Archives de catégorie : Actualités

Nouvelles fraîches et annonces.

Hors les murs Jean Rouch – retour sur une expérience

Alors que se prépare l’édition 2019 du célèbre festival Jean Rouch à Paris, c’est l’occasion pour l’AHA de revenir sur l’édition hors les murs qui s’est tenue les 6, 7 et 8 mai derniers à Bruxelles dans la salle de cinéma éphémère du Kinograph. Dans le cadre de cette première édition bruxelloise, cinq documentaires issus de la dernière compétition ont pu être présentés en présence de leurs réalisateurs et réalisatrices :

“The Remnants” de Paolo Barberi et Riccardo Russo

 “Chateau Pékin” de Boris Pétric

 “Je vois rouge” de Bojina Panayotova

“Alle de tranen” de Sarah Vanagt

“Aperti al pubblico” de Silvia Bellotti

L’événement, réparti sur trois soirées, a été inauguré par une allocution de Jean-Paul Colleyn qui est revenu sur les liens intimes entre anthropologie et cinéma ainsi que sur sa relation professionnelle avec son ami Jean Rouch. Durant toute la durée du festival, une exposition des photographies de Jean Rouch et Catherine de Clippel a accompagné les projections sous la forme d’un dialogue photographique entre ces deux photographes-cinéastes qui, à une vingtaine d’années de distance, ont fait de l’Afrique le continent de leurs activités artistiques.

Le 7 mai, nous avions également organisé une matinée table ronde intitulée « Sciences sociales et cinéma : au-delà de la f(r)iction, comment « faire » connaissance ? ». Celle-ci s’est tenue à la Maison Européenne Des Auteurs et des Autrices (MEDAA) en collaboration avec la Société Civile des Auteurs Multimédia (SCAM). Les participants étaient invités à échanger autour de leurs expériences en matière de rencontres entre les deux mondes, leurs méthodes de travail, le séquençage et la répartition des tâches ainsi que sur ce que leurs créations leur avaient enseignés, quels défis étaient posés par ces collaborations et comment elles étaient reçues par le public. Ce moment plus réflexif fut l’opportunité d’un partage d’expériences ainsi que le terreau de futures perspectives et promesses collaboratives.

Pour l’AHA, un tel événement a été une chance autant qu’une réussite en suscitant des rencontres professionnelles et en attirant un public nombreux, rassemblant tant chercheurs et chercheuses, étudiants et étudiantes, réalisateurs et réalisatrices qu’amateurs et amatrices de sociologie, d’anthropologie et de cinéma. Les discussions étaient au rendez-vous, se prolongeant souvent tardivement dans la soirée autour d’un verre. La possibilité d’investir la MEDAA, de réaliser les projections dans une vraie salle de cinéma et de profiter d’un espace de restauration mise en place par le Kinograph et le collectif KomChéTaMère furent un vrai plus pour les organisateurs et les intervenants ainsi que pour le public.

Ce billet est l’occasion de remercier une nouvelle fois la MEDAA et ces collectifs du site SeeU pour leur accueil et leur collaboration de même que les institutions dont les financements ont permis à cette édition de voir le jour : le FNRS, la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales, la SCAM et la commune d’Ixelles.

Et après ?

Durant les mois qui l’ont précédé, la préparation du festival a représenté une charge importante pour les membres de l’AHA. C’est pourquoi nous avons pris la décision de ne pas envisager une édition hors les murs annuelle, ce qui nous permettra de recharger nos batteries mais aussi de donner vie à d’autres projets et d’approfondir nos questionnements à propos d’autres « hybridations ».

Tandis que s’annonce le Jean Rouch de Paris, l’équipe de l’AHA réfléchit à la forme que pourrait prendre cette future édition qu’elle souhaiterait aussi entreprendre avec une équipe renforcée … Intéressés à sélectionner les films et à prendre part à l’organisation de la prochaine édition hors les murs à Bruxelles ? N’hésitez pas à nous en parler !

Parution : Kim Tondeur sur « le boom graphique en anthropologie »

Dans l’actualité des publications en sciences sociales, voilà une parution importante pour l’AHA ! Kim Tondeur, anthropologue et  dessinateur membre de notre collectif, vient de publier un article sur le « boom graphique » dans la revenue Omertaa, Journal for applied anthropology.

Voici la reproduction du résumé ici :

Depuis une quinzaine d’années environ, l’intérêt des anthropologues pour la pratique du dessin va grandissant. Tandis que pinceaux et crayons accompagnaient déjà les ethnographes à l’aube de l’anthropologie, on assiste désormais à un renouveau postmoderne du dessin qui interroge les potentialités de ce médium comme outil d’inscription, technique d’analyse et moyen de communication. Une effervescence face à laquelle l’anthropologie francophone se remarque surtout par son mutisme. Dans cet article, je m’attache à retracer une courte histoire de l’utilisation du dessin en anthropologie avant de situer le renouveau graphique au sein du contexte sociétal et académique qui est le sien: expansion de la culture graphique, tournant ethnographique, critique postmoderne et crise de la représentation forment ici le terreau d’une curiosité renouvelée pour ce médium graphique. J’expose ensuite brièvement six discussions actuelles en anthropologie graphique qui pointent du doigt les potentialités de ce médium oublié comme méthode de recherche et de représentation. Enfin sont proposés en guise de conclusion quelques chantiers futurs de l’anthropographie.

