LE COLLOQUE PENSER LES ARTS SITUÉS

Cité Miroir – Espace Francisco Ferrer Tout public – Gratuit

Le colloque Penser les arts situés se propose de soumettre à la discussion la notion « d’arts situés », susceptible d’apporter un éclairage renouvelé sur la perception des œuvres d’art et leur mise en usage, notamment, dans un contexte muséal. Elle prend en compte l’œuvre d’art dans la globalité de sa dynamique processuelle, l’ensemble des relations que l’œuvre entretient avec ses environnements, tant du point de vue de ses conditions de réalisation que des dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de sa réception. Depuis la naissance et l’affirmation des avant/gardes, au début du XXe siècle, les « arts du dehors » – arts des fous, arts primitifs, arts bruts, arts outsiders, par exemple -, ne cessent d’imposer l’évidence de leur situation, singulière et irréductible aux processus d’artification qui leur confèrent légitimité et visibilité dans le « monde de l’art ». Les arts du dehors, par les effets de frontière qu’ils ne cessent de mettre en mouvement, constituent un terrain d’enquête idéal pour identifier et comprendre l’inscription de toute forme d’expression artistique dans cette dynamique complexe de la situation.

La collection du musée du Trinkhall, essentiellement composée d’œuvres d’art réalisées par des artistes handicapés mentaux dans un contexte d’atelier, offre un très riche exemple de situation, tant en raison des dispositifs collectifs qui sont liés à la création en atelier, qu’en raison des dispositions psychiques particulières des artistes porteurs d’un handicap mental. La notion d’arts situés se donne dès lors comme l’instrument adéquat pour penser la relation art et handicap mental et concevoir la politique muséale du Trinkhall, en évitant toute forme de réduction ou de stigmatisation qui entachent, trop souvent, l’invention et la réception des « arts du dehors ».

En faisant appel à des spécialistes de l’art – historiens, anthropologues ou philosophes -, et à des acteurs de terrain confrontés à la création en atelier et à la question du handicap mental, le présent colloque ambitionne de donner corps à la notion d’arts situés, dont l’opérativité concerne aussi bien le domaine de la critique que celui de l’action muséale et, plus généralement, de l’action culturelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.