Faire et Défaire #3: Mijn ouders et moi

Faire et Défaire: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 8 mars de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire de Stéphane Bergmans “Mijn ouders et moi”, sélectionné au festival “Filmer à tout prix” en 2013. En guise d’avant-gout, voici le synopsis:

A 28 ans, après une rupture amoureuse, le réalisateur Stéphane Bergmans se retrouve temporairement sans logement et il se voit contraint de retourner vivre chez ses parents. Mais en emménageant dans la maison qui l’a vu grandir, le cinéaste a l’étrange impression de revenir habiter dans une famille d’accueil. Instinctivement, il se met à filmer ses parents en tentant de répondre à l’étrange question qui lui est venue à l’esprit: « Mais qui sont donc ces étrangers ? »

Faire de l’étrange du familier ou transformer le familier en étrangeté est au coeur de la demarche anthropologique. Le documentaire de Stéphane, par son abordage résolument intimiste, pose la question de cette étrange familiarité de manière tendre et savoureuse.

 

D’autres manières de lire le monde: Séminaire du CES

 
Séminaire du CES – Prochaine séanceD’autres manières de dire le monde

Traditionnellement, les chercheur.e.s en sociologie et en anthropologie racontent leur travail scientifique en ayant recours au langage écrit, dans des articles ou des ouvrages, ou au langage oral, lors de séminaires et autres colloques. Pourtant, d’autres manières d’en rendre compte existent qui empruntent des voix.es issues d’autres disciplines académiques, comme l’architecture, l’archéologie et la géographie, ou encore puisées dans des domaines artistiques comme la photographie, le dessin, la vidéo, la muséographie, les arts textiles ou encore le théâtre.

Pour cette année académique, le séminaire du CES se propose de les explorer à partir de travaux menés en son sein et dans d’autres lieux, universitaires et associatifs.

Mardi 13 mars – Enregistrer le monde [séance 4]

Les outils de l’enregistrement sonore ont très tôt été saisis par les chercheur.e.s des sciences sociales. Classiquement, ils.elles les utilisent à des fins de recherche, pour recueillir les discours des informateurs ou à des fins de restitution. Mais d’autres usages existent : archiver des expériences racontées, documenter une problématique de sciences sociales, collecter les bruits de notre environnement, capter des univers sonores, accéder à des expériences sensibles… Cette séance interrogera les usages et les apports de l’enregistrement sonore pour les sciences sociales. Quelle est la spécificité des matériaux sonores ? Comment sont-ils fabriqués et puis utilisés ? A quelles dimensions du social permettent-ils d’accéder ? Comment les faire « parler » en langage de sciences sociales ?

Temps 1. Enregistrer des descriptions in situ d’ambiance
Emmanuelle Lenel, est sociologue et membre du CES et du CASPER à l’Université Saint- Louis – Bruxelles.
Dans son intervention, elle réfléchira à partir de sa propre expérience de recherche à la particularité d’un matériau constitué de commentaires in situ recueillis au cours de parcours commentés sur des ambiances de quartiers, et à ses usages possibles dans le cadre d’une recherche en sciences sociales. Quelle attitude le.a chercheur.e doit-il.elle adopter pour pouvoir recueillir ces données par nature éphémères et déposées en situation ? A quelles dimensions de l’expérience permettent-elles d’accéder, et à quelles conditions ?

©2018 CES – Université Saint-Louis | 43 boulevard du Jardin botanique – 1000 Bruxelles

Web Version Forward Unsubscribe

Powered by Mad Mimi® A GoDaddy® company

Temps 2. Fabriquer une histoire et une mémoire sonore urbaine / Le cas de BNA- BBOT
Séverine Janssen est philosophe et coordonne le collectif BNA-BBOT, Bruxelles nous appartient – Brussel behoort ons toe.

