L’équipe

Présentation des membres du Conseil d’Administration de l’asbl AHA :

Madeleine Sallustio est doctorante au LAMC. Après son Master de Sociologie à l’ULB, elle se forme en sociologie visuelle à l’Université d’Evry Val d’Essonne, ainsi qu’à la photographie à l’Ecole Agnès Varda. Son intérêt pour l’image en socio-anthropologie s’articule autour de questions épistémologiques et méthodologiques; d’une ambition de démocratisation et de diffusion de la recherche scientifique; ainsi que la sensibilité à une approche esthétique et une narration poétique du monde social.

 

Maïté Maskens est docteure en anthropologie et maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles, où elle est membre du LAMC. Ses intérêts intellectuels hétéroclites l’ont portée à travailler sur le pentecôtisme, le genre, la migration, l’amour, la bureaucratie et l’utopie.

 

Mikaëla Le Meur est anthropologue. Terminant une thèse au sein du LAMC sur la question des déchets et l’histoire sociale des sacs plastiques à partir d’un terrain vietnamien, elle s’intéresse aux conditions de production et de transmission des sciences humaines et sociales. À ce titre, elle fabrique des objets mêlant forme et fond en recourant à la photographie, la vidéo, le sonore et parfois le dessin.

 

Céline Quellet est doctorante au GRAP (ULB, Institut de Sociologie). Ses recherches portent sur le jeu, les technologies numériques et l’espace urbain, plus spécialement sur la pratique de jeux connectés utilisant les données de localisation des joueurs et exigeant qu’ils se déplacent physiquement dans l’espace. Dans le domaine artistique, en amatrice, elle pratique la photographie et chante dans des chœurs.

 

Noémie Marcus est anthropologue et historienne et s’intéresse principalement aux Borderlands. À la fois comme objet : ces espaces entre-deux, de marginalité et de marginalisation, ces lieux physiques concrets délimités par des frontières et aussi ces espaces liminaux imaginaires d’où émergent et où se forgent des identités et des revendications inédites, singulières, profondément marquées par l’emplacement qu’elles occupent. Et comme méthodologie de recherche : ces outils mitoyens partagés avec d’autres disciplines avoisinantes.

 

Autres membres impliqués dans les projets de l’AHA :

Maura Bulgheroni fait une thèse interdisciplinaire en ethnoécologie à l’Université Libre de Bruxelles. Son travail se focalise sur la perception du changement climatique et la signification de l’adaptation de l’économie pastorale dans les zones montagneuses. La recherche sur le terrain est développée à travers l’étude de cas des Gaddis, une population agro-pastorale semi-nomade qui habite dans les western Himalaya (Inde du Nord).

 

Lucie Smolderen est membre du CReA-Patrimoine et du CAC (ULB) et travaille sur l’histoire des femmes du Dendi (région de la rive béninoise du fleuve Niger). En l’absence de sources historiques traditionnelles (écrites et orales), l’approche qu’elle développe s’inspire de la technologie comparée et des biographies d’objets. Une réflexion sur les modes de diffusion de la recherche lui est également chère. Elle a déjà publié un article scientifique sous la forme d’une bande-dessinée dans la revue Techniques&Culture (2013, n°61).

 

Florian Vallée est cinéaste. Il réalise des documentaires à tendance ludique et anthropologique. Son précédent film « Les combattants du poil sacré » a été diffusé sur la RTBF et primé au Festival Jean Rouch à Paris. Actuellement, Florian commence l’écriture d’un nouveau projet intitulé « L’odyssée de la sandale en plastique ».

 

Laura Merveille est socio-anthropologue et collaboratrice scientifique au LAMC. Au croisement des cyborg studies et de la sociologie des sciences et des techniques, ses intérêts se portent sur les interactions entre l’humain et la technologie et plus particulièrement sur la rencontre du corps et de la machine.

 

Kim Tondeur travaille comme chercheur et enseignant chez Expeditions, un réseau international de chercheurs en sciences humaines et sociales. À Gozo (Malte), il enquête sur la gestion des ressources hydriques, l’Europe et la globalisation. Outre des intérêts de recherche en anthropologie et écologie politique, il se spécialise en anthropologie graphique: il explore les possibilités offertes par le dessin comme méthode ethnographique et outil de dissémination du savoir. Kim est co-fondateur de la « Graphic Anthropology Field School »

 

Annabel Vallard est chercheure en anthropologie, rattachée au Centre Asie du Sud-Est CNRS/EHESS/INALCO. Elle travaille sur les filières de matériaux (textiles, gemmes, matières dévotionnelles) à partir de l’Asie du Sud-Est. Elle suit les activités de l’AHA depuis ses débuts, en 2014.

 

Mathias De Meyer réalise un doctorat en anthropologie au sein du LAMC sur les techniques et rituels scolaires à partir de l’ethnographie d’une école de village au Maroc. Dans le cadre de sa recherche sur les dispositifs techniques, il s’intéresse notamment aux univers sonores.

 

Thibault De Meyer est doctorant en anthropologie des sciences au sein du LAMC. Il s’intéresse au perspectivisme dans ses rapports multiples avec les pratiques scientifiques contemporaines, en particulier celles qui ont trait à l’éthologie et à la psychologie animale.

Expériences à l'interface des arts et des sciences sociales