Altérités, festival de cinéma ethnographique – 1ère édition – Du jeudi 9 au dimanche 12 mars 2017 à Caen.

Dans le sillage de La semaine du cinéma ethno organisée chaque année au cinéma Lux de 1995 à 2013, la Fabrique de patrimoines en Normandie présente, le festival Altérités.

Le festival Altérités, propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. La programmation s’étend du jeudi au dimanche : l’après-midi à la bibliothèque Alexis de Tocqueville et le soir au cinéma Lux. Les projections seront accompagnées de temps de rencontres et d’échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes et des chercheurs en sciences sociales, notamment des ethnologues.

Le jeudi 9 mars, le festival accueille le Comité du film ethnographique pour un hors les murs consacré à l’œuvre de Jean Rouch, à l’occasion du centenaire de sa naissance. La programmation du vendredi 10 au dimanche 12 mars aura pour thème « Réconciliations » : du conflit de voisinage ordinaire aux tentatives de réconciliations et de cohabitation après le traumatisme d’un génocide, comment la loi et la coutume peuvent ou non aider à résoudre les conflits.

unnamed
www.festivalalterites.com

Ecrire avec les sons en sciences sociales

Séminaire EVS 6 (organisé par Olivier Givre et Lydia Coudroy de Lille)
Vendredi 20 Janvier 9h-12h30
18 rue Chevreul (salle 604), Lyon
– Alice Aterianus-Owanga (FMSH/IFAS, Johannesburg) et Jorge P. Santiago (Université Lyon 2, EVS) : Présentation de l’ouvrage Aux sons des mémoires. Musiques, archives et terrain (PUL, coll. « Nouvelles écritures de l’anthropologie », 2016).
– Yaël Epstein et Laura Jouve-Villard (CMTRA, Lyon) : Pratiques et enjeux de la collecte, de l’archivage et de la valorisation des musiques et des sons au Centre des Musiques Traditionnelles en Rhône-Alpes.
– Mylène Pardoen (ISH de Lyon, EVS) : L’hétérographie : une autre façon d’écrire.

Appel à film de la part de l’association Filmer le travail

La 8e édition du festival Filmer le travail aura lieu du 10 au 19 février 2017 à Poitiers et sera rythmée par différents événements tels que la compétition internationale, des rétrospectives de films, des séances spéciales, des rencontres professionnelles et le concours FILME TON TRAVAIL. 

Ce concours est ouvert à tous et toutes.

Tous les genres sont acceptés (fiction, documentaire, expérimental, clip, stopmotion, portrait, interview, court métrage, etc.) avec pour seule condition que le film ne dépasse pas 15 minutes. Les vidéos choisies seront projetées lors d’une séance spéciale pendant le festival Filmer le travail 2017.  Deux caméras ou prix équivalents d’une valeur de 1200 € et 800 € sont à gagner.

Inscription des films avant le 16 janvier 2017.

Voir site: http://filmerletravail.org/archives/10850

fftlogo-530x353L’association Filmer le travail est le fruit d’un partenariat entre l’Université de Poitiers, l’Espace Mendès Fr
ance (EMF) et l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT).

Elle vise trois grands objectifs:

  • Cinématographique. Faire connaître à un public large la production cinématographique sur le thème du travail à un moment où l’on assiste à un retour du travail dans le cinéma, une multiplication des images et à une redéfinition des frontières entre réel et fiction.
  • Scientifique. Analyser et dynamiser l’usage de l’image (fixe ou animée) en Sciences sociales.
  • Citoyen. Ouvrir un espace de réflexion et de débats sur l’évolution et l’avenir du travail.

Une autre façon de raconter III

Le 2 janvier 2017 est mort John Berger, écrivain britannique, critique d’art, peintre et poète. Il avait 90 ans. C’est à l’essai qu’il a publié avec le photographe Jean Mohr en 1981 intitulé « Une autre façon de raconter » (et réédité tout récemment dans une édition augmentée d’un dvd inédit), que l’on doit le nom du séminaire qui aura lieu au printemps prochain à Marseille.

