Tous les articles par L'équipe AHA

Faire et Défaire #9 : Projection du film “Quartier Nomade”, en présence de la réalisatrice Alexandra Rice

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA vous fait découvrir une petite série de films socio-anthropologiques en situant au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

Le 11 mars 2020, l’AHA vous propose de découvrir « Quartier nomade » en présence de sa réalisatrice Alexandra Rice. La séance aura lieu à partir de 18h30 dans la salle AZ1.101.

Synopsis :

De la Flandre à la Wallonie « le Quartier Nomade »  traverse la Belgique dans une tournée annuelle qui se perpétue depuis des siècles. Ses habitants, les forains, sont pourtant bien implantés dans notre modernité. Dans la banalité de leur quotidien et du cycle de la vie. Le film s’interroge sur la tradition inconsciente qui les parcourt De quels résidus impalpables s’agit-il ? Serait-ce celui de nos traditions, de nous… Dans la communauté à laquelle inconsciemment, nous appartenons. Ce film en immersion dresse le portrait d’une communauté attachante qui insidieusement est mise en péril par les réglementations des villes, par la déconsidération de la culture populaire, et par les mutations urbaines que nous vivons tous. 

LE COLLOQUE PENSER LES ARTS SITUÉS

Cité Miroir – Espace Francisco Ferrer Tout public – Gratuit

Le colloque Penser les arts situés se propose de soumettre à la discussion la notion « d’arts situés », susceptible d’apporter un éclairage renouvelé sur la perception des œuvres d’art et leur mise en usage, notamment, dans un contexte muséal. Elle prend en compte l’œuvre d’art dans la globalité de sa dynamique processuelle, l’ensemble des relations que l’œuvre entretient avec ses environnements, tant du point de vue de ses conditions de réalisation que des dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de sa réception. Depuis la naissance et l’affirmation des avant/gardes, au début du XXe siècle, les « arts du dehors » – arts des fous, arts primitifs, arts bruts, arts outsiders, par exemple -, ne cessent d’imposer l’évidence de leur situation, singulière et irréductible aux processus d’artification qui leur confèrent légitimité et visibilité dans le « monde de l’art ». Les arts du dehors, par les effets de frontière qu’ils ne cessent de mettre en mouvement, constituent un terrain d’enquête idéal pour identifier et comprendre l’inscription de toute forme d’expression artistique dans cette dynamique complexe de la situation.

La collection du musée du Trinkhall, essentiellement composée d’œuvres d’art réalisées par des artistes handicapés mentaux dans un contexte d’atelier, offre un très riche exemple de situation, tant en raison des dispositifs collectifs qui sont liés à la création en atelier, qu’en raison des dispositions psychiques particulières des artistes porteurs d’un handicap mental. La notion d’arts situés se donne dès lors comme l’instrument adéquat pour penser la relation art et handicap mental et concevoir la politique muséale du Trinkhall, en évitant toute forme de réduction ou de stigmatisation qui entachent, trop souvent, l’invention et la réception des « arts du dehors ».

En faisant appel à des spécialistes de l’art – historiens, anthropologues ou philosophes -, et à des acteurs de terrain confrontés à la création en atelier et à la question du handicap mental, le présent colloque ambitionne de donner corps à la notion d’arts situés, dont l’opérativité concerne aussi bien le domaine de la critique que celui de l’action muséale et, plus généralement, de l’action culturelle.

Hors les murs Jean Rouch – retour sur une expérience

Alors que se prépare l’édition 2019 du célèbre festival Jean Rouch à Paris, c’est l’occasion pour l’AHA de revenir sur l’édition hors les murs qui s’est tenue les 6, 7 et 8 mai derniers à Bruxelles dans la salle de cinéma éphémère du Kinograph. Dans le cadre de cette première édition bruxelloise, cinq documentaires issus de la dernière compétition ont pu être présentés en présence de leurs réalisateurs et réalisatrices :

“The Remnants” de Paolo Barberi et Riccardo Russo

 “Chateau Pékin” de Boris Pétric

 “Je vois rouge” de Bojina Panayotova

“Alle de tranen” de Sarah Vanagt

“Aperti al pubblico” de Silvia Bellotti

L’événement, réparti sur trois soirées, a été inauguré par une allocution de Jean-Paul Colleyn qui est revenu sur les liens intimes entre anthropologie et cinéma ainsi que sur sa relation professionnelle avec son ami Jean Rouch. Durant toute la durée du festival, une exposition des photographies de Jean Rouch et Catherine de Clippel a accompagné les projections sous la forme d’un dialogue photographique entre ces deux photographes-cinéastes qui, à une vingtaine d’années de distance, ont fait de l’Afrique le continent de leurs activités artistiques.

