Faire et défaire #4: Noi

Faire et Défaire, le Cycle de Projection de Cinéma Socio-anthropologique.

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 19 avril, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire court-métrage d’Aline MagrezNoi, sélectionné et promu à l’occasion de divers festival tels que l’Internationale Kurzfilmtage en 2016, le BSFF en 2017, le Festivalil International de film NexT en 2017 et L’IndieLisboa en 2017.

Synopsis: Une traversée d’Hanoï, qui s’achève à la tombée de la nuit. Dans des rues étroites défilent les visages des passants et des travailleurs, l’innocence des enfants, et les machines grondantes.

L’entrée est libre

Plus d’info:

http://www.fide.festivaldoc.com/2017-films/noi/

https://aha.hypotheses.org

Retour sur une projection

Le 4 décembre dernier, l’AHA inaugurait son cycle de projection « Faire et défaire » consacré au cinéma socio-anthropologique. Les combattants du poil sacré, documentaire de 26 minutes consacré au Doudou – la fête de la ducasse de Mons – a été diffusé en la présence de Florian Vallée, le réalisateur, et Aurélien Baroiller, anthropologue rattaché au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’ULB. Les deux compères, qui se sont pris d’intérêt pour cette fête ébouriffante, sont revenus sur les coulisses de la fabrication du film et le dispositif narratif choisi pour traiter de ce sujet, entre analyse socio-anthropologique, humour surréaliste et fascination exotique pour ce qui nous est proche. Une partie de ping pong s’est engagée entre deux regards, celui du documentariste et celui du chercheur, du montois et de l’étranger, restituant la démarche de création du film comme le résultat d’un dialogue entre pratique cinématographique et anthropologique mais également comme fruit d’un jeu subtile entre intériorité et extériorité. Si l’audience composée d’étudiant.e.s et de chercheur.e.s n’était pas pléthorique, elle était de qualité, et l’équipe d’organisation du cycle s’est réjoui de l’intensité des échanges.

Voici quelques photographies souvenirs de cette première projection du cycle.

On vous attend pour les séances suivantes !

[Le programme complet sera diffusé très prochainement.]

Séminaire ABBA – Quels films pour quelles ethnographies ?

Le séminaire ABBA, organisé par le Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) vous convie à une séance de projection intitulée :

Quels films pour quelles ethnographies ? Projections et commentaires méthodologiques autour de 3 démarches filmiques.

Pierre Petit, directeur du Lamc, Madeleine Sallustio et Samuel Lempereur, doctorants rattachés au Lamc, présenteront leurs films et animeront la discussion.

Rdv ce vendredi 24 février 2017, de 14 à 16h, dans la salle Doucy (S.12.123), au 12e étage de l’institut de sociologie (campus Solbosh de l’ULB)

Pour plus d’information concernant ce séminaire, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : seminaire.abba@gmail.com

Ecrire un article scientifique en format BD – Lucie Smolderen et Romain Minguet, « Un fil d’Ariane dans le Dendi »

Publier un article scientifique en format BD? Lucie Smolderen (CAC- ULB) et Romain Minguet ont relevé le défi.

Leur article, « Un fil d’Arianne dans le Dendi », a été publié en 2013 dans la revue « Techniques et Culture » (disponible à l’adresse suivante: https://tc.revues.org/734). Il combine à la fois une contextualisation des données ethnographiques et un retour méthodologique d’une enquête de terrain.

img-9

 

Altérités, festival de cinéma ethnographique – 1ère édition – Du jeudi 9 au dimanche 12 mars 2017 à Caen.

Dans le sillage de La semaine du cinéma ethno organisée chaque année au cinéma Lux de 1995 à 2013, la Fabrique de patrimoines en Normandie présente, le festival Altérités.

Le festival Altérités, propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. La programmation s’étend du jeudi au dimanche : l’après-midi à la bibliothèque Alexis de Tocqueville et le soir au cinéma Lux. Les projections seront accompagnées de temps de rencontres et d’échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes et des chercheurs en sciences sociales, notamment des ethnologues.

Le jeudi 9 mars, le festival accueille le Comité du film ethnographique pour un hors les murs consacré à l’œuvre de Jean Rouch, à l’occasion du centenaire de sa naissance. La programmation du vendredi 10 au dimanche 12 mars aura pour thème « Réconciliations » : du conflit de voisinage ordinaire aux tentatives de réconciliations et de cohabitation après le traumatisme d’un génocide, comment la loi et la coutume peuvent ou non aider à résoudre les conflits.

unnamed
www.festivalalterites.com

Coupé/Décalé: Un dialogue entre le Cinéma, la Danse et l’Anthropologie

06 > 08.12.16 20:00 – 23:00 Bruxelles La Raffinerie

Automne 2016 : « Le Corps et la Caméra en jeu dans les rituels de transe et de possession »

« La danse donne à voir des signes et des symboles. Quand les gens dansent ils organisent, acquièrent, font l’expérience de, communiquent, et représentent du savoir et des croyances ». Dird Williams
media_1145_940_400

La danse peut être abordée sous de multiples approches, comme pratique corporelle, performance artistique, sociale, rituelle ou festive. Pour ce prochain cycle Coupé/Décalé, la thématique de la transe et de la possession sera appronfondie.

Lors de ces trois soirées seront présentés les travaux de divers artistes, vidéastes en dialogue avec les réflexions de chercheurs en anthropologie et anthropologie visuelle.

Le projet Coupé/Décalé est né d’une initiative de trois jeunes femmes, Maité Jeannolin, danseuse, Charlotte Marchal, chef opératrice et Justine François, anthropologue.

Entrée: Prix Libre

Plus d’informations voir : http://www.charleroi-danses.be/fr/component/flexicontent/item/2856-coupe-decale?Itemid=491