Apprenons à écrire avec la lumière !

Nos ethnographies sont parsemées d’images : illustration, support d’analyse, redécouverte de l’objet.

Face à une certaine permanence d’images photographiques – à la fois temporelle, étant donné l’apparition simultanée et le dialogue continu entre l’anthropologie et la photographie à partir du 19e siècle ; et spatiale, dans le sens de l’usage, de la consommation et de la circulation généralisés de l’image – l’AHA souhaite se donner les moyens d’explorer la richesse de cet outil tant précieux à nos recherches.

Il s’agissait peut-être surtout de dépasser une certaine timidité, voire une réticence, à en faire usage, aux vues de nos faiblesses techniques ; mais aussi d’encourager le dépassement d’une certaine inertie intellectuelle, qui privilégie le manuscrit, qui considère peut-être l’image trop proche de la subjectivité, trop soucieuse de l’esthétique : Apprenons à écrire avec la lumière !

L’école d’été que l’AHA a organisée dans ce sens avec l’Atelier 75 – grand merci surtout à Philippe, Savvas et Emmanuel – reposait sur des réflexions engagées au cours de l’année académique précédente lors de conférences et de discussions avec des intervenants extérieurs. D’où la nécessité que ressentaient aussi les organisatrices d’accompagner cet apprentissage pratique et technique de réflexions plus méthodologiques et épistémologiques propres à notre discipline, telle la question de la représentation et de l’objectivisation – du ‘cliché’ – ou de l’approche collaborative.

Un jonglage entre expérimentation et réflexion, mais surtout, échange au-delà des frontières disciplinaires et prise de plaisir, voilà ce qu’on souhaitait solliciter. Et quelle réussite !

La première journée a débuté par une entrée en matière plutôt théorique grâce au cours-conférence d’Emmanuel d’Autreppe sur l’histoire de la photographie documentaire et de ses enjeux, en particulier autour du portrait de famille. Au gré des photos et commentaires avisés de notre conférencier nous est apparu un rapprochement évident entre le travail et les intentions des photographes (documentaires ou non) et des anthropologues notamment autour du questionnement sur le rapport à l’Autre – qu’il soit proche ou lointain – et sa représentation. Savvas et Philippe nous ont ensuite présenté la chambre photographique, appareil grand format imaginé au 19e siècle qui, faisant l’éloge de la lenteur et de la précision, peut certainement être perçu comme à contre-courant du numérique. Armés d’une chambre (quelque peu encombrante) par binôme, nous nous sommes lancés dans des prises de vue du côté de l’arrêt de métro Roodebeek, à la recherche du portrait ou du paysage urbain que nous souhaitions fixer sur nos plans-films. Nos mouvements millimétrés et notre mise à l’abri de la lumière sous le drap recouvrant la chambre malgré le temps caniculaire ont certainement beaucoup intrigué et amusé les passants, qui, pour certains, se sont même prêtés au jeu de la pose.

La matinée du deuxième jour fut consacrée à l’utilisation de nos appareils photos argentiques, chinés par certains, empruntés à un parent pour d’autres. Un film 24×36 noir et blanc a été distribué à chaque participant qui avait deux heures pour se perdre dans la photographie de rue au gré de ses rencontres et coups de cœur visuels. La théorie de la pratique du développement des films fut abordée dès notre pause repas où nous avons pu tenter, à l’aveugle, la mise en spirale d’un ancien négatif, avant que les plus courageux d’entre nous ne tentent le coup en chambre noire. La pratique du laboratoire a pu ensuite débuter toujours sous les explications précises et regards bienveillants de nos formateurs. Les apprentis chimistes-photographes se sont alors lancés dans des secouements bien rythmés des cuves contenant les spirales avec nos pellicules, enchainant bain de révélateur, d’arrêt et fixateur. L’ouverture des cuves a révélé nos trésors, chacun tenant dans les mains le premier résultat de son travail : le négatif. Après séchage, vint le moment tant attendu de notre expérimentation en chambre noire lors du troisième et dernier jour dédié au tirage. Enfilant nos plus beaux tabliers, nous avons pu découvrir les joies et galères des manipulations pour trouver les réglages (ouverture du diaphragme, temps d’exposition, masquages éventuels etc.) adéquats afin de produire la photo papier convenable.

Épuisée mais tellement fière, notre petite équipe a quitté Le 75 en emportant négatif, planche contact et photos, davantage d’expérience en argentique, mais surtout, le souvenir d’un échange entre photographes et étudiants de sciences sociales extrêmement enrichissant.

 

Noémie et Clémentine

Pourquoi faut-il débrider et hybrider les sciences sociales ?

Article paru sur le site de The Conversation à l’adresse : https://theconversation.com/pourquoi-faut-il-debrider-et-hybrider-les-sciences-sociales-114163

Figure 4 : Summer School AHA, « Paroles sensibles et paysages sonores », 2017.

« Aujourd’hui, il faudrait réagir à l’expression “Ce n’est pas de l’anthropologie” comme on le ferait à un présage de mort intellectuelle ».

(Dell Hymes)

Bien que les périodes de « terrain » soient des temps de rencontre et d’ouverture à l’autre, le travail de recherche en sciences sociales est une démarche souvent solitaire. Pourtant, la science revêt une dimension collective intrinsèque qui réside dans l’ancrage de nos travaux dans une communauté scientifique, dont, a minima, nous lisons ou évaluons les publications et à l’égard desquelles nous nous positionnons. La forme de cette communauté s’est institutionnalisée au fil de l’histoire – depuis la création des universités jusqu’aux institutions qui administrent la recherche d’aujourd’hui – et faire partie de ce « monde académique », c’est disposer d’une certaine autorité dans la description du monde.