Le 7 mai, nous avions également organisé une matinée table ronde intitulée « Sciences sociales et cinéma : au-delà de la f(r)iction, comment « faire » connaissance ? ». Celle-ci s’est tenue à la Maison Européenne Des Auteurs et des Autrices (MEDAA) en collaboration avec la Société Civile des Auteurs Multimédia (SCAM). Les participants étaient invités à échanger autour de leurs expériences en matière de rencontres entre les deux mondes, leurs méthodes de travail, le séquençage et la répartition des tâches ainsi que sur ce que leurs créations leur avaient enseignés, quels défis étaient posés par ces collaborations et comment elles étaient reçues par le public. Ce moment plus réflexif fut l’opportunité d’un partage d’expériences ainsi que le terreau de futures perspectives et promesses collaboratives.

Pour l’AHA, un tel événement a été une chance autant qu’une réussite en suscitant des rencontres professionnelles et en attirant un public nombreux, rassemblant tant chercheurs et chercheuses, étudiants et étudiantes, réalisateurs et réalisatrices qu’amateurs et amatrices de sociologie, d’anthropologie et de cinéma. Les discussions étaient au rendez-vous, se prolongeant souvent tardivement dans la soirée autour d’un verre. La possibilité d’investir la MEDAA, de réaliser les projections dans une vraie salle de cinéma et de profiter d’un espace de restauration mise en place par le Kinograph et le collectif KomChéTaMère furent un vrai plus pour les organisateurs et les intervenants ainsi que pour le public.

Ce billet est l’occasion de remercier une nouvelle fois la MEDAA et ces collectifs du site SeeU pour leur accueil et leur collaboration de même que les institutions dont les financements ont permis à cette édition de voir le jour : le FNRS, la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales, la SCAM et la commune d’Ixelles.

Et après ?

Durant les mois qui l’ont précédé, la préparation du festival a représenté une charge importante pour les membres de l’AHA. C’est pourquoi nous avons pris la décision de ne pas envisager une édition hors les murs annuelle, ce qui nous permettra de recharger nos batteries mais aussi de donner vie à d’autres projets et d’approfondir nos questionnements à propos d’autres « hybridations ».

Tandis que s’annonce le Jean Rouch de Paris, l’équipe de l’AHA réfléchit à la forme que pourrait prendre cette future édition qu’elle souhaiterait aussi entreprendre avec une équipe renforcée … Intéressés à sélectionner les films et à prendre part à l’organisation de la prochaine édition hors les murs à Bruxelles ? N’hésitez pas à nous en parler !

Projection du film « Border People » en présence de la réalisatrice Elena Barabantseva

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

Le 23 octobre 2019, nous vous convions à la projection du film « Border People » en présence de la réalisatrice Elena Barabantseva.

Synopsis :

How does the border enter and shape a family life? What does it mean to the people who cross the border for marriage? This film juxtaposes a personal story of Meihua, a Vietnamese Yao woman who married a Yao man in China, with the stories and ritual practices that the Yao elders pass on to the young generation amidst the Chinese state’s ambitious border development plans and ethnic revival strategies.

Journée d’étude de l’ AHA 11.10.2019

Nous revoici avec la troisième édition de le journée des inventaires des hybridations en cours organisée par l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques le vendredi 11 octobre à l’ULB.

Au programme: du son, des photos, des dessins, des montages et des rituels inventés pour réfléchir aux liens multiformes entre art et sciences sociales, à partir de terrains marocains, belges et sénégalais. Venez nombreuses et nombreux et faites passer le programme de la journée aux personnes intéressées.

Programme en PDF :

Pourquoi faut-il débrider et hybrider les sciences sociales ?

