Archives par mot-clé : Bruxelles

Retours sur la conférence du photographe et anthropologue Christian Vium

Parce que les blagues plus courtes sont les meilleures, AHA vous propose un bref feedback d’un de nos derniers événements. C’est moi, Madeleine, qui prend la plume, que j’ai voulu légère.

Alors voilà.

Le 14 mai 2018, l’anthropologue et photographe Christian Vium nous a fait l’honneur de se déplacer à Bruxelles, depuis l’Université d’Aarhus, pour un exposé organisé dans le cadre du cycle de conférence en anthropologie du LAMC.

Hé bon, c’était super.

Avec Noémie Marcus, on avait regardé son travail sur son site (christianvium.com), et on avait plein de questions.

On se demandait quelle valeur était accordée à l’esthétique au moment de produire une narration visuelle sur le réel et est-ce que cette démarche était avouée dès le départ. Parce que, qu’est-ce que le beau ? La recherche d’esthétique faisait-elle disparaître certains aspects de la réalité sociale (plus facilement conceptualisable par écrit), où permettait-elle au contraire d’ouvrir des registres de connaissances alternatifs sur nos terrains (émotionnel et politique, par exemple).

Malgré la volonté de Christian Vium de déconstruire l’imaginaire photographique empreint de colonialisme, on craignait les glissades sur la pente de l’exotisation, conséquences de la réification esthétique d’une personne par son portrait. Après tout, ne parle-t-on pas de « cliché » ? Une image arrêtée, fixe et soumise au dispositif photographique qui, dans une démarche anthropologique, rappelle les biais allochroniques et fixistes, passant à côté de l’aspect dynamique et mouvant de la réalité sociale.

Bon, et puis, il y avait aussi la relation du photographe avec les gens qu’il rencontrait. Comment il négociait sa place et, surtout, son appareil photo. Il devait bien exister des contextes où la photo était une pratique plus naturelle (parce qu’associée au journalisme ou au tourisme, par exemple) et d’autres où, au contraire, la photo était plus délicate.

On n’est pas restées sur notre faim.

Christian Vium a anticipé chacune de nos questions en s’attachant à nous démontrer l’intérêt heuristique de sa pratique photographique sur le terrain. Sa série « Encounters », impliquant images d’archives, photos de familles des gens qu’il rencontrait, et ses propres shootings a permis de mettre en évidence qu’un projet photo, c’est finalement un prétexte à interpellation comme un autre, un catalyseur, qui délie les langues, mais pas que.

 © Cristian Vium

Placé dans une perspective diachronique, les séries de photos qui ont été présentées rendent incontournable la question coloniale. Par sa démarche collaborative (laissant le choix aux personnes finalement photographiées de décider de leurs poses, de leurs mises en scène ou des scènes quotidiennes qu’elles souhaitent immortaliser), le photographe et anthropologue déconstruit l’idée de passivité et de soumission des individus face au dispositif photographique. Il insiste sur leur agency, leur appropriation de l’histoire et du média, les jeux narcissiques, les interdits tacites et, par l’usage du portrait filmé, dévoile les coulisses de l’acte de photographier.

Tout ce processus, dont l’intérêt permet de se créer de la légitimité et de désamorcer les critiques vis-à-vis du potentiel déséquilibre utilitariste de la relation photographe/photographié, demeure toutefois invisible à la vue de la photo seule et passera toutefois par l’écrit ou la parole, nécessitant donc un accompagnement des photos pour que l’aspect collaboratif soit explicite. Avec beaucoup de lucidité, Christian Vium a fait preuve d’une analyse réflexive surprenante à cet égard, concédant ainsi les limites conceptuelles du visuel dans une démarche socio-anthropologique.

Cette réflexivité l’a d’ailleurs amené à questionner sa place d’homme blanc et l’asymétrie que provoque l’appareil photo et la situation d’entretien sur le terrain, ce qui outrepasse évidemment le cadre précis de la démarche photographique, renvoyant ainsi à des questionnements plus généraux sur la légitimité et la place des anthropologues en des terrains (post-)coloniaux.

