« Les potentialités du dessin ethnographique dans l’enquête en sciences sociales » – retour sur l’école de printemps anthropographique de l’AHA, à Charleroi – 2023

Durant le mois d’avril 2023 s’est tenue la cinquième édition des écoles « Arts et Sciences sociales » sur le campus de l’ULB à Charleroi en collaboration avec le centre de recherche Transfo

Une quinzaine de participant.e.s se sont donc retrouvés, doctorant.es, chercheuses et chercheurs, issus de disciplines variées : anthropologie, architecture, géographie, criminologie et sciences politiques. Si pour certain.e.s la pratique du dessin faisait partie de leur quotidien, pour d’autres celle-ci leur était complètement étrangère. Toutes et tous pressentaient cependant que l’usage de ce médium pouvait les emmener sur des chemins de traverse féconds pour leurs recherches respectives.

Dans un même esprit de prise en main progressive du médium, tou.t.es furent aussi incité.es à sortir de leur zone de confort en testant de nouveaux outils (encres, aquarelles,feutres, etc.), ou en prêtant attention à de noueaux sujets : mobiles et non statiques, olfactifs et haptiques plutôt que strictement visuels, etc.

Pour suivre le fil de nos journées, nous avions proposé un thème de recherche, celui de la Sambre de Charleroi et de ses rives. Sans en faire une recherche fondamentale, ce thème a constitué un prétexte commun. Il s’agissait de s’intéresser à la place de l’eau dans la ville, sujette à de profondes modifications – passées ou projetées – de son réseau hydrographique. C’est pas à pas, crescendo,  que nous avons approché la Sambre : depuis le balcon de l’A6K où nous étions accueilli.e.s, le long du halage,  jusqu’au centre ville de Charleroi; allant du plus intime et de l’espace immédiat de nos corps à la déambulation citadine. 

Ainsi, si le premier jour fut dédié à des exercices brise-glace et d’échauffement du poignet tels que la réalisation de portraits entre les participant.es, le groupe s’est ensuite frotté au dessin d’observation in situ et aux interactions, verbales ou non, que peut susciter la prise de notes visuelles sur le terrain.  En fin d’atelier, cette logique fut poussée plus loin encore via un exercice de dessin collaboratif en ville qui invitait les participant.es à susciter l’interaction via le dessin, voire à faire dessiner l’Autre. 

L’invitation majeure de Kim, notre formateur, était celle d’aller chercher la vie dans le dessin, le mouvement. Il ne s’agissait donc pas de poursuivre l’appel du dessin objectivant, pensé comme une copie du réel, qui viendrait donner un supplément d’âme aux propos anthropologiques, mais bien d’assumer nos dessins subjectifs, avec la dose de prise de risque, de ratés, de frustrations et de jugements, mais aussi d’enseignements que cet exercice impose.

Derrière ces exercices visant le développement d’une familiarité et d’une intimité grandissante avec la pratique du dessin se cachait une conviction simple : celle que toute bonne méthodologie est aussi, avant tout, une méthodologie avec laquelle l’ethnographe se sent à l’aise. Dès lors, dessiner sans arrêt (en marchant, en parlant, etc.), ne jamais gommer et cultiver un regard bienveillant sur notre pratique du dessin relevaient de l’essentiel.

Dessin et partage

Nous avons commencé la formation avec la conception, de nos mains, d’un carnet de dessin, guidé.e.s par Corinne Clarysse, papetière carolo. Ce carnet nous a accompagnés tout au long de ces trois jours,  renfermant les précieuses traces de l’apprivoisement du trait.  

Après ces découpages et collages, les liens avec la matière s’opèrent. C’est aussi l’occasion pour le groupe de se rencontrer dans les gestes techniques de fabrication. L’émulation collective a été prépondérante dans l’approche de la pratique graphique. Le partage s’est fait à plusieurs niveaux. D’une part, au niveau de la pratique graphique, comme lors des exercices de dessin “à l’aveugle” (où nous nous sommes dessiné.e.s en miroir sans regarder notre feuille)ou lors des dessins d’observations de poses, de postures et de mouvements. D’autre part, cette rencontre s’est également faite lors des retours sur expérience après chaque activité proposée. Ces discussions nous permettait de placer le dessin dans son contexte et nous rendre compte que parfois le dessin ne suffit pas, qu’il nous faut aussi des mots. Ces temps d’écoute et de lecture viennent questionner les traits graphiques: qu’est ce que le dessin dit de nous ? qu’est ce qu’il vient nous apprendre ?

Il est parfois ardu de lâcher prise sur le dessin car l’auto jugement peut s’avérer sévère ou dépréciatif. Les trois règles annoncées par notre formateur nous ont alors portées vers des contrées plus clémentes. Le fait de dessiner de manière continue, d’être encouragé par la bienveillance des collègues plus aguerris et d’observer leur manière de s’y prendre pour construire leurs dessins nous a amené à nous surprendre et à nous dépasser. Nous avons qualifié cette étape de “libération des crayons”!

 Le dessin dans l’enquête

Tel un langage, le dessin s’apprend par l’expérience. Plus on le pratique, plus on se familiarise avec ses potentialités heuristiques.