Article paru sur le site de The Conversation à l’adresse : https://theconversation.com/pourquoi-faut-il-debrider-et-hybrider-les-sciences-sociales-114163

Figure 4 : Summer School AHA, « Paroles sensibles et paysages sonores », 2017.

« Aujourd’hui, il faudrait réagir à l’expression “Ce n’est pas de l’anthropologie” comme on le ferait à un présage de mort intellectuelle ».

(Dell Hymes)

Bien que les périodes de « terrain » soient des temps de rencontre et d’ouverture à l’autre, le travail de recherche en sciences sociales est une démarche souvent solitaire. Pourtant, la science revêt une dimension collective intrinsèque qui réside dans l’ancrage de nos travaux dans une communauté scientifique, dont, a minima, nous lisons ou évaluons les publications et à l’égard desquelles nous nous positionnons. La forme de cette communauté s’est institutionnalisée au fil de l’histoire – depuis la création des universités jusqu’aux institutions qui administrent la recherche d’aujourd’hui – et faire partie de ce « monde académique », c’est disposer d’une certaine autorité dans la description du monde.

La production du discours étant intimement liée aux relations de pouvoir (Bourdieu), un style littéraire propre au monde scientifique est devenu incontournable (que l’on se réfère à Clifford, Becker, Perrot et de la Soudière…) pour les chercheurs et les chercheuses souhaitant acquérir une légitimité face à leurs pairs, mais enfermant dans le même mouvement leurs productions dans certains canons stylistiques. L’objectivité du discours paraît alors intimement lié à la raideur de l’écriture, reléguant au second plan le souci esthétique ou poétique dans l’écriture scientifique.

Les grands éditeurs scientifiques, devenus les maîtres étalons de l’évaluation de la recherche via des procédés bibliométriques (Coutrot), imposent par ailleurs des formats de plus en plus courts et concis. Ces différentes contraintes exercées sur l’écriture, qui sont structurelles au champ scientifique actuel, conduisent à mettre de côté ou à rejeter divers aspects de la réalité sociale que nous étudions : entre autres les détails ethnographiques et les considérations esthétiques liés à nos terrains, nos expériences sensorielles, mais aussi notre regard créatif, artistique et poétique sur le monde social.

Photos Issue de la série « Encounters » du travail de Christian Vium. Cette dernière implique images d’archives, des photos de famille et ses propres shootings. L’auteur en tire une réflexion sur l’intérêt heuristique de sa démarche, sur l’inévitable question coloniale que la perspective diachronique contient, mais également sur les apports épistémologiques de l’acte photographique en soi.

Pratiques alternatives

Parallèlement à ce calibrage de plus en plus rigoureux de la forme de nos travaux, des pratiques alternatives de production scientifique cohabitent avec les œuvres canoniques et continuent de se développer dans des formes constamment réactualisées, en alliant la créativité au désir de documentation du monde social.

Nombre de nos collègues se sont adonné·e·s ou s’adonnent aujourd’hui à la photographie, tels (Vium, Schielke, Conord, Piette, Pink, Dallemagne, Ferrarini), à la réalisation cinématographique (Rouch, De Heusch, Breton, De Latour), ou à la (re)création de paysages sonores (Pardoen, Candau et Le Gonidec).

Extrait du paysage sonore réalisé sur le campus de l’ULB dans le cadre de la _summer school_ de l’AHA en 2017. S’intéresser exclusivement aux ambiances sonores permet de questionner l’appauvrissement de nos données ethnographiques dans le processus d’écriture.

D’autres ont préféré la bande dessinée (Sousanis, Pignocchi, Venayre & Davodeau, Smolderen & Minguet), le dessin (Kuschnir, Azevedo et Ramos, Hendrickson, Taussig) ou l’écriture littéraire, poétique ou fictionnelle (Leiris, Behar, Ashfort, Testart, Chauvier…).

Extrait de l’article en format bande dessinée « Un fil d’Ariane dans le Dendi », de Lucie Smolderen (CAC- ULB) et Romain Minguet (dessinateur), publié en 2013 dans la revue Techniques et culture. Il combine à la fois une contextualisation des données ethnographiques et un retour méthodologique d’une enquête de terrain.