Quant à l’esthétique, on conçoit aisément comment des questions éthiques (d’anonymat notamment) et pratiques ont influencé certains choix de flou et de noir et blanc pour sa série « The departed », sur le voyage entrepris par des migrants d’Afrique de l’ouest en route vers l’Europe et ce, sans compter l’aspect émotionnel (angoisse, drame) et narratif (le mouvement, la transformation personnelle). Il était toutefois intéressant de discuter comment Christian Vium s’est retrouvé piégé dans une certaine forme esthétique, supposée servir le fond, dans la quête de distinction face à la déferlante journalistique et comment l’accusation de subjectivité artistique soulève la question de la sémantique photographique. Après tout, une photo est-elle plus objective si elle est « réaliste » ?

© Cristian Vium

Parmi tant d’autres sujets abordés, on retiendra également l’importance de l’édition, de l’agencement des photos et de la mise en place des expositions, qui jouent un rôle crucial dans la narration et le sens que les images prennent. Au contraire des publications scientifiques, les productions visuelles sont par ailleurs plus enclines à la diffusion à un plus large public, suscitant ainsi des discussions et débats susceptibles de faire resurgir de nombreux questionnements épistémologiques et méthodologiques propres aux sciences sociales.

Car, si la photographie propose un regard sur le réel différent par rapport à l’approche socio-anthropologique classique, avec ses limites, ses obstacles et ses plus-values, elle permet malgré tout, par les points de convergence où ces deux démarches se rencontrent, d’interroger de manière originale les bases sur lesquelles repose l’analyse du monde social.

Christian Vium cherchait une liberté narrative difficilement concédée dans les revues scientifiques classiques, osant passer le pas du surréalisme, particulièrement appréciable dans l’édition et l’exposition de sa série « Ville nomade ». Il embrasse ainsi le lâcher prise vis-à-vis de l’interprétation de ses photos par le public, renonce au pouvoir argumentatif de l’écrit, pour se concentrer sur le plaisir procuré par le laisser-aller créatif et la reconnaissance de la plasticité potentielle de nos terrains d’étude.

© Cristian Vium

Finalement, avec l’AHA, c’est tout ça qu’on recherche. Expérimenter, prendre du plaisir, s’ouvrir des portes et des fenêtres et affronter les courants d’air. Attention, le petit oiseau va sortir.

Faire et Défaire #6 : Burning Out, par Jérôme le Maire

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La sixième séance du cycle de projection se tiendra le mardi 29 mai, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire du célèbre réalisateur belge Jérôme le Maire, Burning Out, sélectionné et promu à l’occasion de multiples festivals tels que le festivals de Docville (2017), l’IDFA Compétition (2016), Visions du Réel (2017), Millenium (2017), et bien d’autres.

Synopsis:

Pendant 2 ans, le réalisateur belge Jérôme le Maire a suivi les membres de l’unité chirurgicale dans l’un des plus grands hôpitaux de Paris. Ce bloc opératoire ultraperformant fonctionne à flux tendu : 14 salles en ligne ayant pour objectif de pratiquer chacune huit à dix interventions par jour. L’organisation du travail, bien qu’extrêmement sophistiquée, est devenue pathogène. Le personnel médical et paramédical courbe l’échine. Stress chronique, burn-out, et risques psychosociaux gangrènent l’hôpital. Chirurgiens, anesthésistes, infirmiers et aides soignants, mais aussi cadres, gestionnaires, et directeurs sont pris dans une course effrénée qui semble sans fin. Consciente de ce problème, l’administration a commandé un audit sur l’organisation du travail afin de tenter de désamorcer le début d’incendie. « BURNING OUT » est une plongée au cœur du travail et de ses excès, quand il y a surchauffe et que l’embrasement menace. Il veut comprendre l’incendie contemporain, ce trouble miroir de notre société, qui affecte celle-ci jusque dans ses hôpitaux.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: http://www.burning-out-film.com/?lang=fr

A bientôt !