La production du discours étant intimement liée aux relations de pouvoir (Bourdieu), un style littéraire propre au monde scientifique est devenu incontournable (que l’on se réfère à Clifford, Becker, Perrot et de la Soudière…) pour les chercheurs et les chercheuses souhaitant acquérir une légitimité face à leurs pairs, mais enfermant dans le même mouvement leurs productions dans certains canons stylistiques. L’objectivité du discours paraît alors intimement lié à la raideur de l’écriture, reléguant au second plan le souci esthétique ou poétique dans l’écriture scientifique.

Les grands éditeurs scientifiques, devenus les maîtres étalons de l’évaluation de la recherche via des procédés bibliométriques (Coutrot), imposent par ailleurs des formats de plus en plus courts et concis. Ces différentes contraintes exercées sur l’écriture, qui sont structurelles au champ scientifique actuel, conduisent à mettre de côté ou à rejeter divers aspects de la réalité sociale que nous étudions : entre autres les détails ethnographiques et les considérations esthétiques liés à nos terrains, nos expériences sensorielles, mais aussi notre regard créatif, artistique et poétique sur le monde social.

Photos Issue de la série « Encounters » du travail de Christian Vium. Cette dernière implique images d’archives, des photos de famille et ses propres shootings. L’auteur en tire une réflexion sur l’intérêt heuristique de sa démarche, sur l’inévitable question coloniale que la perspective diachronique contient, mais également sur les apports épistémologiques de l’acte photographique en soi.

Pratiques alternatives

Parallèlement à ce calibrage de plus en plus rigoureux de la forme de nos travaux, des pratiques alternatives de production scientifique cohabitent avec les œuvres canoniques et continuent de se développer dans des formes constamment réactualisées, en alliant la créativité au désir de documentation du monde social.

Nombre de nos collègues se sont adonné·e·s ou s’adonnent aujourd’hui à la photographie, tels (Vium, Schielke, Conord, Piette, Pink, Dallemagne, Ferrarini), à la réalisation cinématographique (Rouch, De Heusch, Breton, De Latour), ou à la (re)création de paysages sonores (Pardoen, Candau et Le Gonidec).

Extrait du paysage sonore réalisé sur le campus de l’ULB dans le cadre de la _summer school_ de l’AHA en 2017. S’intéresser exclusivement aux ambiances sonores permet de questionner l’appauvrissement de nos données ethnographiques dans le processus d’écriture.

D’autres ont préféré la bande dessinée (Sousanis, Pignocchi, Venayre & Davodeau, Smolderen & Minguet), le dessin (Kuschnir, Azevedo et Ramos, Hendrickson, Taussig) ou l’écriture littéraire, poétique ou fictionnelle (Leiris, Behar, Ashfort, Testart, Chauvier…).

Extrait de l’article en format bande dessinée « Un fil d’Ariane dans le Dendi », de Lucie Smolderen (CAC- ULB) et Romain Minguet (dessinateur), publié en 2013 dans la revue Techniques et culture. Il combine à la fois une contextualisation des données ethnographiques et un retour méthodologique d’une enquête de terrain.

Ce rapide inventaire, qui est loin d’être exhaustif et n’en a pas l’ambition, permet de montrer très brièvement la diversité des pratiques individuelles et collectives faisant un pas de côté devant les canons de publication des sciences humaines et sociales, tant chez les francophones que les anglophones (ou ailleurs encore).

Alors que ces chercheurs se sont attachés à démontrer l’intérêt heuristique, épistémologique, méthodologique ou même analytique que peuvent revêtir ces productions scientifiques alternatives – comme l’atteste par exemple l’institutionnalisation de la sociologie visuelle (Colleyn, Durand et Sebag, Ganne, Géhin et Stevens, Harper, RT 47, Chauvin et Reix…) – ces dernières peinent toutefois à obtenir une reconnaissance au sein du monde scientifique. Lassés et lassées de devoir en justifier l’intérêt scientifique, celles et ceux qui pratiquent de telles démarches se tournent tantôt vers une reconnaissance purement artistique ; ou bien associent leur créativité à un loisir personnel, un « à côté », en marge de leur travail classique. Dans un tel contexte, où il semble indispensable de choisir son c(h)amp – artistique, scientifique, amateur –, comment continuer à jouer avec les lignes et maintenir une continuité parmi nos multiples expériences du monde ?

Moi, un noir – Jean Rouch (1958) from Ciclic on Vimeo.

Extrait de « Moi un noir » de Jean Rouch, 1958. Cet anthropologue et cinéaste précurseur allie dans ce film fiction, improvisation et ethnographie, le tout offrant une approche de la vie quotidienne d’Abidjan et des rêves de la jeunesse de l’époque.

Débridons ! Hybridons !

L’Atelier d’hybridations anthropologiques s’est créé autour de ces deux impulsions. Débrider d’abord, dans le sens littéral d’ôter la bride à un animal : le libérer pour qu’il s’émancipe de ce qui contraignait ses mouvements. Et puis, à l’intérieur du mot, en faisant fi de l’étymologie, nous avons trouvé l’idée de débris. Que fait-on des débris, des restes de la recherche, de tout ce qui a été mis de côté, que l’on garde, mais qui est rejeté ?