Ce rapide inventaire, qui est loin d’être exhaustif et n’en a pas l’ambition, permet de montrer très brièvement la diversité des pratiques individuelles et collectives faisant un pas de côté devant les canons de publication des sciences humaines et sociales, tant chez les francophones que les anglophones (ou ailleurs encore).

Alors que ces chercheurs se sont attachés à démontrer l’intérêt heuristique, épistémologique, méthodologique ou même analytique que peuvent revêtir ces productions scientifiques alternatives – comme l’atteste par exemple l’institutionnalisation de la sociologie visuelle (Colleyn, Durand et Sebag, Ganne, Géhin et Stevens, Harper, RT 47, Chauvin et Reix…) – ces dernières peinent toutefois à obtenir une reconnaissance au sein du monde scientifique. Lassés et lassées de devoir en justifier l’intérêt scientifique, celles et ceux qui pratiquent de telles démarches se tournent tantôt vers une reconnaissance purement artistique ; ou bien associent leur créativité à un loisir personnel, un « à côté », en marge de leur travail classique. Dans un tel contexte, où il semble indispensable de choisir son c(h)amp – artistique, scientifique, amateur –, comment continuer à jouer avec les lignes et maintenir une continuité parmi nos multiples expériences du monde ?

Moi, un noir – Jean Rouch (1958) from Ciclic on Vimeo.

Extrait de « Moi un noir » de Jean Rouch, 1958. Cet anthropologue et cinéaste précurseur allie dans ce film fiction, improvisation et ethnographie, le tout offrant une approche de la vie quotidienne d’Abidjan et des rêves de la jeunesse de l’époque.

Débridons ! Hybridons !

L’Atelier d’hybridations anthropologiques s’est créé autour de ces deux impulsions. Débrider d’abord, dans le sens littéral d’ôter la bride à un animal : le libérer pour qu’il s’émancipe de ce qui contraignait ses mouvements. Et puis, à l’intérieur du mot, en faisant fi de l’étymologie, nous avons trouvé l’idée de débris. Que fait-on des débris, des restes de la recherche, de tout ce qui a été mis de côté, que l’on garde, mais qui est rejeté ?

Ces excès ethnographiques, cette « part maudite » de l’économie scientifique (Bataille), resteront-ils invisibles dans le texte consacré ? Peut-on les donner à voir ? Disent-ils d’autres choses de nos recherches ? Peut-on en tirer quelques enseignements ? Que faire alors de ces matières qui ne trouvent pas, ou peu, leur place dans le texte écrit ? Pouvons-nous ou devons-nous recycler nos débris ? La question ainsi posée peut paraître culottée. Nos excès font alors écho à la passion démesurée des Grecs – « hybris » (prononcer « hubris »), c’est-à-dire le franchissement d’une limite, un acte qui vient bousculer l’ordre moral.

Est-ce cela que recouvre la notion d’« hybridation », qui s’est rapidement imposée pour qualifier les productions qui attiraient notre attention ? Déjà évoquée par les auteurs comme Laplantine ou Adorno avec leurs projets de socio-anthropologie narrative, nous avons également trouvé un sens à l’hybride dans le manifeste Cyborg proposé par Haraway. Elle y décrit l’être cyborg comme un statut situé à l’entre-deux, résultant de l’association de deux choses toujours considérées comme appartenant à des familles ou domaines différents.

Figure 1 : Cadavre exquis proposé dans le cadre de notre concours annuel visant à constituer le bandeau officiel de notre site. Le cadavre exquis est une figure hybride idéale : résultat d’un dessin collectif, non concerté en amont, il donne lieu à la création d’un personnage composite, monstrueux, poétique et/ou comique. Il permet de stimuler notre inventivité et de questionner nos aspirations à l’uniformité et à la perfection des modèles. À travers une élaboration collective décalée, inspirée des surréalistes, nous produisons un objet encourageant l’émancipation et le rêve.