D’autres manières de lire le monde: Séminaire du CES

 
Séminaire du CES – Prochaine séanceD’autres manières de dire le monde

Traditionnellement, les chercheur.e.s en sociologie et en anthropologie racontent leur travail scientifique en ayant recours au langage écrit, dans des articles ou des ouvrages, ou au langage oral, lors de séminaires et autres colloques. Pourtant, d’autres manières d’en rendre compte existent qui empruntent des voix.es issues d’autres disciplines académiques, comme l’architecture, l’archéologie et la géographie, ou encore puisées dans des domaines artistiques comme la photographie, le dessin, la vidéo, la muséographie, les arts textiles ou encore le théâtre.

Pour cette année académique, le séminaire du CES se propose de les explorer à partir de travaux menés en son sein et dans d’autres lieux, universitaires et associatifs.

Mardi 13 mars – Enregistrer le monde [séance 4]

Les outils de l’enregistrement sonore ont très tôt été saisis par les chercheur.e.s des sciences sociales. Classiquement, ils.elles les utilisent à des fins de recherche, pour recueillir les discours des informateurs ou à des fins de restitution. Mais d’autres usages existent : archiver des expériences racontées, documenter une problématique de sciences sociales, collecter les bruits de notre environnement, capter des univers sonores, accéder à des expériences sensibles… Cette séance interrogera les usages et les apports de l’enregistrement sonore pour les sciences sociales. Quelle est la spécificité des matériaux sonores ? Comment sont-ils fabriqués et puis utilisés ? A quelles dimensions du social permettent-ils d’accéder ? Comment les faire « parler » en langage de sciences sociales ?

Temps 1. Enregistrer des descriptions in situ d’ambiance
Emmanuelle Lenel, est sociologue et membre du CES et du CASPER à l’Université Saint- Louis – Bruxelles.
Dans son intervention, elle réfléchira à partir de sa propre expérience de recherche à la particularité d’un matériau constitué de commentaires in situ recueillis au cours de parcours commentés sur des ambiances de quartiers, et à ses usages possibles dans le cadre d’une recherche en sciences sociales. Quelle attitude le.a chercheur.e doit-il.elle adopter pour pouvoir recueillir ces données par nature éphémères et déposées en situation ? A quelles dimensions de l’expérience permettent-elles d’accéder, et à quelles conditions ?

©2018 CES – Université Saint-Louis | 43 boulevard du Jardin botanique – 1000 Bruxelles

Web Version Forward Unsubscribe

Powered by Mad Mimi® A GoDaddy® company

Temps 2. Fabriquer une histoire et une mémoire sonore urbaine / Le cas de BNA- BBOT
Séverine Janssen est philosophe et coordonne le collectif BNA-BBOT, Bruxelles nous appartient – Brussel behoort ons toe.

Depuis près de 20 ans, BNA-BBOT recueille, selon divers dispositifs, des récits et sons de Bruxelles. Elle présentera le travail de ce collectif qui vise à historiciser et archiver dynamiquement un ensemble local d’expériences dites. Le ressort de cette micro-histoire est le son, son écriture, la voix. La voix comme micro-trace irréductible à toute frappe textuelle, à toute présence visuelle. Collection indéfinie de voix et de sons surgis d’un temps vécu, la collection sonore de BNA-BBOT forme une biographie vivante et organique de la ville. Elle dit la ville telle qu’elle est parfois, telle qu’elle aurait pu être, telle qu’elle pourrait être. Quelles en sont les limites, quelles en sont les modalités opératoires, comment offrir à ces archives mineures des conditions de pérennité, d’audibilité et de rivalité avec les archives majeures ?

Temps 3. Enquêter sur/à partir des sons du quotidien
Anthony Pecqueux est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) à l’ENSA de Grenoble.
Dans son intervention, il se proposera de revenir d’abord sur une enquête autour du son d’un torrent dans une vallée alpine (le Vénéon). Plus largement, il sera question de discuter théoriquement et d’étayer empiriquement ce qu’il peut en être de la dimension sonore pour une enquête de sciences sociales, et plus spécifiquement quand cette enquête se place sous les auspices de l’ordinaire.