autrefaconderaconterOrganisé conjointement par le Centre Norbert Elias de l’EHESS, avec le soutien de la Fabrique des écritures innovantes en sciences sociales, et le MuCEM, le séminaire propose 4 journées de rencontre, les deux premières les 23 et 24 mars, puis à nouveau les 20 et 21 avril, afin de questionner la mise en récit les sciences humaines. Ce séminaire, troisième du nom, organisé par Frédéric Joulian et Pierre-Olivier Dittmar, propose pour son édition 2017 de s’attarder en particulier sur la question des images et des conditions d’une narration (photo)graphique des recherches scientifiques. Postulant que l’imagination artistique peut faire bon ménage avec l’imagination scientifique, les organisateurs du séminaire revendiquent le fait que « les scientifiques ne doivent pas seulement être des producteurs et pourvoyeurs de connaissances mais qu’ils doivent également maîtriser les nouvelles formes d’expressions dans lesquelles nous vivons -imagées et numériques- notamment. »

Durant les quatre jours de rencontre, voyant se succéder chercheurs en sciences humaines, photographes, graphistes, professionnels du livre, de l’édition et des musées, dessinateurs et auteurs de bandes-dessinées, l’objectif sera de partager les expériences et d’ « imaginer, de façon pratique, de nouvelles éditorialisations et intermédialités plus riches pour les sciences humaines et leurs usagers. »

23 mars – Objets de recherches et objets d’écritures
24 mars – Nouveaux supports, nouveaux dispositifs : du neuf avec de l’ancien ?

20 avril – Décrire ou écrire avec le dessin
21 avril – Dessine moi une science : la recherche, la fiction et ses publics
Voir le programme complet sur Calenda.

 

John Berger (source : flickr)John Berger

A réécouter sur le site internet de France Culture, entretien de 1989 avec John Berger : « Tout, tout est narration sur cette terre. »

Atelier d’ethnographie visuelle

Dans le cadre de son séminaire « L’enquête et ses graphies », le IIAC-LAIOS (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain – Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales) de l’EHESS propose un atelier d’ethnographie visuelle du 2 au 5 mai 2017 à Paris.

Affiche atelier IIAC-LIAOSLa thématique de l’atelier sera la suivante : Élections en France, politique en France. Les participants seront invités à « à observer, analyser et figurer les différentes formes électives (de définition, de représentation, de contestation du politique) qui se révèlent dans la population française, parisienne notamment, au cours de l’effervescence autour du scrutin présidentiel en 2017. Celles-ci pouvant être considérées comme révélatrices des contours et des hiérarchies de la société française contemporaine. »

Cet atelier sera réalisé avec la participation de Marc Abélès, anthropologue et Jacques Lombard, anthropologue & cinéaste et la collaboration de la cellule audio/vidéo
du Centre Edgar-Morin/IIAC.

Inscriptions ouvertes jusqu’au 10 janvier sur motivation (CV + note d’intention).

Coupé/Décalé: Un dialogue entre le Cinéma, la Danse et l’Anthropologie

06 > 08.12.16 20:00 – 23:00 Bruxelles La Raffinerie

Automne 2016 : « Le Corps et la Caméra en jeu dans les rituels de transe et de possession »

« La danse donne à voir des signes et des symboles. Quand les gens dansent ils organisent, acquièrent, font l’expérience de, communiquent, et représentent du savoir et des croyances ». Dird Williams
media_1145_940_400

La danse peut être abordée sous de multiples approches, comme pratique corporelle, performance artistique, sociale, rituelle ou festive. Pour ce prochain cycle Coupé/Décalé, la thématique de la transe et de la possession sera appronfondie.

Lors de ces trois soirées seront présentés les travaux de divers artistes, vidéastes en dialogue avec les réflexions de chercheurs en anthropologie et anthropologie visuelle.

Le projet Coupé/Décalé est né d’une initiative de trois jeunes femmes, Maité Jeannolin, danseuse, Charlotte Marchal, chef opératrice et Justine François, anthropologue.

Entrée: Prix Libre

Plus d’informations voir : http://www.charleroi-danses.be/fr/component/flexicontent/item/2856-coupe-decale?Itemid=491

« Filmer le champ social »

Le séminaire « Filmer le champ social » proposé à l’EHESS par Daniel Friedmann, chargé de recherche au CNRS (*) ( IIAC-CEM ) et Monique Peyrière, ingénieure d’études à l’Université d’Évry-val-d’Essonne ( IIAC-CEM ) s’est donné pour thématique annuelle la question de la vulnérabilité du monde. Le cycle de séminaire de l’année 2016-2017 entend donc explorer cette question chaque 3ème mercredi du mois. Après une année 2015-2016 animée par la question, « Peut-on filmer la pensée? », cette nouvelle année universitaire sera guidée par une exploration de l’enquête en immersion et de la réflexivité qu’elle implique.