Cette posture ambiguë de l’hybride fait écho à l’identité métisse et singulière des initiatives artistiques de nos collègues scientifiques. Isolées et privées de la reconnaissance de chacun de leurs deux parents, tantôt trop peu conceptuelles et tantôt trop peu abouties d’un point de vue technique ou artistique (un autre c(h)amp avec de puissants canons !), celles-ci se voient souvent déshéritées, ou soumises à l’allégeance culpabilisée d’un domaine au détriment de l’autre. Pourtant, ces initiatives situées à l’entre-deux sont également une invitation à dépasser les carcans disciplinaires et stylistiques pour ouvrir de nouveaux espaces d’expression et d’expérimentation. Jugées stériles, sans racines ou dénuée d’une pureté originelle, nous avons vu dans la fragilité et la monstruosité de ces êtres hybrides la possibilité de nous créer, dans les marges, un espace de liberté et de communion.

L’Atelier d’hybridations anthropologiques (AHA), créé en 2014 au sein du Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) de l’Université libre de Bruxelles (ULB) par un petit groupe de chercheuses, s’est ainsi constitué dans le but de développer un espace de réflexion et d’expérimentation collective à l’interface de l’univers des arts et techniques et celui des sciences sociales. En identifiant des points communs et des lieux de convergences entre les démarches scientifiques et artistiques, notre projet souhaite construire des passerelles entre l’université et son dehors. Il nous permet de créer des liens au sein de la myriade des œuvres et des travaux existants, tant de la part de chercheurs que d’artistes susceptibles de se sentir concernés par ces questionnements. Nous travaillons donc à ouvrir l’université, afin qu’elle soit un lieu d’accueil, de découverte et de partage des hybrides pour une communauté élargie, tout en pensant également les manières de faire sortir les productions et les personnes hors de ses murs, pour les réintégrer dans la ville (Bruxelles) et plus largement, dans la cité.

Figure 2 : Manifeste de l’AHA, publié en ligne en 2016.

 

Les activités qui nous animent sont de trois types : pédagogique, créative et collective.

Nous mettons en place des formations biannuelles nous permettant de nous familiariser avec des techniques artistiques (cadrage, montage, maniement de caméra, croquis, prise de son, montage son, développement photo, etc.) afin de développer un certain savoir-faire.

Nous organisons également des rencontres et des discussions avec des scientifiques ou des artistes dont les travaux peuvent nous inspirer, faire avancer notre réflexion ou donner envie de nous lancer nous-mêmes dans des hybridations. La découverte et le partage de connaissance visent en effet à susciter ou encourager des vocations, sans pour autant réinventer la poudre là où d’autres ont déjà amorcé la réflexion (ou allumé la mèche !).

Figures 3 : Summer school AHA, atelier de sociologie visuelle.

Nous tentons enfin de dynamiser un réseau transdisciplinaire et inter-universitaire autour de lieux d’intérêts communs dont le caractère métisse n’est pas toujours facile à appréhender.

La volonté de l’AHA est surtout de faire exister un espace légitime de questionnements et de discussions, de recréer de la stimulation collective et d’offrir des possibilités de légèreté créatrice, trop souvent brimée dans le processus de spécialisation professionnelle.

L’AHA a décidé d’en rire plutôt que d’en pleurer.

Le Web-documentaire, un outil sociologique?

Chaque année, les enseignants de l’UPJV, Maité Boullosa-Joly, Sophie Chevalier et Aline Hémond, organisent des stages de terrain pour les licences de sociologie « parcours ethnologie » de l’UPJV (Université d’Amiens). L’idée est de mettre en pratique, à partir d’une enquête collective, les apprentissages méthodologiques et théoriques suivis depuis la 1ère année. Différentes techniques sont mobilisées : celles de l’observation, de l’entretien, de l’analyse de contenu, des recherches bibliographiques,… Les étudiants qui suivent le cours « anthropologie visuelle » mettent aussi en pratique les techniques audio-visuelles (photos-vidéos) dont ils font l’apprentissage. En 2017-2018, nous avons été lauréat d’un PPI (Projet pédagogique innovant) qui nous a permis, grâce à un soutien financier, de réaliser ce webdocumentaire. C’est un support qui permet de naviguer et de choisir ce qui nous intéresse par thématique. Il est particulièrement adapté pour valoriser les enquêtes et le travail des étudiants.