Informations pratiques

Mardi 13 mars 2018, 9h30-12h30, Université Saint-Louis, local P61 (43, bd du Jardin botanique, 1000 Bruxelles, suivre le fléchage)

Inscription gratuite mais obligatoire (des sandwiches sont prévus) : remplir ce formulaire

Faire et Défaire #2 Ragnarok un monde ré-enchanté

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La deuxième séance du cycle de projections se tiendra mercredi 7 février. C’est sera le documentaire du chercheur post-doctorant Sébastien Kapp « Ragnarok, un monde ré-enchanté » qui sera projeté. La projection se fera en présence du réalisateur et sera suivie d’une discussion autour de la démarche qui a conduit à la réalisation de ce documentaire tourné sur son terrain.

Nous espérons vous retrouver nombreux.ses pour cette nouvelle projection !

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=UUwvcpbUUbQ

Carnet Hypothèses du documentaire : https://ragnarok.hypotheses.org/

Retour sur une projection

Le 4 décembre dernier, l’AHA inaugurait son cycle de projection « Faire et défaire » consacré au cinéma socio-anthropologique. Les combattants du poil sacré, documentaire de 26 minutes consacré au Doudou – la fête de la ducasse de Mons – a été diffusé en la présence de Florian Vallée, le réalisateur, et Aurélien Baroiller, anthropologue rattaché au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’ULB. Les deux compères, qui se sont pris d’intérêt pour cette fête ébouriffante, sont revenus sur les coulisses de la fabrication du film et le dispositif narratif choisi pour traiter de ce sujet, entre analyse socio-anthropologique, humour surréaliste et fascination exotique pour ce qui nous est proche. Une partie de ping pong s’est engagée entre deux regards, celui du documentariste et celui du chercheur, du montois et de l’étranger, restituant la démarche de création du film comme le résultat d’un dialogue entre pratique cinématographique et anthropologique mais également comme fruit d’un jeu subtile entre intériorité et extériorité. Si l’audience composée d’étudiant.e.s et de chercheur.e.s n’était pas pléthorique, elle était de qualité, et l’équipe d’organisation du cycle s’est réjoui de l’intensité des échanges.

Voici quelques photographies souvenirs de cette première projection du cycle.

On vous attend pour les séances suivantes !

[Le programme complet sera diffusé très prochainement.]

Journée de clôture AHA

Chers collègues et ami.e.s,

Nous vous invitons à une journée d’étude organisée par l’AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, visant à clôturer l’année académique par un inventaire des « hybridations » en cours, au sein de l’atelier et dans son cercle proche.

Organisée le 30 juin prochain, de 10h à 16h à l’institut de sociologie de l’ULB, cette journée aura pour programme : projections, récits d’expériences, discussions et écoutes, autour du projet que s’est donné l’AHA : penser et expérimenter à l’interface des sciences sociales et des arts et techniques.

Les présentations seront suivies de l’assemblée générale de l’atelier.

L’affiche de l’évènement contient toutes les informations détaillées dont vous aurez besoin pour participer à la journée.

En espérant vous voir nombreux/ses le 30 juin prochain,

L’équipe de l’AHA
contact@aha-lamc.xyz

Ecole de printemps de l’AHA – « SON ET SCIENCES SOCIALES »

Oyez ! Oyez !

L’AHA organise une nouvelle école de formation à l’Université Libre de Bruxelles pour ce printemps 2017. Après une édition réalisée à l’automne 2015 autour de la vidéo et du dessin (voir notre chronique d’une école), nous proposons cette année de travailler sur les expériences et créations sonores et la manière dont elles peuvent renouveler notre regard – ou plutôt notre oreille ? – sur la pratique socio-anthropologique.

Les enregistreurs sont particulièrement répandus dans la pratique ethnographique et ils font partie du trousseau de l’enquêteur au même titre que le carnet de terrain, le crayon (et le parapluie ?). Très souvent utilisés comme outils de stricte captation du « réel », pour retranscrire les mots (authentiques !) de nos interlocuteurs ou pour conjurer la peur de perdre des informations, ils nous accompagnent jusque dans l’intimité de la production de connaissance.

