisant appel à des spécialistes de l’art – historiens, anthropologues ou philosophes -, et à des acteurs de terrain confrontés à la création en atelier et à la question du handicap mental, le présent colloque ambitionne de donner corps à la notion d’arts situés, dont l’opérativité concerne aussi bien le domaine de la critique que celui de l’action muséale et, plus généralement, de l’action culturelle.

Hors les murs Jean Rouch – retour sur une expérience

Alors que se prépare l’édition 2019 du célèbre festival Jean Rouch à Paris, c’est l’occasion pour l’AHA de revenir sur l’édition hors les murs qui s’est tenue les 6, 7 et 8 mai derniers à Bruxelles dans la salle de cinéma éphémère du Kinograph. Dans le cadre de cette première édition bruxelloise, cinq documentaires issus de la dernière compétition ont pu être présentés en présence de leurs réalisateurs et réalisatrices :

“The Remnants” de Paolo Barberi et Riccardo Russo

 “Chateau Pékin” de Boris Pétric

 “Je vois rouge” de Bojina Panayotova

“Alle de tranen” de Sarah Vanagt

“Aperti al pubblico” de Silvia Bellotti

L’événement, réparti sur trois soirées, a été inauguré par une allocution de Jean-Paul Colleyn qui est revenu sur les liens intimes entre anthropologie et cinéma ainsi que sur sa relation professionnelle avec son ami Jean Rouch. Durant toute la durée du festival, une exposition des photographies de Jean Rouch et Catherine de Clippel a accompagné les projections sous la forme d’un dialogue photographique entre ces deux photographes-cinéastes qui, à une vingtaine d’années de distance, ont fait de l’Afrique le continent de leurs activités artistiques.

Le 7 mai, nous avions également organisé une matinée table ronde intitulée « Sciences sociales et cinéma : au-delà de la f(r)iction, comment « faire » connaissance ? ». Celle-ci s’est tenue à la Maison Européenne Des Auteurs et des Autrices (MEDAA) en collaboration avec la Société Civile des Auteurs Multimédia (SCAM). Les participants étaient invités à échanger autour de leurs expériences en matière de rencontres entre les deux mondes, leurs méthodes de travail, le séquençage et la répartition des tâches ainsi que sur ce que leurs créations leur avaient enseignés, quels défis étaient posés par ces collaborations et comment elles étaient reçues par le public. Ce moment plus réflexif fut l’opportunité d’un partage d’expériences ainsi que le terreau de futures perspectives et promesses collaboratives.

Pour l’AHA, un tel événement a été une chance autant qu’une réussite en suscitant des rencontres professionnelles et en attirant un public nombreux, rassemblant tant chercheurs et chercheuses, étudiants et étudiantes, réalisateurs et réalisatrices qu’amateurs et amatrices de sociologie, d’anthropologie et de cinéma. Les discussions étaient au rendez-vous, se prolongeant souvent tardivement dans la soirée autour d’un verre. La possibilité d’investir la MEDAA, de réaliser les projections dans une vraie salle de cinéma et de profiter d’un espace de restauration mise en place par le Kinograph et le collectif KomChéTaMère furent un vrai plus pour les organisateurs et les intervenants ainsi que pour le public.

Ce billet est l’occasion de remercier une nouvelle fois la MEDAA et ces collectifs du site SeeU pour leur accueil et leur collaboration de même que les institutions dont les financements ont permis à cette édition de voir le jour : le FNRS, la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales, la SCAM et la commune d’Ixelles.

Et après ?

Durant les mois qui l’ont précédé, la préparation du festival a représenté une charge importante pour les membres de l’AHA. C’est pourquoi nous avons pris la décision de ne pas envisager une édition hors les murs annuelle, ce qui nous permettra de recharger nos batteries mais aussi de donner vie à d’autres projets et d’approfondir nos questionnements à propos d’autres “hybridations”.

Tandis que s’annonce le Jean Rouch de Paris, l’équipe de l’AHA réfléchit à la forme que pourrait prendre cette future édition qu’elle souhaiterait aussi entreprendre avec une équipe renforcée … Intéressés à sélectionner les films et à prendre part à l’organisation de la prochaine édition hors les murs à Bruxelles ? N’hésitez pas à nous en parler !