Les vidéos ne sont pas de qualité égale, pour certains étudiants, c’était la première fois qu’ils filmaient, notamment en extérieur. Il y a donc des problèmes de son pour certaines vidéos. Mais d’autres sont très biens et dans chaque rubrique il y a des perles, cela vaut la peine d’aller naviguer sur le site.  Sur la page d’accueil, vous trouverez aussi une rubrique « projet pédagogique innovant ». Dans la vidéo « c’est génial », les étudiants s’expriment sur l’intérêt du stage dans leur formation et la richesse de cette expérience, autant d’un point de vue professionnel que personnel. Il y a une autre vidéo où les enseignants s’expriment à leur tour sur le projet. Dans chaque rubrique, un onglet « enquête » est destiné aux étudiants afin qu’ils expliquent leur sujet d’enquête.

Nous vous laissons le découvrir ! 

Maité Boullosa-Joly, Sophie Chevalier et Aline Hémond

https://webtv.u-picardie.fr/watch_video.php?v=2BHHGSXNHSWW#menu

Cadavre exquis 2018-2019

Voici le dessin gagnant du concours de cadavre exquis 2018-2019 !

Comme promis, il est désormais en bannière de notre page Facebook et du présent carnet hypothèses, dans une version monochrome toutefois, pour des questions d’harmonie avec les couleurs choisies auparavant pour la page et les menus. Nous nous excusons pour cette modification quelque peu conservatrice, mais le caleçon à cœurs est toujours là. Donc l’esprit reste !

Un grand merci à l’équipe de Renkin d’avoir participé !

Faire et Défaire #3: Mijn ouders et moi

Faire et Défaire: le cycle de projections de cinéma socio-anthropologique

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 8 mars de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire de Stéphane Bergmans “Mijn ouders et moi”, sélectionné au festival “Filmer à tout prix” en 2013. En guise d’avant-gout, voici le synopsis:

A 28 ans, après une rupture amoureuse, le réalisateur Stéphane Bergmans se retrouve temporairement sans logement et il se voit contraint de retourner vivre chez ses parents. Mais en emménageant dans la maison qui l’a vu grandir, le cinéaste a l’étrange impression de revenir habiter dans une famille d’accueil. Instinctivement, il se met à filmer ses parents en tentant de répondre à l’étrange question qui lui est venue à l’esprit: « Mais qui sont donc ces étrangers ? »

Faire de l’étrange du familier ou transformer le familier en étrangeté est au coeur de la demarche anthropologique. Le documentaire de Stéphane, par son abordage résolument intimiste, pose la question de cette étrange familiarité de manière tendre et savoureuse.

 

Retour sur une projection

Le 4 décembre dernier, l’AHA inaugurait son cycle de projection « Faire et défaire » consacré au cinéma socio-anthropologique. Les combattants du poil sacré, documentaire de 26 minutes consacré au Doudou – la fête de la ducasse de Mons – a été diffusé en la présence de Florian Vallée, le réalisateur, et Aurélien Baroiller, anthropologue rattaché au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’ULB. Les deux compères, qui se sont pris d’intérêt pour cette fête ébouriffante, sont revenus sur les coulisses de la fabrication du film et le dispositif narratif choisi pour traiter de ce sujet, entre analyse socio-anthropologique, humour surréaliste et fascination exotique pour ce qui nous est proche. Une partie de ping pong s’est engagée entre deux regards, celui du documentariste et celui du chercheur, du montois et de l’étranger, restituant la démarche de création du film comme le résultat d’un dialogue entre pratique cinématographique et anthropologique mais également comme fruit d’un jeu subtile entre intériorité et extériorité. Si l’audience composée d’étudiant.e.s et de chercheur.e.s n’était pas pléthorique, elle était de qualité, et l’équipe d’organisation du cycle s’est réjoui de l’intensité des échanges.

Voici quelques photographies souvenirs de cette première projection du cycle.

On vous attend pour les séances suivantes !

[Le programme complet sera diffusé très prochainement.]

Journée de clôture AHA

Chers collègues et ami.e.s,

Nous vous invitons à une journée d’étude organisée par l’AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, visant à clôturer l’année académique par un inventaire des « hybridations » en cours, au sein de l’atelier et dans son cercle proche.