Ces excès ethnographiques, cette « part maudite » de l’économie scientifique (Bataille), resteront-ils invisibles dans le texte consacré ? Peut-on les donner à voir ? Disent-ils d’autres choses de nos recherches ? Peut-on en tirer quelques enseignements ? Que faire alors de ces matières qui ne trouvent pas, ou peu, leur place dans le texte écrit ? Pouvons-nous ou devons-nous recycler nos débris ? La question ainsi posée peut paraître culottée. Nos excès font alors écho à la passion démesurée des Grecs – « hybris » (prononcer « hubris »), c’est-à-dire le franchissement d’une limite, un acte qui vient bousculer l’ordre moral.

Est-ce cela que recouvre la notion d’« hybridation », qui s’est rapidement imposée pour qualifier les productions qui attiraient notre attention ? Déjà évoquée par les auteurs comme Laplantine ou Adorno avec leurs projets de socio-anthropologie narrative, nous avons également trouvé un sens à l’hybride dans le manifeste Cyborg proposé par Haraway. Elle y décrit l’être cyborg comme un statut situé à l’entre-deux, résultant de l’association de deux choses toujours considérées comme appartenant à des familles ou domaines différents.

Figure 1 : Cadavre exquis proposé dans le cadre de notre concours annuel visant à constituer le bandeau officiel de notre site. Le cadavre exquis est une figure hybride idéale : résultat d’un dessin collectif, non concerté en amont, il donne lieu à la création d’un personnage composite, monstrueux, poétique et/ou comique. Il permet de stimuler notre inventivité et de questionner nos aspirations à l’uniformité et à la perfection des modèles. À travers une élaboration collective décalée, inspirée des surréalistes, nous produisons un objet encourageant l’émancipation et le rêve.

Cette posture ambiguë de l’hybride fait écho à l’identité métisse et singulière des initiatives artistiques de nos collègues scientifiques. Isolées et privées de la reconnaissance de chacun de leurs deux parents, tantôt trop peu conceptuelles et tantôt trop peu abouties d’un point de vue technique ou artistique (un autre c(h)amp avec de puissants canons !), celles-ci se voient souvent déshéritées, ou soumises à l’allégeance culpabilisée d’un domaine au détriment de l’autre. Pourtant, ces initiatives situées à l’entre-deux sont également une invitation à dépasser les carcans disciplinaires et stylistiques pour ouvrir de nouveaux espaces d’expression et d’expérimentation. Jugées stériles, sans racines ou dénuée d’une pureté originelle, nous avons vu dans la fragilité et la monstruosité de ces êtres hybrides la possibilité de nous créer, dans les marges, un espace de liberté et de communion.

L’Atelier d’hybridations anthropologiques (AHA), créé en 2014 au sein du Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) de l’Université libre de Bruxelles (ULB) par un petit groupe de chercheuses, s’est ainsi constitué dans le but de développer un espace de réflexion et d’expérimentation collective à l’interface de l’univers des arts et techniques et celui des sciences sociales. En identifiant des points communs et des lieux de convergences entre les démarches scientifiques et artistiques, notre projet souhaite construire des passerelles entre l’université et son dehors. Il nous permet de créer des liens au sein de la myriade des œuvres et des travaux existants, tant de la part de chercheurs que d’artistes susceptibles de se sentir concernés par ces questionnements. Nous travaillons donc à ouvrir l’université, afin qu’elle soit un lieu d’accueil, de découverte et de partage des hybrides pour une communauté élargie, tout en pensant également les manières de faire sortir les productions et les personnes hors de ses murs, pour les réintégrer dans la ville (Bruxelles) et plus largement, dans la cité.

Figure 2 : Manifeste de l’AHA, publié en ligne en 2016.

 

Les activités qui nous animent sont de trois types : pédagogique, créative et collective.

Nous mettons en place des formations biannuelles nous permettant de nous familiariser avec des techniques artistiques (cadrage, montage, maniement de caméra, croquis, prise de son, montage son, développement photo, etc.) afin de développer un certain savoir-faire.

Nous organisons également des rencontres et des discussions avec des scientifiques ou des artistes dont les travaux peuvent nous inspirer, faire avancer notre réflexion ou donner envie de nous lancer nous-mêmes dans des hybridations. La découverte et le partage de connaissance visent en effet à susciter ou encourager des vocations, sans pour autant réinventer la poudre là où d’autres ont déjà amorcé la réflexion (ou allumé la mèche !).

Figures 3 : Summer school AHA, atelier de sociologie visuelle.

Nous tentons enfin de dynamiser un réseau transdisciplinaire et inter-universitaire autour de lieux d’intérêts communs dont le caractère métisse n’est pas toujours facile à appréhender.

La volonté de l’AHA est surtout de faire exister un espace légitime de questionnements et de discussions, de recréer de la stimulation collective et d’offrir des possibilités de légèreté créatrice, trop souvent brimée dans le processus de spécialisation professionnelle.

L’AHA a décidé d’en rire plutôt que d’en pleurer.

Le Web-documentaire, un outil sociologique?

Chaque année, les enseignants de l’UPJV, Maité Boullosa-Joly, Sophie Chevalier et Aline Hémond, organisent des stages de terrain pour les licences de sociologie « parcours ethnologie » de l’UPJV (Université d’Amiens). L’idée est de mettre en pratique, à partir d’une enquête collective, les apprentissages méthodologiques et théoriques suivis depuis la 1ère année. Différentes techniques sont mobilisées : celles de l’observation, de l’entretien, de l’analyse de contenu, des recherches bibliographiques,… Les étudiants qui suivent le cours « anthropologie visuelle » mettent aussi en pratique les techniques audio-visuelles (photos-vidéos) dont ils font l’apprentissage. En 2017-2018, nous avons été lauréat d’un PPI (Projet pédagogique innovant) qui nous a permis, grâce à un soutien financier, de réaliser ce webdocumentaire. C’est un support qui permet de naviguer et de choisir ce qui nous intéresse par thématique. Il est particulièrement adapté pour valoriser les enquêtes et le travail des étudiants.