Projection du film “Border People” en présence de la réalisatrice Elena Barabantseva

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

Le 23 octobre 2019, nous vous convions à la projection du film “Border People” en présence de la réalisatrice Elena Barabantseva.

Synopsis :

How does the border enter and shape a family life? What does it mean to the people who cross the border for marriage? This film juxtaposes a personal story of Meihua, a Vietnamese Yao woman who married a Yao man in China, with the stories and ritual practices that the Yao elders pass on to the young generation amidst the Chinese state’s ambitious border development plans and ethnic revival strategies.

Journée d’étude de l’ AHA 11.10.2019

Nous revoici avec la troisième édition de le journée des inventaires des hybridations en cours organisée par l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques le vendredi 11 octobre à l’ULB.

Au programme: du son, des photos, des dessins, des montages et des rituels inventés pour réfléchir aux liens multiformes entre art et sciences sociales, à partir de terrains marocains, belges et sénégalais. Venez nombreuses et nombreux et faites passer le programme de la journée aux personnes intéressées.

Programme en PDF :

Apprenons à écrire avec la lumière !

Nos ethnographies sont parsemées d’images : illustration, support d’analyse, redécouverte de l’objet.

Face à une certaine permanence d’images photographiques – à la fois temporelle, étant donné l’apparition simultanée et le dialogue continu entre l’anthropologie et la photographie à partir du 19e siècle ; et spatiale, dans le sens de l’usage, de la consommation et de la circulation généralisés de l’image – l’AHA souhaite se donner les moyens d’explorer la richesse de cet outil tant précieux à nos recherches.

Il s’agissait peut-être surtout de dépasser une certaine timidité, voire une réticence, à en faire usage, aux vues de nos faiblesses techniques ; mais aussi d’encourager le dépassement d’une certaine inertie intellectuelle, qui privilégie le manuscrit, qui considère peut-être l’image trop proche de la subjectivité, trop soucieuse de l’esthétique : Apprenons à écrire avec la lumière !

L’école d’été que l’AHA a organisée dans ce sens avec l’École supérieure des Arts de l’Image LE 75 – grand merci surtout à Philippe, Savvas et Emmanuel – reposait sur des réflexions engagées au cours de l’année académique précédente lors de conférences et de discussions avec des intervenants extérieurs. D’où la nécessité que ressentaient aussi les organisatrices d’accompagner cet apprentissage pratique et technique de réflexions plus méthodologiques et épistémologiques propres à notre discipline, telle la question de la représentation et de l’objectivisation – du ‘cliché’ – ou de l’approche collaborative.

Un jonglage entre expérimentation et réflexion, mais surtout, échange au-delà des frontières disciplinaires et prise de plaisir, voilà ce qu’on souhaitait solliciter. Et quelle réussite !

La première journée a débuté par une entrée en matière plutôt théorique grâce au cours-conférence d’Emmanuel d’Autreppe sur l’histoire de la photographie documentaire et de ses enjeux, en particulier autour du portrait de famille. Au gré des photos et commentaires avisés de notre conférencier nous est apparu un rapprochement évident entre le travail et les intentions des photographes (documentaires ou non) et des anthropologues notamment autour du questionnement sur le rapport à l’Autre – qu’il soit proche ou lointain – et sa représentation. Savvas et Philippe nous ont ensuite présenté la chambre photographique, appareil grand format imaginé au 19e siècle qui, faisant l’éloge de la lenteur et de la précision, peut certainement être perçu comme à contre-courant du numérique. Armés d’une chambre (quelque peu encombrante) par binôme, nous nous sommes lancés dans des prises de vue du côté de l’arrêt de métro Roodebeek, à la recherche du portrait ou du paysage urbain que nous souhaitions fixer sur nos plans-films. Nos mouvements millimétrés et notre mise à l’abri de la lumière sous le drap recouvrant la chambre malgré le temps caniculaire ont certainement beaucoup intrigué et amusé les passants, qui, pour certains, se sont même prêtés au jeu de la pose.