Depuis près de 20 ans, BNA-BBOT recueille, selon divers dispositifs, des récits et sons de Bruxelles. Elle présentera le travail de ce collectif qui vise à historiciser et archiver dynamiquement un ensemble local d’expériences dites. Le ressort de cette micro-histoire est le son, son écriture, la voix. La voix comme micro-trace irréductible à toute frappe textuelle, à toute présence visuelle. Collection indéfinie de voix et de sons surgis d’un temps vécu, la collection sonore de BNA-BBOT forme une biographie vivante et organique de la ville. Elle dit la ville telle qu’elle est parfois, telle qu’elle aurait pu être, telle qu’elle pourrait être. Quelles en sont les limites, quelles en sont les modalités opératoires, comment offrir à ces archives mineures des conditions de pérennité, d’audibilité et de rivalité avec les archives majeures ?

Temps 3. Enquêter sur/à partir des sons du quotidien
Anthony Pecqueux est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) à l’ENSA de Grenoble.
Dans son intervention, il se proposera de revenir d’abord sur une enquête autour du son d’un torrent dans une vallée alpine (le Vénéon). Plus largement, il sera question de discuter théoriquement et d’étayer empiriquement ce qu’il peut en être de la dimension sonore pour une enquête de sciences sociales, et plus spécifiquement quand cette enquête se place sous les auspices de l’ordinaire.

Informations pratiques

Mardi 13 mars 2018, 9h30-12h30, Université Saint-Louis, local P61 (43, bd du Jardin botanique, 1000 Bruxelles, suivre le fléchage)

Inscription gratuite mais obligatoire (des sandwiches sont prévus) : remplir ce formulaire

Retour sur la projection du film de Sébastien Kapp : Ragnarok, un monde ré-enchanté

Le 7 février, lors de la deuxième séance du cycle de projection Faire et Défaire, c’est le documentaire « Ragnarok, un monde ré-enchanté » réalisé par Sébastien Kapp, chercheur post-doctorant à Science-Po après avoir réalisé une thèse en co-tutelle entre l’ULB et l’EHESS, qui a fait l’objet de la séance. Il nous a plongé dans l’univers surprenant du jeu Grandeur Nature (GN), Ragnarok. Se déroulant sur un weekend, ce dernier réunit plus d’un millier de participant.e.s pour incarner des personnages vénérant des dieux, conduisant des batailles et résolvant des intrigues dans un décor aux allures médiévales.

A la suite de la projection, la discussion, engagée par Céline Quellet et Rachel Hoekendijk, s’est d’abord tournée vers la place de la caméra sur ce terrain aux côtés des haches, des lances et des gourdins, puis s’est centrée sur la double position du chercheur et du réalisateur au sein de cet univers particulier où une position d’observateur non participant est difficile à tenir. Ce fut l’occasion pour Sébastien Kapp de revenir sur les procédés techniques qui ont rendu possible le tournage du film : des images tournées avec un appareil photo – un outil moins intrusif ou gênant qu’une caméra, et régulièrement utilisé par les joueurs eux-mêmes –, ainsi que des caméra GoPro discrètement fixées sur des vêtements, ou encore un drone pour survoler la propriété et capter quelques images aériennes.

Les discussions sont d’abord revenues sur la position particulière du réalisateur, qui observe et filme le jeu des joueurs et joueuses sans, cette fois, jouer lui-même, contrairement au rôle que Sébastien Kapp occupait lorsqu’il s’y rendait en ethnologue, dans le cadre de son doctorat. Il était alors impossible de se tenir à l’extérieur, en marge du jeu. Au-delà de l’impératif méthodologique, la spécificité du terrain rendait obligatoire une démarche d’observation réellement participante. Le jeu obligeait à y prendre part, en se choisissant un personnage, un rôle, même avec un carnet de terrain à la main. Au-delà de la distinction entre observation participante, engagée dans l’interaction avec celles et ceux qui jouent, et observation distancée de la caméra, entre jeu et non-jeu, les échanges ont révélé une différence dans les matériaux récoltés : là où le réalisateur fait partager l’univers de Ragnarok et son esthétique au travers d’un travail visuel, le chercheur n’a collecté pratiquement aucun matériel de ce type durant son travail de terrain, malgré le potentiel visuel de celui-ci (car rempli de costumes colorés, de décors de style médiéval et d’armes en mousse etc.). Cette ethnographie purement textuelle a-t-elle engendré une frustration qui aurait conduit notre invité à envisager la réalisation d’un documentaire ? Il s’emblerait bien…