Et voici le lien de téléchargement du pdf !

Crédit image : École de l’AHA 2015 – Ateliers dessin

« One, Two, Three, Viva l’Algérie » – Réflexions sur un film « en train de se faire » – Projection/Discussion du 4.12.2018

Dans le cadre du cycle FAIRE ET DÉFAIRE LE CINÉMA SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE, le collectif AHA présente l’événement :

« One, Two, Three, Viva l’Algérie »
/ Réflexions sur un film « en train de se faire ».

PRÉSENTATION DE LA SOIRÉE:
Samuel Ab – documentariste – propose un temps d’échange à partir du film « One, Two, Three, Viva l’Algérie » en cours de montage. Ce long-métrage documentaire dresse un portrait de l’Algérie contemporaine, et de sa relation avec la France, à travers le prisme du football et de sa participation aux dernières Coupes du Monde.
Le film articule différents régimes de narration – cinéma direct et expérimental – et travaille en partie avec l’hybridation des images. (Tournage de 2010 à 2018, archives télévisuelles, extraits de films, Youtube, téléphone portable..).

SYNOPSIS DU FILM:
2009. Des dizaines de milliers de personnes courent, hurlent et klaxonnent à Paris. Une émeute ? Non, l’Algérie vient de se qualifier pour la Coupe du Monde. « One, two, Three, Viva l’Algérie !» : ils sont fiers de leur équipe, fiers d’être algériens, fiers d’exister aux yeux du monde, et plus particulièrement en France.
Omniprésente ici, l’Algérie souffre pourtant d’une lourde absence de représentations. Derrière un éphémère phénomène sportif se révèlent les turbulentes relations entre les deux pays ainsi que les profondes questions de l’identité, de la mémoire et du roman national.
2018. L’histoire se rejoue, les drapeaux algériens sont toujours là, mais cette fois-ci c’est la France qui est sacrée championne du monde. Entre les deux pays, les portraits croisés de cinq spectateurs reflètent la fragilité d’une (re)construction individuelle et collective. L’écriture au présent d’une histoire commune.

LE RÉALISATEUR:
Samuel Ab est technicien audiovisuel, réalisateur indépendant et membre actif de la coopérative audiovisuelle Synaps. Son travail documentaire emprunte à l’anthropologie visuelle et au cinéma politique.

Bande annonce: https://vimeo.com/154880056

L’entrée est libre




Faire et Défaire #7 : Projection du documentaire « Les forêts sombres », en présence du réalisateur Stéphane Breton

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

 

La septième et dernière séance du cycle de projection se tiendra le mercredi 27 juin, de 18h à 20h à la salle AZ1 101. On aura le plaisir de visionner le dernier documentaire du célèbre réalisateur français Séphane BretonLes forêts sombres, sélectionné et promu à l’occasion du renommé festival du Cinéma du réel (Paris, 2015).

Synopsis:

Au bout de la route, il y a un chemin, le dernier, un chemin envahi par la boue sibérienne en automne, et au bout de ce chemin, une immense forêt obscure protégeant pudiquement ceux qui ont gagné leur dernier refuge auprès d’elle, dans des hameaux qui s’effilochent tous les jours et que rongent le malheur et l’alcool. Il faut aller le plus loin possible, être prêt à tomber dans le fossé, pour voir ce qui fait de nous des hommes.

 

Le réalisateur: 

Stéphane Breton est un cinéaste et anthropologue de l’EHESS qui s’est démarqué suite à son premier film, « Eux et moi », réalisé sur son terrain en Nouvelle Guinée, en 2001, et devenu un classique incontournable du cinéma socio-anthropologique. Depuis, le réalisateur a multiplié ses productions visuelles, prenant petit à petit de l’autonomie vis-à-vis du monde scientifique et de la liberté dans sa démarche créative.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: https://vimeo.com/ondemand/lesforetssombres/143894528

A bientôt !

AUDIO-VISUAL DIALOGUES – Conférence

Dans le cadre du cycle de conférences en Anthropologie du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques est heureux de vous annoncer la conférence de Christian Vium (Aarhus University) qui présentera Audio-visual Dialogues le lundi 14 mai de 16 à 18h dans la salle Janne, au 15e étage de L’Institut de Sociologie (44 Avenue Janne 1050 Bruxelles).