La séance du mercredi 16 novembre sera consacrée à la présentation de deux projets de films en cours en présence de leurs réalisateurs :

  • Les cendres et la braise, de Manon Ott, un « portrait politique et poétique d’un territoire ouvrier en mutation ».
  • En mode Loveur, de Grégory Cohen.

Ces projections seront l’occasion d’une discussion autour du thème : « filmer en immersion dans un quartier populaire ».

Les cendres et la braise - Film de Manon OttRendez-vous salle 8, 105 bd Raspail, 75006 Paris, de 15h à 18h le mercredi 16 novembre. Les séances sont ouvertes à tous les intéressé.e.s.

Séminaire transdisciplinaire l’image-document

file-2302

A partir d’une problématique chaque fois renouvelée, ce séminaire transdisciplinaire envisage les enjeux de l’image-document et appréhende ce que peut recouvrir dans toute sa diveristé et complexité la notion de document associée à différents champs d’études. Des études de cas sont dispensées par des invités de renom issus de différents champs de la connaissance et de l’histoire des formes.

« Lorsque le BAL m’a demandé d’imaginer un ‘thème’ général de réflexion sur l’image – un thème que j’aimerais voir discuté et approfondi par des artistes, des penseurs et des spécialistes – l’enjeu n’était d’emblée pas de faire un ‘état des lieux’ de la pensée des images aujourd’hui. Je voulais, au contraire, une approche marquée par la subjectivité et l’expérience de chacun d’entre nous qui regardons, fabriquons ou interprétons les images. J’aimerais ne jamais complètement quitter ce lieu-là, qu’il s’agisse d’une expérience collective ou intime. L’idée, donc, serait de mieux comprendre l’effet de certaines images sur nous : comment elles s’inscrivent en nous, nous déplacent, nous transforment. L’image comme événement dit cela : que l’image émise, fabriquée, enregistrée, perçue, mais aussi fantasmée, est le lieu possible d’une apparition qui modifie l’ordre et le cours des choses. Une rencontre avec l’image qui détermine un avant et un après. Une image décisive, sans retour. »

Bertrand Schefer, modérateur du séminaire, est écrivain et réalisateur. Il a coréalisé avec Valérie Mréjen le film En ville (2011) et publié aux éditions P.O.L Cérémonie (2012), La photo au-dessus du lit (2014), Martin (2016).

INTERVENANTS

Gwenaëlle Aubry, romancière et philosophe, chercheuse au CNRS

Jean-Marc Chapoulie, cinéaste et commissaire d’exposition

Mehdi Belhaj Kacem, écrivain et philosophe

Cecile Boëx, politologue spécialiste des usages de la vidéo en contexte de révoltes et de conflits dans le monde arabe

Caroline Champetier, directrice de la photographie et réalisatrice

Antoine D’Agata, photographe

Marcelline Delbecq, artiste

Agnès Geoffrayartiste

Irène Jacob, comédienne

Gérard Lefort, journaliste et critique de cinéma

Sébastien Lifshitz, réalisateur et scénariste

Arthur Nauzyciel, metteur en scène et comédien, directeur du Théâtre National de Bretagne (TNB)

Clara Schulmann, historienne de l’art et critique

Olivier Zabat, artiste et réalisateur

 

Infos pratiques

Le séminaire a lieu à L’EHESS

École des Hautes Études en Sciences Sociales

105, Bd Raspail 75006 Paris

Gratuit sur inscription

250 places

Plus d’infos sur : http://www.le-bal.fr/2016/09/limage-evenement-interieur

Drôle de Manifeste

En cette rentrée, l’équipe AHA s’est prêtée au jeu de l’écriture d’un manifeste.

Que nous vaut cette solennité soudaine ? Tout à la fois : un désir étrange de déclamer des bizarreries, de chuchoter des histoires drôles et de parler, avec une simplicité matinée de délire, de ce à quoi nous tenons.

Drôle de manifeste

Première performance/lecture publique réalisée le 4 octobre 2016 dans les hauteurs de l’Institut de Sociologie de l’ULB. Pour tout devis, commande ou réclamation, adressez missives et pigeons voyageurs à l’adresse contact[at]aha-lamc.xyz

Plateforme Tënk

Devant le désengagement des chaînes de télévision pour les documentaires de création, leur privilégiant des documentaires aux formats imposés, il semble urgent de faire sortir les œuvres des documentaristes contemporains des festivals et des rencontres d’initiés. C’est le projet de la plateforme Tënk, une initiative née à Lussas, petit village ardéchois devenu progressivement un centre international du cinéma documentaire et y accueillant chaque année ses « états généraux ».

