Archives par mot-clé : Fiction

Comment rendre visible l’invisible ? Dialogue filmé entre arts et sciences

Frédérique Aït-Touati, est historienne des sciences (astronomie, optique) et de la littérature, chargée de recherche au CNRS, attachée au Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL), de l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales. Également metteure en scène, elle s’intéresse aux liens entre sciences et fictions, et à la manière dont les savoirs permettent de rendre visible l’invisible, avec des méthodes d’observation et d’écriture à la fois objectivantes et subjectives.

Dans le film qui suit – Le théâtre des monstres, elle dialogue avec Momoko Seto, vidéaste et plasticienne japonaise francophone, dont le travail porte (entre autres) un regard décalé sur le monde microscopique : insectes, champignons, mollusques, moisissures et autres êtres étranges avec lesquels nous cohabitons sans tellement les observer. Dans le théâtre des Amandiers, à Nanterre, où la chercheuse est en résidence, les deux femmes se retrouvent dans l’obscurité d’une salle, puis d’un planétarium. Dans la première, l’artiste a installé un appareil photo macro pour recomposer l’image du corps d’une sauterelle. Frédérique Aït-Touati compare ce travail d’observation rendu possible avec les objets technologiques contemporains avec celui du savant anglais du XVIIe siècle Robert Hooke, dans son traité scientifique sur le monde « merveilleux » des insectes : Micrographia. Pour la chercheuse, la science moderne de Hooke et la démarche artistique de Momoko Seko se rencontrent dans le désir de voir, de comprendre et de représenter ce qui échappe à l’œil nu. Comme le microscope grossissant développé par Hooke pour concurrencer les lentilles des astronomes de la révolution copernicienne, l’objectif macro fixé à l’appareil photo de l’artiste japonaise permet de mieux voir, mais il déforme aussi le réel : les images sont fabriquées, recomposées.

Cette confrontation des techniques de représentation graphique (dessin crayonné de Hooke à partir du microscope, superposition de photographies macro de Seko) est l’occasion pour Frédérique Aït-Touati de réactiver une controverse historique sur les travaux de Hooke, considérés par nombre de ces contemporains comme une manière de transformer des êtres minuscules en monstres effrayants. Cette controverse permet ensuite à l’historienne de discuter les oppositions classiques entre science et fiction, entre objectivité et subjectivité.

Cet objet filmique sensible repose sur un dispositif narratif simple, à la fois poétique et didactique, et permet de suivre le fil d’une pensée claire et lumineuse sur les modalités de construction du savoir moderne et ses liens avec l’art et la fiction. Les images de Momo Seko sont belles et déroutantes, intrigantes, et le dialogue entre les deux femmes nous permet de comprendre les coulisses de leur fabrication. Une jolie expérience, hybride.

À voir !