La matinée du deuxième jour fut consacrée à l’utilisation de nos appareils photos argentiques, chinés par certains, empruntés à un parent pour d’autres. Un film 24×36 noir et blanc a été distribué à chaque participant qui avait deux heures pour se perdre dans la photographie de rue au gré de ses rencontres et coups de cœur visuels. La théorie de la pratique du développement des films fut abordée dès notre pause repas où nous avons pu tenter, à l’aveugle, la mise en spirale d’un ancien négatif, avant que les plus courageux d’entre nous ne tentent le coup en chambre noire. La pratique du laboratoire a pu ensuite débuter toujours sous les explications précises et regards bienveillants de nos formateurs. Les apprentis chimistes-photographes se sont alors lancés dans des secouements bien rythmés des cuves contenant les spirales avec nos pellicules, enchainant bain de révélateur, d’arrêt et fixateur. L’ouverture des cuves a révélé nos trésors, chacun tenant dans les mains le premier résultat de son travail : le négatif. Après séchage, vint le moment tant attendu de notre expérimentation en chambre noire lors du troisième et dernier jour dédié au tirage. Enfilant nos plus beaux tabliers, nous avons pu découvrir les joies et galères des manipulations pour trouver les réglages (ouverture du diaphragme, temps d’exposition, masquages éventuels etc.) adéquats afin de produire la photo papier convenable.

Épuisée mais tellement fière, notre petite équipe a quitté Le 75 en emportant négatif, planche contact et photos, davantage d’expérience en argentique, mais surtout, le souvenir d’un échange entre photographes et étudiants de sciences sociales extrêmement enrichissant.

 

Noémie et Clémentine

Pourquoi faut-il débrider et hybrider les sciences sociales ?

Article paru sur le site de The Conversation à l’adresse : https://theconversation.com/pourquoi-faut-il-debrider-et-hybrider-les-sciences-sociales-114163

Figure 4 : Summer School AHA, « Paroles sensibles et paysages sonores », 2017.

« Aujourd’hui, il faudrait réagir à l’expression “Ce n’est pas de l’anthropologie” comme on le ferait à un présage de mort intellectuelle ».

(Dell Hymes)

Bien que les périodes de « terrain » soient des temps de rencontre et d’ouverture à l’autre, le travail de recherche en sciences sociales est une démarche souvent solitaire. Pourtant, la science revêt une dimension collective intrinsèque qui réside dans l’ancrage de nos travaux dans une communauté scientifique, dont, a minima, nous lisons ou évaluons les publications et à l’égard desquelles nous nous positionnons. La forme de cette communauté s’est institutionnalisée au fil de l’histoire – depuis la création des universités jusqu’aux institutions qui administrent la recherche d’aujourd’hui – et faire partie de ce « monde académique », c’est disposer d’une certaine autorité dans la description du monde.

La production du discours étant intimement liée aux relations de pouvoir (Bourdieu), un style littéraire propre au monde scientifique est devenu incontournable (que l’on se réfère à Clifford, Becker, Perrot et de la Soudière…) pour les chercheurs et les chercheuses souhaitant acquérir une légitimité face à leurs pairs, mais enfermant dans le même mouvement leurs productions dans certains canons stylistiques. L’objectivité du discours paraît alors intimement lié à la raideur de l’écriture, reléguant au second plan le souci esthétique ou poétique dans l’écriture scientifique.

Les grands éditeurs scientifiques, devenus les maîtres étalons de l’évaluation de la recherche via des procédés bibliométriques (Coutrot), imposent par ailleurs des formats de plus en plus courts et concis. Ces différentes contraintes exercées sur l’écriture, qui sont structurelles au champ scientifique actuel, conduisent à mettre de côté ou à rejeter divers aspects de la réalité sociale que nous étudions : entre autres les détails ethnographiques et les considérations esthétiques liés à nos terrains, nos expériences sensorielles, mais aussi notre regard créatif, artistique et poétique sur le monde social.

Photos Issue de la série « Encounters » du travail de Christian Vium. Cette dernière implique images d’archives, des photos de famille et ses propres shootings. L’auteur en tire une réflexion sur l’intérêt heuristique de sa démarche, sur l’inévitable question coloniale que la perspective diachronique contient, mais également sur les apports épistémologiques de l’acte photographique en soi.