Les vidéos ne sont pas de qualité égale, pour certains étudiants, c’était la première fois qu’ils filmaient, notamment en extérieur. Il y a donc des problèmes de son pour certaines vidéos. Mais d’autres sont très biens et dans chaque rubrique il y a des perles, cela vaut la peine d’aller naviguer sur le site.  Sur la page d’accueil, vous trouverez aussi une rubrique “projet pédagogique innovant”. Dans la vidéo “c’est génial”, les étudiants s’expriment sur l’intérêt du stage dans leur formation et la richesse de cette expérience, autant d’un point de vue professionnel que personnel. Il y a une autre vidéo où les enseignants s’expriment à leur tour sur le projet. Dans chaque rubrique, un onglet « enquête » est destiné aux étudiants afin qu’ils expliquent leur sujet d’enquête.

Nous vous laissons le découvrir ! 

Maité Boullosa-Joly, Sophie Chevalier et Aline Hémond

https://webtv.u-picardie.fr/watch_video.php?v=2BHHGSXNHSWW#menu

Parution : Kim Tondeur sur “le boom graphique en anthropologie”

Dans l’actualité des publications en sciences sociales, voilà une parution importante pour l’AHA ! Kim Tondeur, anthropologue et  dessinateur membre de notre collectif, vient de publier un article sur le “boom graphique” dans la revenue Omertaa, Journal for applied anthropology.

Voici la reproduction du résumé ici :

Depuis une quinzaine d’années environ, l’intérêt des anthropologues pour la pratique du dessin va grandissant. Tandis que pinceaux et crayons accompagnaient déjà les ethnographes à l’aube de l’anthropologie, on assiste désormais à un renouveau postmoderne du dessin qui interroge les potentialités de ce médium comme outil d’inscription, technique d’analyse et moyen de communication. Une effervescence face à laquelle l’anthropologie francophone se remarque surtout par son mutisme. Dans cet article, je m’attache à retracer une courte histoire de l’utilisation du dessin en anthropologie avant de situer le renouveau graphique au sein du contexte sociétal et académique qui est le sien: expansion de la culture graphique, tournant ethnographique, critique postmoderne et crise de la représentation forment ici le terreau d’une curiosité renouvelée pour ce médium graphique. J’expose ensuite brièvement six discussions actuelles en anthropologie graphique qui pointent du doigt les potentialités de ce médium oublié comme méthode de recherche et de représentation. Enfin sont proposés en guise de conclusion quelques chantiers futurs de l’anthropographie.

Et voici le lien de téléchargement du pdf !

Crédit image : École de l’AHA 2015 – Ateliers dessin

Retour sur une présentation / projection : « One, Two, Three, Viva l’Algérie » – Réflexions sur un film « en train de se faire »

Ce mardi 4 décembre 2018, dans la pénombre de la salle AZ.1.101 du campus du Solbosch, nous avons eu l’occasion de découvrir le travail de Samuel Ab sur son film « One, Two, Three, Viva l’Algérie »,encore en montage, réalisé en co-production entre un collectif parisien et une co-prod en Algérie. La séance était l’opportunité de plonger dans les enjeux complexes sous-jacents au montage du cinéma documentaire tels que la narration, la construction de personnages, l’écriture de la voix off ou le positionnement du réalisateur face à son sujet… des enjeux qui font écho à la démarche de l’anthropologue.

Pour ouvrir la séance, Samuel est revenu sur la genèse de son projet. Ce dernier débute il y 8 ans, dans le cadre de ses études à la fac et motivé par des origines familiales et des connaissances algériennes qui lui ont donné l’envie de découvrir ce pays dont il ne connaît que peu de choses en tant que Français. Durant un an et demi, le projet mûrit et Samuel prend la décision de retourner filmer au moment de la coupe du monde. En raison de problèmes de visas qui parviennent tardivement, il commence par filmer en France et ne filme que la fin de la coupe en Algérie. A la suite de quelques essais de montage personnels, le film devient une collaboration avec Amine, un monteur algérien. À partir d’un premier montage, des personnages sont réécris et ajoutés au film d’abord conçu sans la partie en cinéma direct avec personnages. Lors de la coupe du monde de 2018, Samuel retourne filmer en Algérie ainsi que la fin de la coupe en France.

Guidé en partie par une curiosité vis-à-vis du slogan « One, Two, Three, Viva l’Algérie », le propos du film est d’aborder au travers du jeu un portrait contemporain du pays et d’interroger son rapport avec la France. L’angle d’approche, par le foot, se veut une manière de traiter le sujet sans s’engager dans une documentation proprement historique ; néanmoins, la forme collective suscitée par le foot est l’opportunité d’évoquer des valeurs et des histoires. La volatilité du rapport à celui-ci et à son équipe est utilisée pour parler du rapport aux deux pays. Le choix est également motivé par l’affection de Samuel pour ses grands événements où les gens se côtoient et qui donnent lieu à des moments de communion, quelle que soit la passion pour le sport. Pourquoi ses héros ? Pourquoi ses symboles ? Pourquoi cela fonctionne ? Samuel explique que ces questions, qui ont guidé ses premières images en 2010, reviennent progressivement dans le film après quelques détours.

Dans la suite de la présentation et dans la discussion qui suit, différents enjeux sont mis en évidence.

