Projection du film « Border People » en présence de la réalisatrice Elena Barabantseva

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

Le 23 octobre 2019, nous vous convions à la projection du film « Border People » en présence de la réalisatrice Elena Barabantseva.

Synopsis :

How does the border enter and shape a family life? What does it mean to the people who cross the border for marriage? This film juxtaposes a personal story of Meihua, a Vietnamese Yao woman who married a Yao man in China, with the stories and ritual practices that the Yao elders pass on to the young generation amidst the Chinese state’s ambitious border development plans and ethnic revival strategies.

Journée d’étude de l’ AHA 11.10.2019

Nous revoici avec la troisième édition de le journée des inventaires des hybridations en cours organisée par l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques le vendredi 11 octobre à l’ULB.

Au programme: du son, des photos, des dessins, des montages et des rituels inventés pour réfléchir aux liens multiformes entre art et sciences sociales, à partir de terrains marocains, belges et sénégalais. Venez nombreuses et nombreux et faites passer le programme de la journée aux personnes intéressées.

Programme en PDF :

Apprenons à écrire avec la lumière !

Nos ethnographies sont parsemées d’images : illustration, support d’analyse, redécouverte de l’objet.

Face à une certaine permanence d’images photographiques – à la fois temporelle, étant donné l’apparition simultanée et le dialogue continu entre l’anthropologie et la photographie à partir du 19e siècle ; et spatiale, dans le sens de l’usage, de la consommation et de la circulation généralisés de l’image – l’AHA souhaite se donner les moyens d’explorer la richesse de cet outil tant précieux à nos recherches.

Il s’agissait peut-être surtout de dépasser une certaine timidité, voire une réticence, à en faire usage, aux vues de nos faiblesses techniques ; mais aussi d’encourager le dépassement d’une certaine inertie intellectuelle, qui privilégie le manuscrit, qui considère peut-être l’image trop proche de la subjectivité, trop soucieuse de l’esthétique : Apprenons à écrire avec la lumière !

L’école d’été que l’AHA a organisée dans ce sens avec l’École supérieure des Arts de l’Image LE 75 – grand merci surtout à Philippe, Savvas et Emmanuel – reposait sur des réflexions engagées au cours de l’année académique précédente lors de conférences et de discussions avec des intervenants extérieurs. D’où la nécessité que ressentaient aussi les organisatrices d’accompagner cet apprentissage pratique et technique de réflexions plus méthodologiques et épistémologiques propres à notre discipline, telle la question de la représentation et de l’objectivisation – du ‘cliché’ – ou de l’approche collaborative.

Un jonglage entre expérimentation et réflexion, mais surtout, échange au-delà des frontières disciplinaires et prise de plaisir, voilà ce qu’on souhaitait solliciter. Et quelle réussite !

La première journée a débuté par une entrée en matière plutôt théorique grâce au cours-conférence d’Emmanuel d’Autreppe sur l’histoire de la photographie documentaire et de ses enjeux, en particulier autour du portrait de famille. Au gré des photos et commentaires avisés de notre conférencier nous est apparu un rapprochement évident entre le travail et les intentions des photographes (documentaires ou non) et des anthropologues notamment autour du questionnement sur le rapport à l’Autre – qu’il soit proche ou lointain – et sa représentation. Savvas et Philippe nous ont ensuite présenté la chambre photographique, appareil grand format imaginé au 19e siècle qui, faisant l’éloge de la lenteur et de la précision, peut certainement être perçu comme à contre-courant du numérique. Armés d’une chambre (quelque peu encombrante) par binôme, nous nous sommes lancés dans des prises de vue du côté de l’arrêt de métro Roodebeek, à la recherche du portrait ou du paysage urbain que nous souhaitions fixer sur nos plans-films. Nos mouvements millimétrés et notre mise à l’abri de la lumière sous le drap recouvrant la chambre malgré le temps caniculaire ont certainement beaucoup intrigué et amusé les passants, qui, pour certains, se sont même prêtés au jeu de la pose.

La matinée du deuxième jour fut consacrée à l’utilisation de nos appareils photos argentiques, chinés par certains, empruntés à un parent pour d’autres. Un film 24×36 noir et blanc a été distribué à chaque participant qui avait deux heures pour se perdre dans la photographie de rue au gré de ses rencontres et coups de cœur visuels. La théorie de la pratique du développement des films fut abordée dès notre pause repas où nous avons pu tenter, à l’aveugle, la mise en spirale d’un ancien négatif, avant que les plus courageux d’entre nous ne tentent le coup en chambre noire. La pratique du laboratoire a pu ensuite débuter toujours sous les explications précises et regards bienveillants de nos formateurs. Les apprentis chimistes-photographes se sont alors lancés dans des secouements bien rythmés des cuves contenant les spirales avec nos pellicules, enchainant bain de révélateur, d’arrêt et fixateur. L’ouverture des cuves a révélé nos trésors, chacun tenant dans les mains le premier résultat de son travail : le négatif. Après séchage, vint le moment tant attendu de notre expérimentation en chambre noire lors du troisième et dernier jour dédié au tirage. Enfilant nos plus beaux tabliers, nous avons pu découvrir les joies et galères des manipulations pour trouver les réglages (ouverture du diaphragme, temps d’exposition, masquages éventuels etc.) adéquats afin de produire la photo papier convenable.

Épuisée mais tellement fière, notre petite équipe a quitté Le 75 en emportant négatif, planche contact et photos, davantage d’expérience en argentique, mais surtout, le souvenir d’un échange entre photographes et étudiants de sciences sociales extrêmement enrichissant.

 

Noémie et Clémentine