L’enquête et ses graphies

L’EHESS organise un séminaire de recherche intitulé  » L’enquête et ses graphies : figurations iconographiques d’après société » tous les troisièmes jeudi du mois au bâtiment Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris.

Le 17 décembre, Lisa Lugrin et Xavier Clément (bédéistes et auteurs de Yékini. Le roi des arènes) présenteront l’exposé suivant : De l’enquête à la fiction, la lutte sénégalaise en bande dessinée.

Yékini

Toutes les informations relatives au programme du séminaire sont disponible ici.

Chronique d’une école

Après une journée organisée le 10 juin 2015 autour de la question de la rencontre entre les sciences sociales et les arts, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques remercie tous les participant.e.s et visiteur/se.s présents lors de la première édition de son école d’automne, les 16, 17 et 18 novembre derniers. Cette école, deuxième évènement proposé par l’AHA, était conçu comme un moment privilégié pour mettre à l’épreuve et expérimenter les grandes propositions qui tiennent le collectif : partager des savoir-faire, échanger des expériences, penser la limite entre les arts et les sciences sociales, la tester, la bousculer, réfléchir collectivement, coproduire dans la gaité et la réflexivité, cheminer vers l’horizon de l’horizontalité… Aussi ambitieux que ce bouillon hybride puisse paraître, il nous semble que l’école a largement rempli ses objectifs et nous la considérons comme une réussite qui ouvre le chemin de nombreuses expérimentations et réflexions futures !

AB

C

C1

Durant ces trois jours d’école, chercheur.e.s et étudiant.e.s en sciences sociales se sont côtoyés dans des ateliers animés par des professionnel.le.s de la vidéo et du dessin. Nous remercions bien bas Réjane Vallée, Marta Kucza, Kim et Bruno Tondeur, Joal Grange et Florent Grouazel de s’être prêté.e.s au jeu de la transmission de connaissance et de savoir-faire dans les contraintes de la courte parenthèse ouverte, d’avoir mis en partage leur expérience et leur point de vue sur les techniques artistiques que nous avons travaillées ensemble. Nous remercions les étudiant.e.s pour l’enthousiasme et l’ardeur avec laquelle il/elle.s ont embrassé l’initiative et se sont mis à « faire », sans inhibition et en grande intelligence. Nous remercions enfin les chercheur.e.s et professionnel.le.s participant d’avoir joué le jeu avec décontraction et bienveillance, d’avoir saisi les occasions propices pour éclairer les uns et les autres de leurs lanternes aguerries et pour poser les grandes questions qui nous animent tous.

D

E

F

H

I

J

Il nous semble que chacun.e a appris des interactions, des discussions et des confrontations de points de vue durant ces trois jours dont il ressort une double envie de libération individuelle et d’expérimentation collective. Chacun.e peut se saisir des techniques artistiques avec lesquelles il/elle se sent une affinité particulière. Dans la pratique et l’échange surgissent ensuite les questionnements, les réflexions, se construisent les projets et c’est par le cœur que se renforce la légitimité d’une démarche.

K

L

M

Bien sûr, la formule de l’école est perfectible et nous ne jouons pas à nous couvrir de lauriers non mérités ! Nous avons d’ailleurs discuté des points d’organisation et de contenu à retravailler avec les uns et les autres de vive voix, par email ou lors de la rencontre de bilan organisée le vendredi 27 novembre dernier (merci aux présents !). Mais ce qui nous semble le plus important est que tout le monde paraît s’être retrouvé dans cette expérience, qui s’est conclue en beauté lors d’un pot de clôture décontracté et joyeux à La Quincaillerie des Temps Présents, un très bel endroit à l’accueil chaleureux.

N

Pour l’AHA, l’effervescence qui a marqué l’école d’automne sonne comme un très bon début ! Et nous espérons vivement pouvoir continuer à réfléchir, expérimenter, partager avec vous sur les chemins de traverse de l’hybridation anthropologique !

Un grand merci à tous !