Une première difficulté du montage réside dans l’articulation des différents types d’images dont les provenances sont variées – images tournées par Samuel et Amine, mais aussi des images issues de documents historiques ou empruntées sur des plateformes telles que Youtube – et deux régimes de narration : des séquences où le montage articule de telles images et un « cinéma direct » plus spontané comme les séquences présentant des moments de vie mêlés d’interviews. Prises en France autant qu’en Algérie, la façon de passer d’un pays à l’autre est aussi interrogée, mais pour le réalisateur, les images s’exposent dans une logique qui n’est pas nécessairement géographique.

Une autre difficulté concerne la voix off dont nous avions déjà évoqué plusieurs enjeux l’année dernière dans le cadre du cycle de projection. Si son rôle dans la nécessité de donner sens au contenu est souvent discuté, il se pose également la question de son identité. Dans le projet de Samuel, la voix off est d’abord imaginée en collaboration avec un slamer puis comme une voix féminine pour devenir finalement sa propre voix : l’enjeu est alors de créer un personnage narrateur, sans que celui-ci ne soit présent pour raconter sa vie, mais dont l’identité restitue pourtant le chemin et le positionnement du réalisateur auquel le projet a fait découvrir l’Algérie. Ce positionnement qui ne va pas de soi. Samuel est français et son entreprise pose d’emblée des questions de légitimité. Son rapport aux pays évolue aussi depuis son premier voyage en 2010 où il découvre le pays. Le film est un apprentissage et son regard porté sur l’Algérie devient en retour aussi un regard porté sur la France.

Absents au début du projet, des personnages sont introduits tardivement. En plus du personnage de Samuel qui émerge progressivement au travers de la voix off, cinq personnages ont été choisis. Ces personnages ont pour point commun d’avoir un rapport avec le foot tout en ayant un pied en dehors. Samuel évoque aussi la construction du « personnage collectif » (spectateurs face aux matchs où lors des célébrations) dans le cadre du montage.

En conclusion de sa présentation, écourtée pour laisser place à la discussion, Samuel compare le montage du film avec la sculpture : d’une première forme grossière, la forme finale est affinée progressivement. D’autres questions se posent, notamment celle du public visé par le film. Samuel aimerait projeter son film en France ainsi qu’en Algérie. L’enjeu est alors de construire quelque chose qui puisse être compréhensible et puisse faire sens dans les deux pays. Le problème est spécialement difficile pour la séquence durant laquelle Samuel et Amine insèrent des images issues de documents historiques. Ces images et ces événements, biens connus en Algérie, ne sont pas connus ni enseignés en France.

La dernière réflexion sur le public ciblé par le film est aussi l’occasion de revenir sur les questions d’intentions. Comment trouver ce qui est essentiel au film ? A qui ou à quoi donner plus d’importance ? Qu’est-ce qui pourra intéresser le public au-delà des deux réalisateurs ? Motivées par l’envie de partir pour découvrir, de filmer et de raconter quelques histoires, les questions de la démarche et du public viennent en cours de route, engendrées par un mûrissement progressif du projet, mais aussi par d’autres impératifs : la nécessité de finaliser un projet qui s’étale déjà sur 8 ans, de faire voir les images et de rapporter un peu d’argent.

Dans la discussion, c’est l’occasion pour Madeleine de revenir sur les enseignements de son master en sociologie visuelle. Le propos naît du montage et la problématique se construit 3X : avant de filmer, une fois qu’on se retrouve avec autre chose devant les yeux que ce qui était prévu, et ensuite pendant le montage lorsqu’on se rend compte des impératifs liés au public, de la nécessité d’introduire des personnages, etc. Pour Madeleine, les extraits montrés par Samuel révèlent encore beaucoup d’intentions. Elle rapproche cela de son travail de thèse. Dans un tel travail, comme dans la conception d’un documentaire, il faut faire simple alors que la réalité, elle, est compliquée.

La présentation de Samuel est plus largement l’occasion de saisir une nouvelle fois les parallèles entre la démarche de recherche en sciences sociales et celle du cinéma documentaire. La construction d’un objet de recherche, de personnages, la construction progressive de la problématique, la collecte d’un matériel qui déborde de toute part, la simplification des faits et la place occupée par le·la réalisateur·trice – chercheur·euse font partie intégrante des enjeux tant du montage cinématographique ou que de la rédaction du travail scientifique. Des points d’attache pour « faire et défaire » des pratiques de créations communes ?

« One, Two, Three, Viva l’Algérie » – Réflexions sur un film “en train de se faire” – Projection/Discussion du 4.12.2018

Dans le cadre du cycle FAIRE ET DÉFAIRE LE CINÉMA SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE, le collectif AHA présente l’événement :

« One, Two, Three, Viva l’Algérie »
/ Réflexions sur un film “en train de se faire”.

PRÉSENTATION DE LA SOIRÉE:
Samuel Ab – documentariste – propose un temps d’échange à partir du film « One, Two, Three, Viva l’Algérie » en cours de montage. Ce long-métrage documentaire dresse un portrait de l’Algérie contemporaine, et de sa relation avec la France, à travers le prisme du football et de sa participation aux dernières Coupes du Monde.
Le film articule différents régimes de narration – cinéma direct et expérimental – et travaille en partie avec l’hybridation des images. (Tournage de 2010 à 2018, archives télévisuelles, extraits de films, Youtube, téléphone portable..).