Une réflexion sur l’expression narrative nous a amené à comparer les traits aux mots. Par leurs absences, les mots se transforment en traits et nous permettent de saisir des réalités nouvelles. Nous avons ainsi pu rendre visible l’invisible, par exemple en y  représentant le non verbal, le sensoriel, les mouvements, l’espace ou les attitudes relationnelles. Quel serait un dessin qui serait basé non pas sur ce que l’on voit mais ce que l’on entend, ce que l’on sent,ce que l’on touche ou ce que l’on goûte? 

Faire l’expérience du dessin nous à fait réfléchir aux analogies possibles entre la pratique du dessin et le travail ethnographique. En effet, de manière plus évidente, le dessin nous amène à opérer des choix, comme sur le terrain : est ce qu’on choisit ses enquêté.e.s ou sommes nous choisis par elles/eux ? En effet, le dessin, tout comme l’enquête ethnographique, nous emmène là où on ne s’y attend pas et la sensation de surprise peut nous laisser parfois dubitatif/dubitative. 

Réfléchir aux potentialités de l’usage du dessin dans l’enquête ethnographique nous a amené à interroger le dessin dans les différentes étapes d’une recherche en sciences sociales. 

Tout d’abord, dans l’espace social, le dessinateur ou la dessinatrice rend curieux : “qu’est ce que tu dessines?” Il est parfois arrivé que le dessin vienne en effet créer des situations d’intéractions durant ces journées d’apprentissage : ici alors la situation s’inverse, l’observatrice/l’observateur est observé.e. La question de la position sur le terrain devient plus évidente : le carnet de dessin donne à voir et à être vu. Cette situation “à découvert” permet à nos interlocuteurs.trices de mieux nous situer. Il nous est apparu alors que le fait de dessiner sur son terrain offre un support émotionnel dans les situations de malaise ou d’inconfort généré par cette situation artificielle. 

Un dessin nous rend présent.e.s. Les émotions traversées sur le terrain tel que le découragement ou la joie sont cristallisées quelque part sur un carnet que l’on pourra retrouver. Ainsi le carnet de dessin agit tel un support émotionnel et permet au chercheur.euse de donner à voir son point de vue singulier et situé. Les choix de ce que l’on dessine nous amènent alors à assumer une certaine subjectivité en alliant le dedans et le dehors.  Les dessins, ouverts à de multiples interprétations, nous permettent de se replonger dans les moments vécus. 

Pour certaines participant.e.s à ces journées, l’usage du dessin permet également de donner une dimension visuelle à leur recherche malgré l’interdiction de tout appareil de captation technologique (appareil photo ou caméra). Le dessin permet alors une approche moins intrusive du monde social ainsi que la possibilité plus large d’anonymisation des interlocuteur.trices. 

Pour d’autres, le dessin permet de mieux voir le monde qui nous entoure, de “rafraîchir” son regard sur le monde social. Les dessins peuvent alors constituer un réel support à la mémoire. Une autre réflexion fut celle de l’expression temporelle et spatiale. En effet, quand on dessine le temps se fait élastique, l’absorption est intense: “on ne voit pas le temps passer!” diront plusieurs participantes.

Au-delà de l’enquête immersive, le dessin offre de multiples potentialités en termes d’analyse. En effet, l’un des participant.e.s nous a dit « dessiner me permet de mieux écrire ». Un dessin pourrait donc constituer également le lieu de transition vers l’écriture. Nous avons été confronté en effet au fait que le dessin ne peut se suffir à lui-même, de même que pour rendre compte de l’expérience de ces trois journées, aurait-on pu vous transmettre cette expérience de trois jours d’ateliers par la seule voie de dessins? 

Le dessin permet donc également de transmettre des résultats de recherche d’une manière plus accessible au plus grand nombre, il est un outil de partage.

Conclusion  

Rendre compte de ces trois jours de dessin nous a amené à intégrer le dessin dans nos pratiques et réfléchir à ses effets émancipateurs dans l’enquête ethnographique. Tout d’abord, nous concluons que la pratique du dessin se mêle souvent au plaisir, « un flux d’image à qui on donne la parole » (citation de Carl Jung→ entendu dans  l’émission “TRAIT POUR TRAIT -UNE HISTOIRE DE DESSIN, DE DOODLE ET DE GRIBOUILLIS ¼ DESSINER POUR S’AMUSER” ). 

C’est à différents moments de l’enquête que le dessin peut être employé; avant le terrain pour se préparer/ s’exercer aux regards; pendant le terrain pour assumer sa présence par exemple ; et post terrain pour revisiter son carnet ou y déposer les restes mémoriels. 

C’est également à différents usages que le dessin peut servir au travail d’ethnographe, en y dessinant les sens tout en construisant une narration,  qui vient, tout comme un texte ethnographique, apporter un récit sur nos rapports au monde. 

L’espace de ces trois jours nous a permis d’ouvrir des nouvelles pistes de pratique graphique sur nos terrains respectifs, mais aussi de faire l’expérience du dessin avec un grand D et d’avoir pu s’y exercer au-delà de normes esthétiques ou de pression de résultat. Espace d’apprentissage, lieu d’expérimentation, une fois de plus l’élan de l’AHA aura soufflé un vent d’ouverture des possibles!



Citer ce billet
L'équipe AHA (2024, 21 février). « Les potentialités du dessin ethnographique dans l’enquête en sciences sociales » – retour sur l’école de printemps anthropographique de l’AHA, à Charleroi – 2023. AHA - Atelier d'hybridations anthropologiques. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvml

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.