Archives par mot-clé : Ethnographie

Apprenons à écrire avec la lumière !

Nos ethnographies sont parsemées d’images : illustration, support d’analyse, redécouverte de l’objet.

Face à une certaine permanence d’images photographiques – à la fois temporelle, étant donné l’apparition simultanée et le dialogue continu entre l’anthropologie et la photographie à partir du 19e siècle ; et spatiale, dans le sens de l’usage, de la consommation et de la circulation généralisés de l’image – l’AHA souhaite se donner les moyens d’explorer la richesse de cet outil tant précieux à nos recherches.

Il s’agissait peut-être surtout de dépasser une certaine timidité, voire une réticence, à en faire usage, aux vues de nos faiblesses techniques ; mais aussi d’encourager le dépassement d’une certaine inertie intellectuelle, qui privilégie le manuscrit, qui considère peut-être l’image trop proche de la subjectivité, trop soucieuse de l’esthétique : Apprenons à écrire avec la lumière !

L’école d’été que l’AHA a organisée dans ce sens avec l’Atelier 75 – grand merci surtout à Philippe, Savvas et Emmanuel – reposait sur des réflexions engagées au cours de l’année académique précédente lors de conférences et de discussions avec des intervenants extérieurs. D’où la nécessité que ressentaient aussi les organisatrices d’accompagner cet apprentissage pratique et technique de réflexions plus méthodologiques et épistémologiques propres à notre discipline, telle la question de la représentation et de l’objectivisation – du ‘cliché’ – ou de l’approche collaborative.

Un jonglage entre expérimentation et réflexion, mais surtout, échange au-delà des frontières disciplinaires et prise de plaisir, voilà ce qu’on souhaitait solliciter. Et quelle réussite !

La première journée a débuté par une entrée en matière plutôt théorique grâce au cours-conférence d’Emmanuel d’Autreppe sur l’histoire de la photographie documentaire et de ses enjeux, en particulier autour du portrait de famille. Au gré des photos et commentaires avisés de notre conférencier nous est apparu un rapprochement évident entre le travail et les intentions des photographes (documentaires ou non) et des anthropologues notamment autour du questionnement sur le rapport à l’Autre – qu’il soit proche ou lointain – et sa représentation. Savvas et Philippe nous ont ensuite présenté la chambre photographique, appareil grand format imaginé au 19e siècle qui, faisant l’éloge de la lenteur et de la précision, peut certainement être perçu comme à contre-courant du numérique. Armés d’une chambre (quelque peu encombrante) par binôme, nous nous sommes lancés dans des prises de vue du côté de l’arrêt de métro Roodebeek, à la recherche du portrait ou du paysage urbain que nous souhaitions fixer sur nos plans-films. Nos mouvements millimétrés et notre mise à l’abri de la lumière sous le drap recouvrant la chambre malgré le temps caniculaire ont certainement beaucoup intrigué et amusé les passants, qui, pour certains, se sont même prêtés au jeu de la pose.

La matinée du deuxième jour fut consacrée à l’utilisation de nos appareils photos argentiques, chinés par certains, empruntés à un parent pour d’autres. Un film 24×36 noir et blanc a été distribué à chaque participant qui avait deux heures pour se perdre dans la photographie de rue au gré de ses rencontres et coups de cœur visuels. La théorie de la pratique du développement des films fut abordée dès notre pause repas où nous avons pu tenter, à l’aveugle, la mise en spirale d’un ancien négatif, avant que les plus courageux d’entre nous ne tentent le coup en chambre noire. La pratique du laboratoire a pu ensuite débuter toujours sous les explications précises et regards bienveillants de nos formateurs. Les apprentis chimistes-photographes se sont alors lancés dans des secouements bien rythmés des cuves contenant les spirales avec nos pellicules, enchainant bain de révélateur, d’arrêt et fixateur. L’ouverture des cuves a révélé nos trésors, chacun tenant dans les mains le premier résultat de son travail : le négatif. Après séchage, vint le moment tant attendu de notre expérimentation en chambre noire lors du troisième et dernier jour dédié au tirage. Enfilant nos plus beaux tabliers, nous avons pu découvrir les joies et galères des manipulations pour trouver les réglages (ouverture du diaphragme, temps d’exposition, masquages éventuels etc.) adéquats afin de produire la photo papier convenable.

Épuisée mais tellement fière, notre petite équipe a quitté Le 75 en emportant négatif, planche contact et photos, davantage d’expérience en argentique, mais surtout, le souvenir d’un échange entre photographes et étudiants de sciences sociales extrêmement enrichissant.

 

Noémie et Clémentine

AUDIO-VISUAL DIALOGUES – Conférence

Dans le cadre du cycle de conférences en Anthropologie du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques est heureux de vous annoncer la conférence de Christian Vium (Aarhus University) qui présentera Audio-visual Dialogues le lundi 14 mai de 16 à 18h dans la salle Janne, au 15e étage de L’Institut de Sociologie (44 Avenue Janne 1050 Bruxelles).