SYNOPSIS DU FILM:
2009. Des dizaines de milliers de personnes courent, hurlent et klaxonnent à Paris. Une émeute ? Non, l’Algérie vient de se qualifier pour la Coupe du Monde. « One, two, Three, Viva l’Algérie !» : ils sont fiers de leur équipe, fiers d’être algériens, fiers d’exister aux yeux du monde, et plus particulièrement en France.
Omniprésente ici, l’Algérie souffre pourtant d’une lourde absence de représentations. Derrière un éphémère phénomène sportif se révèlent les turbulentes relations entre les deux pays ainsi que les profondes questions de l’identité, de la mémoire et du roman national.
2018. L’histoire se rejoue, les drapeaux algériens sont toujours là, mais cette fois-ci c’est la France qui est sacrée championne du monde. Entre les deux pays, les portraits croisés de cinq spectateurs reflètent la fragilité d’une (re)construction individuelle et collective. L’écriture au présent d’une histoire commune.

LE RÉALISATEUR:
Samuel Ab est technicien audiovisuel, réalisateur indépendant et membre actif de la coopérative audiovisuelle Synaps. Son travail documentaire emprunte à l’anthropologie visuelle et au cinéma politique.

Bande annonce: https://vimeo.com/154880056

L’entrée est libre




Cadavre exquis 2018-2019

Voici le dessin gagnant du concours de cadavre exquis 2018-2019 !

Comme promis, il est désormais en bannière de notre page Facebook et du présent carnet hypothèses, dans une version monochrome toutefois, pour des questions d’harmonie avec les couleurs choisies auparavant pour la page et les menus. Nous nous excusons pour cette modification quelque peu conservatrice, mais le caleçon à cœurs est toujours là. Donc l’esprit reste !

Un grand merci à l’équipe de Renkin d’avoir participé !

Concours de cadavres exquis 2018-2019

Le visuel de l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques (AHA) fera peau neuve à l’automne ! Dans ce cadre, l’AHA vous propose un concours de cadavres exquis dessinés, dont le gagnant déterminera la banderole officielle de nos sites pour l’année scolaire 2018-2019.

COMMENT PARTICIPER ?

Toute personne est libre de participer.
Votre contribution à ce concours devra toutefois correspondre à quelques critères :

– être réalisée à minimum 2 personnes. Pliez (ou cachez) votre support en autant de fois qu’il y a de participant.e.s (ou plus encore) de manière à ce qu’il.elle.s ne puissent pas voir les parties de dessin des autres, attribuez-vous une partie du corps de la bête (tête, buste, jambes) ou de la chose, du lieu, de l’objet, s’il en est. Prenez par ailleurs soin d’assurer la transition du dessin pour permettre à ce.lui.lle qui vous suit de continuer le dessin afin d’éviter un ajustement malheureux.

– être dessinée sur un support respectant la proportion 26/5 cm.

-cette contribution pourra se réaliser en dessin, mais également en photo, collage, peinture, sculpture, couture ?…

– le personnage/truc/chose/monstre/lieu/objet qui en sort, s’il en est, devra se lire de manière horizontale et non verticale.

CONTACT ET DEAD LINE:
Envoyez-nous une copie scannée de vos cadavres exquis à l’adresse : contact@aha-lamc.xyz AVANT le 31 AOÛT 2018.

Amusez-vous bien et bon été !

La science dont elle rêve… et nous aussi !

Faisons un détour par les mathématiques pour questionner l’exercice de la recherche scientifique aujourd’hui. Laure Saint-Raymond,  mathématicienne française,  dépeint un tableau critique du monde académique actuel et propose quelques perspectives stimulantes lors d’une leçon à l’Académie des sciences française :

Ne pas toujours être efficace, ralentir pour explorer, discuter avec ses voisins de pallier… respirer et se laisser aller au gré de ses inspirations, “un chemin plus raide, mais plus esthétique”, qui ouvre des perspectives élargies, de recherche et de travail collectif et créatif ; Faire fi des injonctions à l’excellence, que les dirigeants qui la défendent sont bien en peine de définir, “se tromper et savoir en rire”, “faire des plans sur la comète”… “Notre communauté universitaire gagnerait sûrement à être moins endogène”, dit la mathématicienne. C’est un peu ce qui nous tient, à l’AHA : s’ouvrir et créer des passerelles, avec d’autres univers – pourquoi pas les maths !

Une petite vidéo pour réfléchir :

L’image en une :
Projet Passarola : Figure de la Barque  inventée en 1709 par Laurent de Gusman, Chapelain du Roi de Portugal, pour s’élever et se diriger dans les Airs – Bibliothèque nationale de France. Bartolomeu Lourenço de Gusmão, père catholique et scientifique portugais, est né au Brésil (colonie portugaise) en 1685 et mort à Tolède, en Espagne en 1724.

Faire et Défaire #7 : Projection du documentaire “Les forêts sombres”, en présence du réalisateur Stéphane Breton

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

 

La septième et dernière séance du cycle de projection se tiendra le mercredi 27 juin, de 18h à 20h à la salle AZ1 101. On aura le plaisir de visionner le dernier documentaire du célèbre réalisateur français Séphane BretonLes forêts sombres, sélectionné et promu à l’occasion du renommé festival du Cinéma du réel (Paris, 2015).

Synopsis:

Au bout de la route, il y a un chemin, le dernier, un chemin envahi par la boue sibérienne en automne, et au bout de ce chemin, une immense forêt obscure protégeant pudiquement ceux qui ont gagné leur dernier refuge auprès d’elle, dans des hameaux qui s’effilochent tous les jours et que rongent le malheur et l’alcool. Il faut aller le plus loin possible, être prêt à tomber dans le fossé, pour voir ce qui fait de nous des hommes.