Organisée le 30 juin prochain, de 10h à 16h à l’institut de sociologie de l’ULB, cette journée aura pour programme : projections, récits d’expériences, discussions et écoutes, autour du projet que s’est donné l’AHA : penser et expérimenter à l’interface des sciences sociales et des arts et techniques.

Les présentations seront suivies de l’assemblée générale de l’atelier.

L’affiche de l’évènement contient toutes les informations détaillées dont vous aurez besoin pour participer à la journée.

En espérant vous voir nombreux/ses le 30 juin prochain,

L’équipe de l’AHA
contact@aha-lamc.xyz

L’école AHA « son et sciences sociales » 2017 à l’écoute !

Il y a environ un mois, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques organisait la seconde édition de son école Arts et Sciences sociales. Cette année, l’AHA s’est intéressé à l’univers du sonore et a invité Clara Alloing, réalisatrice de documentaires radiophonique et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique, pour animer un atelier qu’ils ont intitulé « paroles sensibles et paysages sonores ».

L’atelier a regroupé une douzaine de participant.e.s, étudiant.e.s, chercheurs, artistes, tou.te.s à leur manière explorateur/trice.s de l’entre deux chaises, inconfortable zone de trouble entre des mondes qui se font face sans toujours se parler : que faisons-nous ? comment le qualifier ? comment le ranger ? C’est de l’art ? de la science ? ou du cochon… ?

Les attentes de chacun.e étaient différentes mais se faisaient étonnement écho les unes aux autres. Parmi elles une forme de curiosité pour le son et l’idée de l’hybride, ainsi qu’un certain besoin de trouver des pairs, des personnes semblablement troublées par l’inconfort, avec qui se mettre en dialogue.

Durant trois jours, le groupe s’est immergé dans des écoutes en intérieur et en plein air (le printemps avait pointé son nez), afin de sensibiliser les oreilles de chacun et d’élargir le spectre de notre expérience sensible du monde.

Des duos se sont ensuite constitués pour capter, à l’aide d’enregistreurs, la diversité de l’univers sonore du campus de l’Université Libre de Bruxelles, depuis les espaces les plus connus aux plus inconnus. De retour en salle, chaque paysage sonore a commencé à prendre forme après montage sur le logiciel Reaper.

L’objectif poursuivi dans la création des paysages sonores était de questionner le statut du son dans les sciences sociales, en particulier de discuter de la place prépondérante prise par la parole. Trop souvent limitée à son statut d’information discursive, la parole des interlocuteur/trice.s de la recherche en sciences sociales est la plupart du temps archivée et retranscrite pour être analysée de manière textuelle. Ici, l’idée était de travailler le « son comme une matière plastique, expressive et émotionnelle », pour reprendre les mots de Yann Paranthoën, « pirate des ondes » radiophoniques aujourd’hui disparu.

Nous avons donc du laisser de côté, pour un temps au moins, le discours cher aux sciences sociales, afin d’ouvrir l’oreille et de faire un pas de côté dans l’expérience de recherche. Les voix sont ainsi devenues des sons parmi d’autres, colorant le monde sensible exploré par les duos au sein du campus de l’ULB. Cette consigne radicale était bienvenue pour profiter au mieux du cadre restreint de l’école et pour produire, avec le peu de temps dont nous disposions, des traces intéressantes de cette aventure collective.

Les différentes narrations sonores produites lors de cet atelier de trois jours ont tenté de saisir des ambiances, des atmosphères témoignant de la richesse des lieux et des histoires composant un campus universitaire. À travers les sons des machines, des rires, des musiques, des portes, des objets rythmant le quotidien, on explore l’université par les sens, en tâtonnant dans la découverte de sons inconnus, de sons inqualifiables, de sons évocateurs ou encore de sons profondément inscrits dans nos mémoires physiques et psychiques.

Les machines de la scierie et du travail des menuisiers reclus dans leur atelier fait écho à la petite musique du camion à gaufres qui sonne la fin des cours et le retour en tram. Le silence feutré de la bibliothèque contraste avec les éclats de rire résonnant près du babyfoot, alors que le chant des oiseaux de la serre nous emporte à l’extérieur, dans la météo printanière qui a profité à la réalisation de l’école.