TënkLa plateforme prévoit de proposer au visionnage, sur base d’un abonnement mensuel (6 euros) ou annuel (60 euros), une quantité constante de 80 films documentaires d’auteur selon une logique de « catalogue glissant ». L’idée est que chacune des œuvres soit disponible 2 mois et que le renouvellement régulier effectué par le comité éditorial de Tënk donne à voir la diversité et la qualité de la production de documentaires d’auteur contemporaine. A moyen terme, Tënk compte proposer des films documentaires à l’achat et prévoit également de créer un archivage des œuvres, y compris des œuvres anciennes qui restent difficile à trouver, afin qu’elles ne disparaissent pas et puissent continuer à être visionnées. Le projet prévoit également de participer à la coproduction des œuvres documentaires contemporaines à raison d’un objectif ambitieux de 100 films par an.

Une belle initiative pour les écritures cinématographiques du réel !

TURIKUWME – musique des ailleurs

« TURIKUMWE est un projet musical bruxellois né des voyages des uns et des retours des autres. Il investit le répertoire colombien et pourtant porte un nom burundais :
« Turikumwe », ça signifie « on est ensemble » en kirundi. Six artistes burundo-irano-mauriciano-franco-colombiano-belges, partis chacun d’univers musicaux différents,
explorent et partagent à leur façon un répertoire colombien tant ancestral que
contemporain. Le folkore afro-colombien (tambora, bullerengue et chaloupa) se compose
de chants tissés au temps de l’esclavage au carrefour des traditions africaines, indigènes
et espagnoles, et déploie une puissance qui invite le public à une danse flirtant avec la
transe. Les morceaux de cumbias contemporaines, puisées principalement dans le
répertoire de Lisandro Meza et d’Andres Landero, proposent eux la fraîcheur de rythmes
langoureux. Ce voyage festif et profond peut surgir partout, dans les bars, les fêtes de
quartiers, les festivals, pour peu qu’il y ait de l’espace pour six musiciens, leurs tambours
tendus de peaux de chèvre et un public généralement remuant. »

24 Juin: L’estancabra // Toulouse (Fr)

25 Juin: La Maison Blanche // Toulouse

« L’enquête et ses graphies » : films d’étudiants

L’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC-LAIOS) a le plaisir de vous convier à la dernière séance du séminaire L’enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société, le jeudi 16 juin 2016, de 15h à 17h30, salle 638 au bâtiment Le France, 190 avenue de France, 75013 Paris
Cette séance sera consacrée à la projection de films d’étudiants réalisés lors des ateliers d’ethnographie visuelle 2015 et 2016 :
Parcours à Paris-Store, 5 min., de Simon Kessler, Aurore Tamboite, Benjamina Robson
Poésie Paris-Store , 5 min., de Alexis Del Castillo, Manon Denoun, Emmanuelle Ricaud Oneto
Rencontres multiculturelles à Paris-Store, 7 min., de Coralie Gourdon, José Gastiaburu, Elsie Mégret, Fong Ming Yang, Mona Zegai
Barbès-La-Neuve, 6 min., de Audrey Jacques, Caroline Jullien, Emmanuelle Loève, Alexandra Zakharova
De l’or entre les gouttes, 8 min., de Christina Alexopoulos, Carl Houchon, Wladimir Kokkinopoulos, Aurore Tamboite, Matilde Valencia
Carne, 5 min., Iva Čápová, Florencia Muñoz, Elise Vray
Électrons libres, 5 min., de Gala Huilén Agüero, Hélène-Marie Juteau, Alice Langlois
en présence de
Elijah Anderson, Professor of Sociology, Yale University, USA
Corinne Fortier, anthropologue, LAS/CNRS
et Jacques Lombard, anthropologue & cinéaste
Elle sera suivie d’une discussion sur la façon dont chaque groupe a construit la note d’intention de son film au cours des repérages pour saisir une dimension particulière
du terrain et la manière dont celle-ci a évolué au cours de la prise de vues.
Toute l’équipe du séminaire, Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouédraogo, Arghyro Paouri, espère avoir le plaisir de vous y voir nombreuses et nombreux afin de clôturer cette année ensemble.

Z chez Joli Mai

La librairie Joli Mai, installée près de la commune de St Gilles, accueille dans ses locaux l’équipe de la rédaction de la revue itinérante d’enquête et de critique sociale Z, le samedi 2 avril à 18h.