Biography:

Christian Vium (born 1980 in Aarhus, Denmark) is an anthropologist, photographer and film-maker primarily working on long-term research-based projects involving experimental and collaborative methods at the intersection between the social sciences and the arts. Christian Vium has received numerous international awards for his work, most recently one of Europe’s most prestigious photographic prizes: The Prix HSBC pour la Photographie in 2016, as well as a being selected as a FOAM Talent in 2015. His work has been exhibited in Amsterdam, Athens, Berlin, Brussels, Copenhagen, London, New York, Paris, San Francisco, Sydney, and Tokyo, among other places.In 2016, he was nominated for the Silver Medal for excellent research by the Royal Danish Academy of Sciences and Letters and received a two-year postdoctoral scholarship by the Carlsberg Foundation the same year. Christian Vium holds a PhD in anthropology from the University of Copenhagen and is a post-doctoral research fellow in anthropology at Aarhus University.Site: http://www.christianvium.com
Abstract:
With a point of departure in a presentation of material and empirical cases from several long-term anthropological research projects in which film and photography occupies a privileged role, this presentation focuses on my approach to an experimental visual anthropology. In the presentation, I invite the audience through concrete stages of my work process and discuss my take on intervention, collaboration, co-curation, editing and exhibition-making, and how these may be seen as constituting both methodological and analytical approaches that afford particular ways of interrogating and communicating anthropological knowledge.

Faire et défaire #5 : L’eau sacrée, un documentaire d’Olivier Jourdain

Faire et Défaire #5: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La cinquième séance du cycle de projection se tiendra le mardi 8 mai, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire court-métrage d’Olivier Jourdan, L’eau sacrée, sélectionné et promu à l’occasion de multiples festivals tels que  FEST (2017), MICE (2017), SOLE LUNA DOC PALERMO (2017), MIRAAS DOC (2017), SIMA (2017), et bien d’autres.

Synopsis: Guidé par Vestine, star extravagante des nuits radiophoniques, le film part à la découverte de la sexualité rwandaise, en quête de l’eau qui jaillit du corps des femmes et nous dévoile avec humour et spontanéité le mystère de l’éjaculation féminine. Sacred Water confronte le public occidental à sa propre intimité et l’immerge dans la société rwandaise d’aujourd’hui par le biais de son héritage le plus secret: le plaisir féminin.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: http://sacredwater-movie.com

Faire et défaire #4: Noi

Faire et Défaire, le Cycle de Projection de Cinéma Socio-anthropologique.

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 19 avril, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire court-métrage d’Aline MagrezNoi, sélectionné et promu à l’occasion de divers festival tels que l’Internationale Kurzfilmtage en 2016, le BSFF en 2017, le Festivalil International de film NexT en 2017 et L’IndieLisboa en 2017.

Synopsis: Une traversée d’Hanoï, qui s’achève à la tombée de la nuit. Dans des rues étroites défilent les visages des passants et des travailleurs, l’innocence des enfants, et les machines grondantes.

L’entrée est libre

Plus d’info:

http://www.fide.festivaldoc.com/2017-films/noi/

https://aha.hypotheses.org

Faire et Défaire #3: Mijn ouders et moi

Faire et Défaire: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 8 mars de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire de Stéphane Bergmans “Mijn ouders et moi”, sélectionné au festival “Filmer à tout prix” en 2013. En guise d’avant-gout, voici le synopsis:

A 28 ans, après une rupture amoureuse, le réalisateur Stéphane Bergmans se retrouve temporairement sans logement et il se voit contraint de retourner vivre chez ses parents. Mais en emménageant dans la maison qui l’a vu grandir, le cinéaste a l’étrange impression de revenir habiter dans une famille d’accueil. Instinctivement, il se met à filmer ses parents en tentant de répondre à l’étrange question qui lui est venue à l’esprit: « Mais qui sont donc ces étrangers ? »

Faire de l’étrange du familier ou transformer le familier en étrangeté est au coeur de la demarche anthropologique. Le documentaire de Stéphane, par son abordage résolument intimiste, pose la question de cette étrange familiarité de manière tendre et savoureuse.

 

Faire et Défaire #2 Ragnarok un monde ré-enchanté

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La deuxième séance du cycle de projections se tiendra mercredi 7 février. C’est sera le documentaire du chercheur post-doctorant Sébastien Kapp « Ragnarok, un monde ré-enchanté » qui sera projeté. La projection se fera en présence du réalisateur et sera suivie d’une discussion autour de la démarche qui a conduit à la réalisation de ce documentaire tourné sur son terrain.

Nous espérons vous retrouver nombreux.ses pour cette nouvelle projection !

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=UUwvcpbUUbQ

Carnet Hypothèses du documentaire : https://ragnarok.hypotheses.org/

Faire et Défaire #1: Les combattants du poil sacré

Faire et Défaire: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La séance inaugurale du cycle de projections aura lieu le 4 décembre prochain !
Nous aurons le plaisir de discuter la démarche du court-métrage « Les combattants du poil sacré », en présence du réalisateur Florian Vallée et de son collaborateur anthropologue Aurélien Baroiller.
A vos Agenda !
On vous attend nombreux.ses !
La bande d’annonce: https://vimeo.com/119530653