Après des propos méthodologiques liées aux démarches croisées du réalisateur et du chercheur, la discussion s’est orientée vers le GN en lui-même, un immersion fictionnelle collaborative qui fascine sans doute les joueurs mais aussi celles et ceux qui voient le film de Sébastien Kapp pour la première fois. Qui sont ces joueurs et joueuses ? Ont-ils/elles joué au jeu de rôle sur table ou fait du théâtre auparavant ? Quelle est leur classe sociale ? Y a-t-il des accidents ? Les joueurs ou les joueuses peuvent-ils/elles se faire mal pendant le jeu ? Vivre des moments traumatiques ?

Au-delà du film et pour répondre à ces questions, la parole a donc été donnée au chercheur, qui est revenu sur les résultats de ses recherches passées et son travail de thèse. Par exemple, les statistiques identifient des personnes ayant des ressources économiques certaines –  les costumes ou les armes peuvent coûter cher – et qui sont plutôt super diplômées par rapport à la moyenne. Il y a par ailleurs peu d’accidents : les armes sont en mousse et toutes sont vérifiées par précaution. En cas d’incident, ou si une tempête menace, un temps mort (time out) est prononcé, pour arrêter le cours du jeu temporairement. Cette régulation au sein du jeu est peut-être une raison qui explique que la police s’ennuie souvent lorsqu’elle encadre ce type d’événements car, contrairement aux festivals, les interventions sont rarement nécessaires. Cela a amené les discussions à évoquer ce qui est peut-être la plus stupéfiante magie du GN : instaurer l’espace de 48h un monde time in où des milliers de personnes cohabitent. Même lorsqu’elles ne se connaissent pas, elles suivent des règles édictées par les organisateurs et les organisatrices, leurs déesses et leurs dieux, leurs prêtresses et leurs prêtres, tout en prenant plaisir à s’immerger dans une fiction que chacun.e participe à construire. Chacun.e s’évertue à respecter cette immersion synonyme de plaisir. On retrouve certainement cette magie dans le documentaire que nous avons visionné dont les images nous emportent à plusieurs reprises, alors même qu’elles ont été filmées sans préparation ni répétitions.

Il n’y a pas de seconde chance, en effet, pour tourner les images. Pourquoi n’avoir pas d’avantage suivi individuellement les joueurs et les joueuses dans le jeu ? Sébastien Kapp a répondu à cette question en revenant sur les contingences techniques qui ont conditionné la réalisation du film : il a réalisé des entretiens filmés dans les jours qui précédaient l’événement mais s’est trouvé en difficulté pour retrouver les personnes interviewées dans le monde foisonnant de Ragnarok.  Enfin, il a fallu faire avec un matériau produit en l’espace de 48h seulement, une qualité parfois décevante, voire l’absence de certaines images, lorsque la batterie de la caméra attachée au drone durant la bataille a fait faux bond.

En fin de séance, un bref retour a été fait sur la réception du film et des travaux de recherche de Sébastien Kapp au sein de la communauté GN. La discussion aurait pu encore se prolonger mais, le bâtiment fermant ses portes, nous avons dû nous diriger vers la sortie pour ne pas risquer d’être pris à notre insu dans un Escape Game au sein de la bibliothèque des Sciences Humaines de l’ULB !

Carnet Hypothèse du film : http://ragnarok.hypotheses.org/

Film en ligne : https://archive.org/details/Ragnarok5000kbps

Prochaine projection : Le 8 mars 2018 : Mijn Ouders et moi, de Stéphane Bergmans