Pratiques alternatives

Parallèlement à ce calibrage de plus en plus rigoureux de la forme de nos travaux, des pratiques alternatives de production scientifique cohabitent avec les œuvres canoniques et continuent de se développer dans des formes constamment réactualisées, en alliant la créativité au désir de documentation du monde social.

Nombre de nos collègues se sont adonné·e·s ou s’adonnent aujourd’hui à la photographie, tels (Vium, Schielke, Conord, Piette, Pink, Dallemagne, Ferrarini), à la réalisation cinématographique (Rouch, De Heusch, Breton, De Latour), ou à la (re)création de paysages sonores (Pardoen, Candau et Le Gonidec).

Extrait du paysage sonore réalisé sur le campus de l’ULB dans le cadre de la _summer school_ de l’AHA en 2017. S’intéresser exclusivement aux ambiances sonores permet de questionner l’appauvrissement de nos données ethnographiques dans le processus d’écriture.

D’autres ont préféré la bande dessinée (Sousanis, Pignocchi, Venayre & Davodeau, Smolderen & Minguet), le dessin (Kuschnir, Azevedo et Ramos, Hendrickson, Taussig) ou l’écriture littéraire, poétique ou fictionnelle (Leiris, Behar, Ashfort, Testart, Chauvier…).

Extrait de l’article en format bande dessinée « Un fil d’Ariane dans le Dendi », de Lucie Smolderen (CAC- ULB) et Romain Minguet (dessinateur), publié en 2013 dans la revue Techniques et culture. Il combine à la fois une contextualisation des données ethnographiques et un retour méthodologique d’une enquête de terrain.

Ce rapide inventaire, qui est loin d’être exhaustif et n’en a pas l’ambition, permet de montrer très brièvement la diversité des pratiques individuelles et collectives faisant un pas de côté devant les canons de publication des sciences humaines et sociales, tant chez les francophones que les anglophones (ou ailleurs encore).

Alors que ces chercheurs se sont attachés à démontrer l’intérêt heuristique, épistémologique, méthodologique ou même analytique que peuvent revêtir ces productions scientifiques alternatives – comme l’atteste par exemple l’institutionnalisation de la sociologie visuelle (Colleyn, Durand et Sebag, Ganne, Géhin et Stevens, Harper, RT 47, Chauvin et Reix…) – ces dernières peinent toutefois à obtenir une reconnaissance au sein du monde scientifique. Lassés et lassées de devoir en justifier l’intérêt scientifique, celles et ceux qui pratiquent de telles démarches se tournent tantôt vers une reconnaissance purement artistique ; ou bien associent leur créativité à un loisir personnel, un « à côté », en marge de leur travail classique. Dans un tel contexte, où il semble indispensable de choisir son c(h)amp – artistique, scientifique, amateur –, comment continuer à jouer avec les lignes et maintenir une continuité parmi nos multiples expériences du monde ?

Moi, un noir – Jean Rouch (1958) from Ciclic on Vimeo.

Extrait de « Moi un noir » de Jean Rouch, 1958. Cet anthropologue et cinéaste précurseur allie dans ce film fiction, improvisation et ethnographie, le tout offrant une approche de la vie quotidienne d’Abidjan et des rêves de la jeunesse de l’époque.

Débridons ! Hybridons !

L’Atelier d’hybridations anthropologiques s’est créé autour de ces deux impulsions. Débrider d’abord, dans le sens littéral d’ôter la bride à un animal : le libérer pour qu’il s’émancipe de ce qui contraignait ses mouvements. Et puis, à l’intérieur du mot, en faisant fi de l’étymologie, nous avons trouvé l’idée de débris. Que fait-on des débris, des restes de la recherche, de tout ce qui a été mis de côté, que l’on garde, mais qui est rejeté ?

Ces excès ethnographiques, cette « part maudite » de l’économie scientifique (Bataille), resteront-ils invisibles dans le texte consacré ? Peut-on les donner à voir ? Disent-ils d’autres choses de nos recherches ? Peut-on en tirer quelques enseignements ? Que faire alors de ces matières qui ne trouvent pas, ou peu, leur place dans le texte écrit ? Pouvons-nous ou devons-nous recycler nos débris ? La question ainsi posée peut paraître culottée. Nos excès font alors écho à la passion démesurée des Grecs – « hybris » (prononcer « hubris »), c’est-à-dire le franchissement d’une limite, un acte qui vient bousculer l’ordre moral.