L’école de l’AHA propose cette année de tendre une oreille plus attentive qu’à l’accoutumée sur cette pratique du quotidien de la recherche et d’en élargir le spectre de réflexion. Nous avons donc fait appel à deux spécialistes du son pour animer trois jours de formation et d’expérimentation : Clara Alloin, réalisatrice de documentaires radiophoniques, et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique.

Cet atelier intitulé « parole sensible et paysage sonore » aura lieu les 3-4 et 5 avril prochains sur le campus de l’ULB et suivra la trame suivante :

Jour 1 : Introduction – Écoutes collectives en extérieur et initiation à la prise de son.

Jour 2 : Prises de son en extérieur – Initiation au montage

Jour 3 : Montage et création de paysages sonores

Au soir du troisième jour, le mercredi 5 avril de 18h30 à 20h30, nous proposons une séance de restitution publique des expérimentations de l’école à l’Eau chaude – Het warm water, 5 rue des Renards – 1000 Bruxelles (qui organise d’ailleurs, tous les 2èmes jeudis du mois, des écoutes collectives !).

Tout le monde est bienvenu !

Attention ! Les inscriptions à l’école sont obligatoires et les places sont limitées. Écrivez-nous vite à l’adresse : contact[at]aha-lamc.xyz

Vous trouverez toutes les informations concernant les modalités d’inscription (délais et frais) dans le document téléchargeable ici.

 

La Semaine Du Son à Bruxelles

La Semaine du Son aura lieu du 30 Janvier au 5 Février 2017, dans divers lieux de Bruxelles, et c’est gratuit.

logo-1

Le projet de la Semaine du Son est né à Paris il y a une dizaine d’années dans la tête d’un ingénieur acousticien français, Christian Hugonnet, qui regrettait de voir les questions liées au sonore se cloisonner entre professionnels. C’est pour étendre le débat à un large public et sensibiliser le monde politique sur ces questions qu’il imagina une semaine événementielle autour des questions du sonore.

Ce projet s’est développé au point qu’il existe aujourd’hui dans 50 villes françaises ainsi qu’à Genève, Montréal et Athènes, en Argentine, au Mexique, en Colombie et à Bruxelles. Travaillant tous sous le même label, chaque partenaire jouit d’une totale liberté de programmation.

bnaemilio-lopez-menchero

La semaine du son c’est :

  • Des artistes et des chercheurs
  • Des spécialistes, professionnels ou passionnés
  • Des conférences et ateliers
  • Des performances et concerts
  • Des parcours sonores et tables rondes…
  • Dans au moins 15 lieux différents de Bruxelles !

La semaine du son est surtout une réflexion ouverte, informative et didactique dans les domaines :

  • De la création (les écritures, les paysages sonores, la musique, la radio, le cinéma, les installations vidéo…)
  • De la diffusion (qualité, moyens et formes de diffusion, les supports…)
  • Environnemental (architecture, acoustique des lieux, nuisances sonores…)
  • Et de la santé (niveaux sonores, santé auditive, subjectivité des sons…).

Plus qu’un festival, la Semaine du Son est un événement sociétal qui éveille nos résistances, nos espoirs et nos attentes dans le domaine du sonore.

TURIKUWME – musique des ailleurs

« TURIKUMWE est un projet musical bruxellois né des voyages des uns et des retours des autres. Il investit le répertoire colombien et pourtant porte un nom burundais :
« Turikumwe », ça signifie « on est ensemble » en kirundi. Six artistes burundo-irano-mauriciano-franco-colombiano-belges, partis chacun d’univers musicaux différents,
explorent et partagent à leur façon un répertoire colombien tant ancestral que
contemporain. Le folkore afro-colombien (tambora, bullerengue et chaloupa) se compose
de chants tissés au temps de l’esclavage au carrefour des traditions africaines, indigènes
et espagnoles, et déploie une puissance qui invite le public à une danse flirtant avec la
transe. Les morceaux de cumbias contemporaines, puisées principalement dans le
répertoire de Lisandro Meza et d’Andres Landero, proposent eux la fraîcheur de rythmes
langoureux. Ce voyage festif et profond peut surgir partout, dans les bars, les fêtes de
quartiers, les festivals, pour peu qu’il y ait de l’espace pour six musiciens, leurs tambours
tendus de peaux de chèvre et un public généralement remuant. »