 

Le réalisateur: 

Stéphane Breton est un cinéaste et anthropologue de l’EHESS qui s’est démarqué suite à son premier film, “Eux et moi”, réalisé sur son terrain en Nouvelle Guinée, en 2001, et devenu un classique incontournable du cinéma socio-anthropologique. Depuis, le réalisateur a multiplié ses productions visuelles, prenant petit à petit de l’autonomie vis-à-vis du monde scientifique et de la liberté dans sa démarche créative.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: https://vimeo.com/ondemand/lesforetssombres/143894528

A bientôt !

Retours sur la conférence du photographe et anthropologue Christian Vium

Parce que les blagues plus courtes sont les meilleures, AHA vous propose un bref feedback d’un de nos derniers événements. C’est moi, Madeleine, qui prend la plume, que j’ai voulu légère.

Alors voilà.

Le 14 mai 2018, l’anthropologue et photographe Christian Vium nous a fait l’honneur de se déplacer à Bruxelles, depuis l’Université d’Aarhus, pour un exposé organisé dans le cadre du cycle de conférence en anthropologie du LAMC.

Hé bon, c’était super.

Avec Noémie Marcus, on avait regardé son travail sur son site (christianvium.com), et on avait plein de questions.

On se demandait quelle valeur était accordée à l’esthétique au moment de produire une narration visuelle sur le réel et est-ce que cette démarche était avouée dès le départ. Parce que, qu’est-ce que le beau ? La recherche d’esthétique faisait-elle disparaître certains aspects de la réalité sociale (plus facilement conceptualisable par écrit), où permettait-elle au contraire d’ouvrir des registres de connaissances alternatifs sur nos terrains (émotionnel et politique, par exemple).

Malgré la volonté de Christian Vium de déconstruire l’imaginaire photographique empreint de colonialisme, on craignait les glissades sur la pente de l’exotisation, conséquences de la réification esthétique d’une personne par son portrait. Après tout, ne parle-t-on pas de « cliché » ? Une image arrêtée, fixe et soumise au dispositif photographique qui, dans une démarche anthropologique, rappelle les biais allochroniques et fixistes, passant à côté de l’aspect dynamique et mouvant de la réalité sociale.

Bon, et puis, il y avait aussi la relation du photographe avec les gens qu’il rencontrait. Comment il négociait sa place et, surtout, son appareil photo. Il devait bien exister des contextes où la photo était une pratique plus naturelle (parce qu’associée au journalisme ou au tourisme, par exemple) et d’autres où, au contraire, la photo était plus délicate.

On n’est pas restées sur notre faim.

Christian Vium a anticipé chacune de nos questions en s’attachant à nous démontrer l’intérêt heuristique de sa pratique photographique sur le terrain. Sa série « Encounters », impliquant images d’archives, photos de familles des gens qu’il rencontrait, et ses propres shootings a permis de mettre en évidence qu’un projet photo, c’est finalement un prétexte à interpellation comme un autre, un catalyseur, qui délie les langues, mais pas que.

 © Cristian Vium

Placé dans une perspective diachronique, les séries de photos qui ont été présentées rendent incontournable la question coloniale. Par sa démarche collaborative (laissant le choix aux personnes finalement photographiées de décider de leurs poses, de leurs mises en scène ou des scènes quotidiennes qu’elles souhaitent immortaliser), le photographe et anthropologue déconstruit l’idée de passivité et de soumission des individus face au dispositif photographique. Il insiste sur leur agency, leur appropriation de l’histoire et du média, les jeux narcissiques, les interdits tacites et, par l’usage du portrait filmé, dévoile les coulisses de l’acte de photographier.

Tout ce processus, dont l’intérêt permet de se créer de la légitimité et de désamorcer les critiques vis-à-vis du potentiel déséquilibre utilitariste de la relation photographe/photographié, demeure toutefois invisible à la vue de la photo seule et passera toutefois par l’écrit ou la parole, nécessitant donc un accompagnement des photos pour que l’aspect collaboratif soit explicite. Avec beaucoup de lucidité, Christian Vium a fait preuve d’une analyse réflexive surprenante à cet égard, concédant ainsi les limites conceptuelles du visuel dans une démarche socio-anthropologique.

Cette réflexivité l’a d’ailleurs amené à questionner sa place d’homme blanc et l’asymétrie que provoque l’appareil photo et la situation d’entretien sur le terrain, ce qui outrepasse évidemment le cadre précis de la démarche photographique, renvoyant ainsi à des questionnements plus généraux sur la légitimité et la place des anthropologues en des terrains (post-)coloniaux.

Quant à l’esthétique, on conçoit aisément comment des questions éthiques (d’anonymat notamment) et pratiques ont influencé certains choix de flou et de noir et blanc pour sa série « The departed », sur le voyage entrepris par des migrants d’Afrique de l’ouest en route vers l’Europe et ce, sans compter l’aspect émotionnel (angoisse, drame) et narratif (le mouvement, la transformation personnelle). Il était toutefois intéressant de discuter comment Christian Vium s’est retrouvé piégé dans une certaine forme esthétique, supposée servir le fond, dans la quête de distinction face à la déferlante journalistique et comment l’accusation de subjectivité artistique soulève la question de la sémantique photographique. Après tout, une photo est-elle plus objective si elle est « réaliste » ?

© Cristian Vium

Parmi tant d’autres sujets abordés, on retiendra également l’importance de l’édition, de l’agencement des photos et de la mise en place des expositions, qui jouent un rôle crucial dans la narration et le sens que les images prennent. Au contraire des publications scientifiques, les productions visuelles sont par ailleurs plus enclines à la diffusion à un plus large public, suscitant ainsi des discussions et débats susceptibles de faire resurgir de nombreux questionnements épistémologiques et méthodologiques propres aux sciences sociales.