Est-ce cela que recouvre la notion d’« hybridation », qui s’est rapidement imposée pour qualifier les productions qui attiraient notre attention ? Déjà évoquée par les auteurs comme Laplantine ou Adorno avec leurs projets de socio-anthropologie narrative, nous avons également trouvé un sens à l’hybride dans le manifeste Cyborg proposé par Haraway. Elle y décrit l’être cyborg comme un statut situé à l’entre-deux, résultant de l’association de deux choses toujours considérées comme appartenant à des familles ou domaines différents.

Figure 1 : Cadavre exquis proposé dans le cadre de notre concours annuel visant à constituer le bandeau officiel de notre site. Le cadavre exquis est une figure hybride idéale : résultat d’un dessin collectif, non concerté en amont, il donne lieu à la création d’un personnage composite, monstrueux, poétique et/ou comique. Il permet de stimuler notre inventivité et de questionner nos aspirations à l’uniformité et à la perfection des modèles. À travers une élaboration collective décalée, inspirée des surréalistes, nous produisons un objet encourageant l’émancipation et le rêve.

Cette posture ambiguë de l’hybride fait écho à l’identité métisse et singulière des initiatives artistiques de nos collègues scientifiques. Isolées et privées de la reconnaissance de chacun de leurs deux parents, tantôt trop peu conceptuelles et tantôt trop peu abouties d’un point de vue technique ou artistique (un autre c(h)amp avec de puissants canons !), celles-ci se voient souvent déshéritées, ou soumises à l’allégeance culpabilisée d’un domaine au détriment de l’autre. Pourtant, ces initiatives situées à l’entre-deux sont également une invitation à dépasser les carcans disciplinaires et stylistiques pour ouvrir de nouveaux espaces d’expression et d’expérimentation. Jugées stériles, sans racines ou dénuée d’une pureté originelle, nous avons vu dans la fragilité et la monstruosité de ces êtres hybrides la possibilité de nous créer, dans les marges, un espace de liberté et de communion.

L’Atelier d’hybridations anthropologiques (AHA), créé en 2014 au sein du Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) de l’Université libre de Bruxelles (ULB) par un petit groupe de chercheuses, s’est ainsi constitué dans le but de développer un espace de réflexion et d’expérimentation collective à l’interface de l’univers des arts et techniques et celui des sciences sociales. En identifiant des points communs et des lieux de convergences entre les démarches scientifiques et artistiques, notre projet souhaite construire des passerelles entre l’université et son dehors. Il nous permet de créer des liens au sein de la myriade des œuvres et des travaux existants, tant de la part de chercheurs que d’artistes susceptibles de se sentir concernés par ces questionnements. Nous travaillons donc à ouvrir l’université, afin qu’elle soit un lieu d’accueil, de découverte et de partage des hybrides pour une communauté élargie, tout en pensant également les manières de faire sortir les productions et les personnes hors de ses murs, pour les réintégrer dans la ville (Bruxelles) et plus largement, dans la cité.

Figure 2 : Manifeste de l’AHA, publié en ligne en 2016.

 

Les activités qui nous animent sont de trois types : pédagogique, créative et collective.

Nous mettons en place des formations biannuelles nous permettant de nous familiariser avec des techniques artistiques (cadrage, montage, maniement de caméra, croquis, prise de son, montage son, développement photo, etc.) afin de développer un certain savoir-faire.

Nous organisons également des rencontres et des discussions avec des scientifiques ou des artistes dont les travaux peuvent nous inspirer, faire avancer notre réflexion ou donner envie de nous lancer nous-mêmes dans des hybridations. La découverte et le partage de connaissance visent en effet à susciter ou encourager des vocations, sans pour autant réinventer la poudre là où d’autres ont déjà amorcé la réflexion (ou allumé la mèche !).

Figures 3 : Summer school AHA, atelier de sociologie visuelle.