24 Juin: L’estancabra // Toulouse (Fr)

25 Juin: La Maison Blanche // Toulouse

Z chez Joli Mai

La librairie Joli Mai, installée près de la commune de St Gilles, accueille dans ses locaux l’équipe de la rédaction de la revue itinérante d’enquête et de critique sociale Z, le samedi 2 avril à 18h.

L’occasion de découvrir le travail de ce collectif de journalistes-artistes voyageurs qui met à l’honneur une ville pour chacun des numéros de leur revue. Le dernier, paru à l’automne 2015, met à l’honneur Toulouse la rose, « Toulouse la gagne ».

Z9 CouvertureDes enquêtes, des articles de fond, de l’itinérance, de l’immersion, un travail visuel impressionnant… Bref. Ne tiendrait-on pas là un véritable objet hybride ??? Allez leur demander par vous même !

Programme de l’École d’automne de l’AHA

À environ trois semaines de la réalisation de l’École d’automne de l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques, il est temps d’en publier le programme ! Celui-ci est illustré par Joal Grange, co-animateur de l’atelier dessin : observation, mémoire et doodling.

FlyerEcoleAHArecto3FlyerEcoleAHAverso

À noter que le détail des salles où auront lieu les ateliers sera donné au dernier moment.

Il est encore temps de vous inscrire ! Suivez la procédure d’inscription disponible ici.

Pour ceux qui ne pourront pas participer à la réalisation de cette école mais qui sont intrigués par le résultat de nos expérimentations, nous vous attendons nombreux à La Quincaillerie des Temps Présents, 66 rue du Viaduc à Ixelles, pour une session conclusive de partage et de discussion : le mercredi 18 novembre de 14h à 17h30. Nous serons heureux de vous y rencontrer/retrouver.

À très bientôt !

Inscriptions – école d’automne de l’AHA

Les inscriptions à l’école d’automne de l’AHA sont ouvertes !

Au programme, quatre ateliers de formation :

  • Atelier de sociologie visuelle : réflexivité, cadre et montage – animé par Réjane Hamus-Vallée, maîtresse de conférence en sociologie visuelle
  • Atelier cinéma : auto-ethnographie et défamiliarisation – animé par Marta Kucza, artiste visuel.
  • Atelier d’anthropographie : écriture graphique et outil de terrain – animé par Kim Tondeur, socio-anthropologue et Bruno Tondeur, animateur 2D et illustrateur
  • Atelier dessin : observation, mémoire et doodling – animé par Joal Grange, dessinateur et Florent Grouazel, auteur de bandes dessinées

Le détail de la procédure d’inscription est disponible ici :

Ouverture Inscriptions - image

Ethnography and artistic research

Brussels Arts Platform and the Schools of Arts of Erasmus University College Brussels, are organising an Ethnography and Artistic Research Symposium on 12 November 2015.

They look for artists who use research methods from social sciences, specifically ethnography, to present their creative process in a reflexive perspective. The « artistic researchers » will gather at the Royal Flemish Academy of Belgium for Science
and the Arts in Brussels.

Deadline : 20 September 2015

All details are here : E_Call_Contactforum

 

Sound / Image / Culture

Le collectif d’artistes et d’anthropologues bruxellois SIC – Sound/Image/Culture lance son appel à candidatures annuel pour des personnes portant un projet hybride (film, installation vidéo, création sonore etc.) mêlant art et anthropologie. La formation/couveuse de projet est destinée à un nombre limité de 15 participants et coûte 1000 euros.

Attention, date limite de dépôt des candidatures pour le 1er octobre 2015 !

SIC – CALL FOR APPLICATIONS 2016

Toutes les informations sont disponibles sur le site internet de l’asbl :

SIC - capture site