L’occasion de découvrir le travail de ce collectif de journalistes-artistes voyageurs qui met à l’honneur une ville pour chacun des numéros de leur revue. Le dernier, paru à l’automne 2015, met à l’honneur Toulouse la rose, « Toulouse la gagne ».

Z9 CouvertureDes enquêtes, des articles de fond, de l’itinérance, de l’immersion, un travail visuel impressionnant… Bref. Ne tiendrait-on pas là un véritable objet hybride ??? Allez leur demander par vous même !

« Afriques en rhizome » : films et débat

Encore deux séances à l’Horloge du Sud à 20:00 (accès libre)

Jeudi 17 mars 2016 – 20:00: Le Malentendu colonial de Jean-Marie Teno (2004, 78 min, Cameroun VO FR ST EN)

Jeudi 24 mars 2016 – 20:00: The Stuart Hall Project de John Akomfrah (2014, 98 min, Ghana VO EN ST FR)

Copy of the-stuart-hall-project-02 Édouard Glissant emprunte le terme de rhizome, proposé par Gilles Deleuze et Félix Guattari, comme principe de sa Poétique de la Relation, selon laquelle « toute identité s‘étend dans un rapport à lAutre ». Dans cette perspective, nous parlons des Afriques, parce quelles sont un enracinement en perpétuel mouvement, un point de référence à la fois réel et imaginaire, pourvu dune forme plurielle et hétérogène.

Notre programmation met en lumière les productions de cinéastes africains et des diasporas, afin de voir quelles routes empruntent leurs créations et quelles Afriques nourrissent leurs imaginaires. Relevons Edouard Glissant : One World in Relation et The Stuart Hall Project, des films qui font entendre les voix de deux penseurs de notre époque récemment disparus. Leur parole, en miroir avec le passé et le présent, nous permet dappréhender des visions à la fois intuitives et profondes sur le monde daujourdhui.

Daprès Édouard Glissant, pour sopposer à l‘état perpétuel de violence qui caractérise nos temps, il nous faut changer limaginaire collectif. Nous espérons que les films présentés ici enrichiront les Afriques en rhizome dans limaginaire du spectateur.

Édouard Glissant leent het begrip rizoom, in de betekenis van Gilles Deleuze en Félix Guattari, als principe voor zijn Poétique de la Relation, volgens hetwelk « elke identiteit zich uitstrekt in relatie tot de Andere« . Daarom spreken we hier van « de Afrikas« . Omdat zij een houvast in een oneindige beweging zijn, een referentiepunt dat zowel reëel als imaginair is, voorzien van een meervoudige, heterogene vorm.

Onze programmatie belicht het werk van Afrikaanse cineasten afkomstig uit landen van het continent en uit de diaspora. We hopen zo zicht te krijgen op de richtingen die hun creaties inslaan en op de « Afrikas » die hun verbeelding voeden. Edouard Glissant: One World in Relation en The Stuart Hall Project zijn beide films die elk de stem laten horen van twee belangrijke hedendaagse denkers die ons recent ontvielen. Hun woorden, als spiegels van verleden en heden, stellen ons in staat hun intuïtieve, diepgaande visie op de wereld van vandaag te begrijpen.

Édouard Glissant stelt dat, als we ons willen verzetten tegen de voortdurende agressiviteit die onze tijd kenmerkt, we de collectieve verbeelding moeten veranderen. Wij hopen althans dat de films die hier voorgesteld worden als « Afrikas in rizoom » de verbeelding van de toeschouwer zullen verrijken.

Une programmation de / Programmatie door Marta Kucza, Katy Lena Ndiaye, Rosa Spaliviero

« Habiter le temps d’un rêve »

Les Halles de Schaerbeek organisent un parcours déambulatoire d’artistes qui explorent la notion d’ « habiter le temps d’un rêve ». Transformées en village-monde, du 12 au 15 avril 2016, les Halles accueilleront ainsi des artistes bruxellois de toutes origines. Ils proviennent d’Italie, d’Afrique, d’Espagne, d’Amérique du Sud et d’ailleurs encore.

La réflexion se mêlera aux arts vivants et plastiques, mais également à l’interaction avec le spectateur, le tout à travers une scénographie pensée pour l’évènement.

Halles-Habiter-le-temps-dun-rêve

Pour plus d’informations : http://www.halles.be/fr/completeprogram/784/Habiter-le-temps-dun-r%C3%AAve