Nous tentons enfin de dynamiser un réseau transdisciplinaire et inter-universitaire autour de lieux d’intérêts communs dont le caractère métisse n’est pas toujours facile à appréhender.

La volonté de l’AHA est surtout de faire exister un espace légitime de questionnements et de discussions, de recréer de la stimulation collective et d’offrir des possibilités de légèreté créatrice, trop souvent brimée dans le processus de spécialisation professionnelle.

L’AHA a décidé d’en rire plutôt que d’en pleurer.

Le Web-documentaire, un outil sociologique?

Chaque année, les enseignants de l’UPJV, Maité Boullosa-Joly, Sophie Chevalier et Aline Hémond, organisent des stages de terrain pour les licences de sociologie « parcours ethnologie » de l’UPJV (Université d’Amiens). L’idée est de mettre en pratique, à partir d’une enquête collective, les apprentissages méthodologiques et théoriques suivis depuis la 1ère année. Différentes techniques sont mobilisées : celles de l’observation, de l’entretien, de l’analyse de contenu, des recherches bibliographiques,… Les étudiants qui suivent le cours « anthropologie visuelle » mettent aussi en pratique les techniques audio-visuelles (photos-vidéos) dont ils font l’apprentissage. En 2017-2018, nous avons été lauréat d’un PPI (Projet pédagogique innovant) qui nous a permis, grâce à un soutien financier, de réaliser ce webdocumentaire. C’est un support qui permet de naviguer et de choisir ce qui nous intéresse par thématique. Il est particulièrement adapté pour valoriser les enquêtes et le travail des étudiants.

Les vidéos ne sont pas de qualité égale, pour certains étudiants, c’était la première fois qu’ils filmaient, notamment en extérieur. Il y a donc des problèmes de son pour certaines vidéos. Mais d’autres sont très biens et dans chaque rubrique il y a des perles, cela vaut la peine d’aller naviguer sur le site.  Sur la page d’accueil, vous trouverez aussi une rubrique “projet pédagogique innovant”. Dans la vidéo “c’est génial”, les étudiants s’expriment sur l’intérêt du stage dans leur formation et la richesse de cette expérience, autant d’un point de vue professionnel que personnel. Il y a une autre vidéo où les enseignants s’expriment à leur tour sur le projet. Dans chaque rubrique, un onglet « enquête » est destiné aux étudiants afin qu’ils expliquent leur sujet d’enquête.

Nous vous laissons le découvrir ! 

Maité Boullosa-Joly, Sophie Chevalier et Aline Hémond

https://webtv.u-picardie.fr/watch_video.php?v=2BHHGSXNHSWW#menu

Parution : Kim Tondeur sur “le boom graphique en anthropologie”

Dans l’actualité des publications en sciences sociales, voilà une parution importante pour l’AHA ! Kim Tondeur, anthropologue et  dessinateur membre de notre collectif, vient de publier un article sur le “boom graphique” dans la revenue Omertaa, Journal for applied anthropology.

Voici la reproduction du résumé ici :

Depuis une quinzaine d’années environ, l’intérêt des anthropologues pour la pratique du dessin va grandissant. Tandis que pinceaux et crayons accompagnaient déjà les ethnographes à l’aube de l’anthropologie, on assiste désormais à un renouveau postmoderne du dessin qui interroge les potentialités de ce médium comme outil d’inscription, technique d’analyse et moyen de communication. Une effervescence face à laquelle l’anthropologie francophone se remarque surtout par son mutisme. Dans cet article, je m’attache à retracer une courte histoire de l’utilisation du dessin en anthropologie avant de situer le renouveau graphique au sein du contexte sociétal et académique qui est le sien: expansion de la culture graphique, tournant ethnographique, critique postmoderne et crise de la représentation forment ici le terreau d’une curiosité renouvelée pour ce médium graphique. J’expose ensuite brièvement six discussions actuelles en anthropologie graphique qui pointent du doigt les potentialités de ce médium oublié comme méthode de recherche et de représentation. Enfin sont proposés en guise de conclusion quelques chantiers futurs de l’anthropographie.

Et voici le lien de téléchargement du pdf !

Crédit image : École de l’AHA 2015 – Ateliers dessin

Expériences à l'interface des arts et des sciences sociales

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search