Biography:

Christian Vium (born 1980 in Aarhus, Denmark) is an anthropologist, photographer and film-maker primarily working on long-term research-based projects involving experimental and collaborative methods at the intersection between the social sciences and the arts. Christian Vium has received numerous international awards for his work, most recently one of Europe’s most prestigious photographic prizes: The Prix HSBC pour la Photographie in 2016, as well as a being selected as a FOAM Talent in 2015. His work has been exhibited in Amsterdam, Athens, Berlin, Brussels, Copenhagen, London, New York, Paris, San Francisco, Sydney, and Tokyo, among other places.In 2016, he was nominated for the Silver Medal for excellent research by the Royal Danish Academy of Sciences and Letters and received a two-year postdoctoral scholarship by the Carlsberg Foundation the same year. Christian Vium holds a PhD in anthropology from the University of Copenhagen and is a post-doctoral research fellow in anthropology at Aarhus University.Site: http://www.christianvium.com
Abstract:
With a point of departure in a presentation of material and empirical cases from several long-term anthropological research projects in which film and photography occupies a privileged role, this presentation focuses on my approach to an experimental visual anthropology. In the presentation, I invite the audience through concrete stages of my work process and discuss my take on intervention, collaboration, co-curation, editing and exhibition-making, and how these may be seen as constituting both methodological and analytical approaches that afford particular ways of interrogating and communicating anthropological knowledge.

D’autres manières de lire le monde: Séminaire du CES

 
Séminaire du CES – Prochaine séanceD’autres manières de dire le monde

Traditionnellement, les chercheur.e.s en sociologie et en anthropologie racontent leur travail scientifique en ayant recours au langage écrit, dans des articles ou des ouvrages, ou au langage oral, lors de séminaires et autres colloques. Pourtant, d’autres manières d’en rendre compte existent qui empruntent des voix.es issues d’autres disciplines académiques, comme l’architecture, l’archéologie et la géographie, ou encore puisées dans des domaines artistiques comme la photographie, le dessin, la vidéo, la muséographie, les arts textiles ou encore le théâtre.

Pour cette année académique, le séminaire du CES se propose de les explorer à partir de travaux menés en son sein et dans d’autres lieux, universitaires et associatifs.

Mardi 13 mars – Enregistrer le monde [séance 4]

Les outils de l’enregistrement sonore ont très tôt été saisis par les chercheur.e.s des sciences sociales. Classiquement, ils.elles les utilisent à des fins de recherche, pour recueillir les discours des informateurs ou à des fins de restitution. Mais d’autres usages existent : archiver des expériences racontées, documenter une problématique de sciences sociales, collecter les bruits de notre environnement, capter des univers sonores, accéder à des expériences sensibles… Cette séance interrogera les usages et les apports de l’enregistrement sonore pour les sciences sociales. Quelle est la spécificité des matériaux sonores ? Comment sont-ils fabriqués et puis utilisés ? A quelles dimensions du social permettent-ils d’accéder ? Comment les faire « parler » en langage de sciences sociales ?

Temps 1. Enregistrer des descriptions in situ d’ambiance
Emmanuelle Lenel, est sociologue et membre du CES et du CASPER à l’Université Saint- Louis – Bruxelles.
Dans son intervention, elle réfléchira à partir de sa propre expérience de recherche à la particularité d’un matériau constitué de commentaires in situ recueillis au cours de parcours commentés sur des ambiances de quartiers, et à ses usages possibles dans le cadre d’une recherche en sciences sociales. Quelle attitude le.a chercheur.e doit-il.elle adopter pour pouvoir recueillir ces données par nature éphémères et déposées en situation ? A quelles dimensions de l’expérience permettent-elles d’accéder, et à quelles conditions ?

©2018 CES – Université Saint-Louis | 43 boulevard du Jardin botanique – 1000 Bruxelles

Web Version Forward Unsubscribe

Powered by Mad Mimi® A GoDaddy® company

Temps 2. Fabriquer une histoire et une mémoire sonore urbaine / Le cas de BNA- BBOT
Séverine Janssen est philosophe et coordonne le collectif BNA-BBOT, Bruxelles nous appartient – Brussel behoort ons toe.

Depuis près de 20 ans, BNA-BBOT recueille, selon divers dispositifs, des récits et sons de Bruxelles. Elle présentera le travail de ce collectif qui vise à historiciser et archiver dynamiquement un ensemble local d’expériences dites. Le ressort de cette micro-histoire est le son, son écriture, la voix. La voix comme micro-trace irréductible à toute frappe textuelle, à toute présence visuelle. Collection indéfinie de voix et de sons surgis d’un temps vécu, la collection sonore de BNA-BBOT forme une biographie vivante et organique de la ville. Elle dit la ville telle qu’elle est parfois, telle qu’elle aurait pu être, telle qu’elle pourrait être. Quelles en sont les limites, quelles en sont les modalités opératoires, comment offrir à ces archives mineures des conditions de pérennité, d’audibilité et de rivalité avec les archives majeures ?

Temps 3. Enquêter sur/à partir des sons du quotidien
Anthony Pecqueux est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) à l’ENSA de Grenoble.
Dans son intervention, il se proposera de revenir d’abord sur une enquête autour du son d’un torrent dans une vallée alpine (le Vénéon). Plus largement, il sera question de discuter théoriquement et d’étayer empiriquement ce qu’il peut en être de la dimension sonore pour une enquête de sciences sociales, et plus spécifiquement quand cette enquête se place sous les auspices de l’ordinaire.

Informations pratiques

Mardi 13 mars 2018, 9h30-12h30, Université Saint-Louis, local P61 (43, bd du Jardin botanique, 1000 Bruxelles, suivre le fléchage)

Inscription gratuite mais obligatoire (des sandwiches sont prévus) : remplir ce formulaire

Ecrire un article scientifique en format BD – Lucie Smolderen et Romain Minguet, “Un fil d’Ariane dans le Dendi”

Publier un article scientifique en format BD? Lucie Smolderen (CAC- ULB) et Romain Minguet ont relevé le défi.

Leur article, “Un fil d’Arianne dans le Dendi”, a été publié en 2013 dans la revue “Techniques et Culture” (disponible à l’adresse suivante: https://tc.revues.org/734). Il combine à la fois une contextualisation des données ethnographiques et un retour méthodologique d’une enquête de terrain.

img-9