Car, si la photographie propose un regard sur le réel différent par rapport à l’approche socio-anthropologique classique, avec ses limites, ses obstacles et ses plus-values, elle permet malgré tout, par les points de convergence où ces deux démarches se rencontrent, d’interroger de manière originale les bases sur lesquelles repose l’analyse du monde social.

Christian Vium cherchait une liberté narrative difficilement concédée dans les revues scientifiques classiques, osant passer le pas du surréalisme, particulièrement appréciable dans l’édition et l’exposition de sa série « Ville nomade ». Il embrasse ainsi le lâcher prise vis-à-vis de l’interprétation de ses photos par le public, renonce au pouvoir argumentatif de l’écrit, pour se concentrer sur le plaisir procuré par le laisser-aller créatif et la reconnaissance de la plasticité potentielle de nos terrains d’étude.

© Cristian Vium

Finalement, avec l’AHA, c’est tout ça qu’on recherche. Expérimenter, prendre du plaisir, s’ouvrir des portes et des fenêtres et affronter les courants d’air. Attention, le petit oiseau va sortir.

Faire et Défaire #6 : Burning Out, par Jérôme le Maire

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La sixième séance du cycle de projection se tiendra le mardi 29 mai, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire du célèbre réalisateur belge Jérôme le Maire, Burning Out, sélectionné et promu à l’occasion de multiples festivals tels que le festivals de Docville (2017), l’IDFA Compétition (2016), Visions du Réel (2017), Millenium (2017), et bien d’autres.

Synopsis:

Pendant 2 ans, le réalisateur belge Jérôme le Maire a suivi les membres de l’unité chirurgicale dans l’un des plus grands hôpitaux de Paris. Ce bloc opératoire ultraperformant fonctionne à flux tendu : 14 salles en ligne ayant pour objectif de pratiquer chacune huit à dix interventions par jour. L’organisation du travail, bien qu’extrêmement sophistiquée, est devenue pathogène. Le personnel médical et paramédical courbe l’échine. Stress chronique, burn-out, et risques psychosociaux gangrènent l’hôpital. Chirurgiens, anesthésistes, infirmiers et aides soignants, mais aussi cadres, gestionnaires, et directeurs sont pris dans une course effrénée qui semble sans fin. Consciente de ce problème, l’administration a commandé un audit sur l’organisation du travail afin de tenter de désamorcer le début d’incendie. « BURNING OUT » est une plongée au cœur du travail et de ses excès, quand il y a surchauffe et que l’embrasement menace. Il veut comprendre l’incendie contemporain, ce trouble miroir de notre société, qui affecte celle-ci jusque dans ses hôpitaux.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: http://www.burning-out-film.com/?lang=fr

A bientôt !

AUDIO-VISUAL DIALOGUES – Conférence

Dans le cadre du cycle de conférences en Anthropologie du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques est heureux de vous annoncer la conférence de Christian Vium (Aarhus University) qui présentera Audio-visual Dialogues le lundi 14 mai de 16 à 18h dans la salle Janne, au 15e étage de L’Institut de Sociologie (44 Avenue Janne 1050 Bruxelles).

Biography:

Christian Vium (born 1980 in Aarhus, Denmark) is an anthropologist, photographer and film-maker primarily working on long-term research-based projects involving experimental and collaborative methods at the intersection between the social sciences and the arts. Christian Vium has received numerous international awards for his work, most recently one of Europe’s most prestigious photographic prizes: The Prix HSBC pour la Photographie in 2016, as well as a being selected as a FOAM Talent in 2015. His work has been exhibited in Amsterdam, Athens, Berlin, Brussels, Copenhagen, London, New York, Paris, San Francisco, Sydney, and Tokyo, among other places.In 2016, he was nominated for the Silver Medal for excellent research by the Royal Danish Academy of Sciences and Letters and received a two-year postdoctoral scholarship by the Carlsberg Foundation the same year. Christian Vium holds a PhD in anthropology from the University of Copenhagen and is a post-doctoral research fellow in anthropology at Aarhus University.Site: http://www.christianvium.com
Abstract:
With a point of departure in a presentation of material and empirical cases from several long-term anthropological research projects in which film and photography occupies a privileged role, this presentation focuses on my approach to an experimental visual anthropology. In the presentation, I invite the audience through concrete stages of my work process and discuss my take on intervention, collaboration, co-curation, editing and exhibition-making, and how these may be seen as constituting both methodological and analytical approaches that afford particular ways of interrogating and communicating anthropological knowledge.

Faire et défaire #5 : L’eau sacrée, un documentaire d’Olivier Jourdain

Faire et Défaire #5: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection “Faire et Défaire” mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La cinquième séance du cycle de projection se tiendra le mardi 8 mai, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire court-métrage d’Olivier Jourdan, L’eau sacrée, sélectionné et promu à l’occasion de multiples festivals tels que  FEST (2017), MICE (2017), SOLE LUNA DOC PALERMO (2017), MIRAAS DOC (2017), SIMA (2017), et bien d’autres.

Synopsis: Guidé par Vestine, star extravagante des nuits radiophoniques, le film part à la découverte de la sexualité rwandaise, en quête de l’eau qui jaillit du corps des femmes et nous dévoile avec humour et spontanéité le mystère de l’éjaculation féminine. Sacred Water confronte le public occidental à sa propre intimité et l’immerge dans la société rwandaise d’aujourd’hui par le biais de son héritage le plus secret: le plaisir féminin.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: http://sacredwater-movie.com

Expériences à l'interface des arts et des sciences sociales