LE COLLOQUE PENSER LES ARTS SITUÉS

Cité Miroir – Espace Francisco Ferrer Tout public – Gratuit

Le colloque Penser les arts situés se propose de soumettre à la discussion la notion « d’arts situés », susceptible d’apporter un éclairage renouvelé sur la perception des œuvres d’art et leur mise en usage, notamment, dans un contexte muséal. Elle prend en compte l’œuvre d’art dans la globalité de sa dynamique processuelle, l’ensemble des relations que l’œuvre entretient avec ses environnements, tant du point de vue de ses conditions de réalisation que des dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de sa réception. Depuis la naissance et l’affirmation des avant/gardes, au début du XXe siècle, les « arts du dehors » – arts des fous, arts primitifs, arts bruts, arts outsiders, par exemple -, ne cessent d’imposer l’évidence de leur situation, singulière et irréductible aux processus d’artification qui leur confèrent légitimité et visibilité dans le « monde de l’art ». Les arts du dehors, par les effets de frontière qu’ils ne cessent de mettre en mouvement, constituent un terrain d’enquête idéal pour identifier et comprendre l’inscription de toute forme d’expression artistique dans cette dynamique complexe de la situation.

La collection du musée du Trinkhall, essentiellement composée d’œuvres d’art réalisées par des artistes handicapés mentaux dans un contexte d’atelier, offre un très riche exemple de situation, tant en raison des dispositifs collectifs qui sont liés à la création en atelier, qu’en raison des dispositions psychiques particulières des artistes porteurs d’un handicap mental. La notion d’arts situés se donne dès lors comme l’instrument adéquat pour penser la relation art et handicap mental et concevoir la politique muséale du Trinkhall, en évitant toute forme de réduction ou de stigmatisation qui entachent, trop souvent, l’invention et la réception des « arts du dehors ».

En faisant appel à des spécialistes de l’art – historiens, anthropologues ou philosophes -, et à des acteurs de terrain confrontés à la création en atelier et à la question du handicap mental, le présent colloque ambitionne de donner corps à la notion d’arts situés, dont l’opérativité concerne aussi bien le domaine de la critique que celui de l’action muséale et, plus généralement, de l’action culturelle.

Hors les murs Jean Rouch – retour sur une expérience

Alors que se prépare l’édition 2019 du célèbre festival Jean Rouch à Paris, c’est l’occasion pour l’AHA de revenir sur l’édition hors les murs qui s’est tenue les 6, 7 et 8 mai derniers à Bruxelles dans la salle de cinéma éphémère du Kinograph. Dans le cadre de cette première édition bruxelloise, cinq documentaires issus de la dernière compétition ont pu être présentés en présence de leurs réalisateurs et réalisatrices :

“The Remnants” de Paolo Barberi et Riccardo Russo

 “Chateau Pékin” de Boris Pétric

 “Je vois rouge” de Bojina Panayotova

“Alle de tranen” de Sarah Vanagt

“Aperti al pubblico” de Silvia Bellotti

L’événement, réparti sur trois soirées, a été inauguré par une allocution de Jean-Paul Colleyn qui est revenu sur les liens intimes entre anthropologie et cinéma ainsi que sur sa relation professionnelle avec son ami Jean Rouch. Durant toute la durée du festival, une exposition des photographies de Jean Rouch et Catherine de Clippel a accompagné les projections sous la forme d’un dialogue photographique entre ces deux photographes-cinéastes qui, à une vingtaine d’années de distance, ont fait de l’Afrique le continent de leurs activités artistiques.

Le 7 mai, nous avions également organisé une matinée table ronde intitulée « Sciences sociales et cinéma : au-delà de la f(r)iction, comment « faire » connaissance ? ». Celle-ci s’est tenue à la Maison Européenne Des Auteurs et des Autrices (MEDAA) en collaboration avec la Société Civile des Auteurs Multimédia (SCAM). Les participants étaient invités à échanger autour de leurs expériences en matière de rencontres entre les deux mondes, leurs méthodes de travail, le séquençage et la répartition des tâches ainsi que sur ce que leurs créations leur avaient enseignés, quels défis étaient posés par ces collaborations et comment elles étaient reçues par le public. Ce moment plus réflexif fut l’opportunité d’un partage d’expériences ainsi que le terreau de futures perspectives et promesses collaboratives.

Pour l’AHA, un tel événement a été une chance autant qu’une réussite en suscitant des rencontres professionnelles et en attirant un public nombreux, rassemblant tant chercheurs et chercheuses, étudiants et étudiantes, réalisateurs et réalisatrices qu’amateurs et amatrices de sociologie, d’anthropologie et de cinéma. Les discussions étaient au rendez-vous, se prolongeant souvent tardivement dans la soirée autour d’un verre. La possibilité d’investir la MEDAA, de réaliser les projections dans une vraie salle de cinéma et de profiter d’un espace de restauration mise en place par le Kinograph et le collectif KomChéTaMère furent un vrai plus pour les organisateurs et les intervenants ainsi que pour le public.

Ce billet est l’occasion de remercier une nouvelle fois la MEDAA et ces collectifs du site SeeU pour leur accueil et leur collaboration de même que les institutions dont les financements ont permis à cette édition de voir le jour : le FNRS, la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales, la SCAM et la commune d’Ixelles.

Et après ?

Durant les mois qui l’ont précédé, la préparation du festival a représenté une charge importante pour les membres de l’AHA. C’est pourquoi nous avons pris la décision de ne pas envisager une édition hors les murs annuelle, ce qui nous permettra de recharger nos batteries mais aussi de donner vie à d’autres projets et d’approfondir nos questionnements à propos d’autres « hybridations ».

Tandis que s’annonce le Jean Rouch de Paris, l’équipe de l’AHA réfléchit à la forme que pourrait prendre cette future édition qu’elle souhaiterait aussi entreprendre avec une équipe renforcée … Intéressés à sélectionner les films et à prendre part à l’organisation de la prochaine édition hors les murs à Bruxelles ? N’hésitez pas à nous en parler !