Au soir du dernier jour, les participant.e.s à l’école et les fidèles compagnons de route de l’AHA se sont retrouvés à L’Eau Chaude – Het warm water, dans les Marolles, afin d’écouter un paysage sonore filé, mosaïque des contributions des différents duos. La discussion issue de cette écoute a pu pointer la diversité des points de vues narratifs choisis dans la création des paysages sonores : de la rêverie évocatrice d’une atmosphère estudiantine à l’ambition documentaire explorant un lieu dans ses moindres détails, les différentes contributions se sont distribuées sur un spectre large de l’hybridation sonore. Nous nous félicitons d’avoir pu ouvrir cet espace des possibles dans l’interstice inconfortable duquel nous étions partis.

Merci encore à tou.te.s d’avoir participé à cette expérience collective enrichissante !

Voici quelques paroles de participant.e.s :

« J’ai eu beaucoup de plaisir pendant ces trois jours… J’ai aussi trouvé l’approche très ‘’efficace’’ : par des praticiens ; par l’écoute ; avec un minimum d’outils pour réaliser quelque chose en binôme ; et une consigne bienvenue : exprimer par les sons (autre chose que la discursivité langagière). »

« Un grand merci à vous tous pour cet atelier riche en sons et émotions. »

« C’était une belle surprise de retourner à l’université dans ce cadre ! Ça faisait du bien de se ressaisir de ses murs et de ses bruits, d’une manière ouverte et attentive à ce qui se passe ailleurs. »

« Notre atelier a nourri ma pratique et ma pensée. »

« J’ai fort hâte de ré-écouter. »

Alors c’est parti ! >> Les six petites pièces sonores réalisées en binôme par les participant.e.s de l’école sont disponibles à l’écoute sur le compte soundcloud de l’AHA. L’ensemble des photographies prises lors de cette expérience sont également disponibles à cette adresse, sur notre compte Facebook.

Ecole de printemps de l’AHA – « SON ET SCIENCES SOCIALES »

Oyez ! Oyez !

L’AHA organise une nouvelle école de formation à l’Université Libre de Bruxelles pour ce printemps 2017. Après une édition réalisée à l’automne 2015 autour de la vidéo et du dessin (voir notre chronique d’une école), nous proposons cette année de travailler sur les expériences et créations sonores et la manière dont elles peuvent renouveler notre regard – ou plutôt notre oreille ? – sur la pratique socio-anthropologique.

Les enregistreurs sont particulièrement répandus dans la pratique ethnographique et ils font partie du trousseau de l’enquêteur au même titre que le carnet de terrain, le crayon (et le parapluie ?). Très souvent utilisés comme outils de stricte captation du « réel », pour retranscrire les mots (authentiques !) de nos interlocuteurs ou pour conjurer la peur de perdre des informations, ils nous accompagnent jusque dans l’intimité de la production de connaissance.

L’école de l’AHA propose cette année de tendre une oreille plus attentive qu’à l’accoutumée sur cette pratique du quotidien de la recherche et d’en élargir le spectre de réflexion. Nous avons donc fait appel à deux spécialistes du son pour animer trois jours de formation et d’expérimentation : Clara Alloin, réalisatrice de documentaires radiophoniques, et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique.

Cet atelier intitulé « parole sensible et paysage sonore » aura lieu les 3-4 et 5 avril prochains sur le campus de l’ULB et suivra la trame suivante :

Jour 1 : Introduction – Écoutes collectives en extérieur et initiation à la prise de son.

Jour 2 : Prises de son en extérieur – Initiation au montage

Jour 3 : Montage et création de paysages sonores

Au soir du troisième jour, le mercredi 5 avril de 18h30 à 20h30, nous proposons une séance de restitution publique des expérimentations de l’école à l’Eau chaude – Het warm water, 5 rue des Renards – 1000 Bruxelles (qui organise d’ailleurs, tous les 2èmes jeudis du mois, des écoutes collectives !).

Tout le monde est bienvenu !

Attention ! Les inscriptions à l’école sont obligatoires et les places sont limitées. Écrivez-nous vite à l’adresse : contact[at]aha-lamc.xyz

Vous trouverez toutes les informations concernant les modalités d’inscription (délais et frais) dans le document téléchargeable ici.