Archives de catégorie : Relais d’infos

On partage !

La science dont elle rêve… et nous aussi !

Faisons un détour par les mathématiques pour questionner l’exercice de la recherche scientifique aujourd’hui. Laure Saint-Raymond,  mathématicienne française,  dépeint un tableau critique du monde académique actuel et propose quelques perspectives stimulantes lors d’une leçon à l’Académie des sciences française :

Ne pas toujours être efficace, ralentir pour explorer, discuter avec ses voisins de pallier… respirer et se laisser aller au gré de ses inspirations, « un chemin plus raide, mais plus esthétique », qui ouvre des perspectives élargies, de recherche et de travail collectif et créatif ; Faire fi des injonctions à l’excellence, que les dirigeants qui la défendent sont bien en peine de définir, « se tromper et savoir en rire », « faire des plans sur la comète »… « Notre communauté universitaire gagnerait sûrement à être moins endogène », dit la mathématicienne. C’est un peu ce qui nous tient, à l’AHA : s’ouvrir et créer des passerelles, avec d’autres univers – pourquoi pas les maths !

Une petite vidéo pour réfléchir :

L’image en une :
Projet Passarola : Figure de la Barque  inventée en 1709 par Laurent de Gusman, Chapelain du Roi de Portugal, pour s’élever et se diriger dans les Airs – Bibliothèque nationale de France. Bartolomeu Lourenço de Gusmão, père catholique et scientifique portugais, est né au Brésil (colonie portugaise) en 1685 et mort à Tolède, en Espagne en 1724.

D’autres manières de lire le monde: Séminaire du CES

 
Séminaire du CES – Prochaine séanceD’autres manières de dire le monde

Traditionnellement, les chercheur.e.s en sociologie et en anthropologie racontent leur travail scientifique en ayant recours au langage écrit, dans des articles ou des ouvrages, ou au langage oral, lors de séminaires et autres colloques. Pourtant, d’autres manières d’en rendre compte existent qui empruntent des voix.es issues d’autres disciplines académiques, comme l’architecture, l’archéologie et la géographie, ou encore puisées dans des domaines artistiques comme la photographie, le dessin, la vidéo, la muséographie, les arts textiles ou encore le théâtre.

Pour cette année académique, le séminaire du CES se propose de les explorer à partir de travaux menés en son sein et dans d’autres lieux, universitaires et associatifs.

Mardi 13 mars – Enregistrer le monde [séance 4]

Les outils de l’enregistrement sonore ont très tôt été saisis par les chercheur.e.s des sciences sociales. Classiquement, ils.elles les utilisent à des fins de recherche, pour recueillir les discours des informateurs ou à des fins de restitution. Mais d’autres usages existent : archiver des expériences racontées, documenter une problématique de sciences sociales, collecter les bruits de notre environnement, capter des univers sonores, accéder à des expériences sensibles… Cette séance interrogera les usages et les apports de l’enregistrement sonore pour les sciences sociales. Quelle est la spécificité des matériaux sonores ? Comment sont-ils fabriqués et puis utilisés ? A quelles dimensions du social permettent-ils d’accéder ? Comment les faire « parler » en langage de sciences sociales ?

Temps 1. Enregistrer des descriptions in situ d’ambiance
Emmanuelle Lenel, est sociologue et membre du CES et du CASPER à l’Université Saint- Louis – Bruxelles.
Dans son intervention, elle réfléchira à partir de sa propre expérience de recherche à la particularité d’un matériau constitué de commentaires in situ recueillis au cours de parcours commentés sur des ambiances de quartiers, et à ses usages possibles dans le cadre d’une recherche en sciences sociales. Quelle attitude le.a chercheur.e doit-il.elle adopter pour pouvoir recueillir ces données par nature éphémères et déposées en situation ? A quelles dimensions de l’expérience permettent-elles d’accéder, et à quelles conditions ?

©2018 CES – Université Saint-Louis | 43 boulevard du Jardin botanique – 1000 Bruxelles

Web Version Forward Unsubscribe

Powered by Mad Mimi® A GoDaddy® company

Temps 2. Fabriquer une histoire et une mémoire sonore urbaine / Le cas de BNA- BBOT
Séverine Janssen est philosophe et coordonne le collectif BNA-BBOT, Bruxelles nous appartient – Brussel behoort ons toe.

Depuis près de 20 ans, BNA-BBOT recueille, selon divers dispositifs, des récits et sons de Bruxelles. Elle présentera le travail de ce collectif qui vise à historiciser et archiver dynamiquement un ensemble local d’expériences dites. Le ressort de cette micro-histoire est le son, son écriture, la voix. La voix comme micro-trace irréductible à toute frappe textuelle, à toute présence visuelle. Collection indéfinie de voix et de sons surgis d’un temps vécu, la collection sonore de BNA-BBOT forme une biographie vivante et organique de la ville. Elle dit la ville telle qu’elle est parfois, telle qu’elle aurait pu être, telle qu’elle pourrait être. Quelles en sont les limites, quelles en sont les modalités opératoires, comment offrir à ces archives mineures des conditions de pérennité, d’audibilité et de rivalité avec les archives majeures ?

Temps 3. Enquêter sur/à partir des sons du quotidien
Anthony Pecqueux est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) à l’ENSA de Grenoble.
Dans son intervention, il se proposera de revenir d’abord sur une enquête autour du son d’un torrent dans une vallée alpine (le Vénéon). Plus largement, il sera question de discuter théoriquement et d’étayer empiriquement ce qu’il peut en être de la dimension sonore pour une enquête de sciences sociales, et plus spécifiquement quand cette enquête se place sous les auspices de l’ordinaire.

Informations pratiques

Mardi 13 mars 2018, 9h30-12h30, Université Saint-Louis, local P61 (43, bd du Jardin botanique, 1000 Bruxelles, suivre le fléchage)

Inscription gratuite mais obligatoire (des sandwiches sont prévus) : remplir ce formulaire

« Cartes sur table »: Cartes mentales filmées

Nous vous conseillons le visionnage du petit documentaire « Cartes sur table »: http://fenetresurclignancourt.fr/portfolio/carte-sur-table/

Utilisant le principe de la carte mentale comme approche et portrait du quartier de la Porte de Clignacourt et de ses habitants. Cette initiative permet de poser la question de ce dispositif en situation d’entretien et, qui plus est, en entretien filmé. Une belle initiative de l’association la Sierra Prod.

Résumé:

La Porte de Clignancourt. Je m’interroge sur l’identité des lieux, sur ses limites, où elle commence, où elle s’arrête. « Cartes sur table » est une rencontre avec Isis, Kamafi, Moussa et Xavier. Ils habitent là ou ils y passent simplement. Chacun raconte la Porte à sa manière, la reconstruit. Les mains tracent des lignes sur une feuille blanche, les voix commentent et des fragments de parcours de vie se dessinent.

« Le film comme lieu des possibles? » (EHESS – Filmer le champ social)

EHESS : Séminaire Filmer le champ social :

« Le film comme lieu des possibles? » Cinéma documentaire et pratiques réflexives en sciences sociales

Daniel Friedmann, Monique Peyrière,

3e mercredi du mois de 15 h à 18 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2017 au 20 juin 2018

Le niveau requis est celui du master pour les étudiants qui souhaitent valider  les 6 ECTS. Les auditeurs libres sont acceptés quel que soit le niveau. Le séminaire est ouvert à chacun intéréssé par le cinéma documentaire dans sa relation aux sciences sociales.

« Comment te débrouilles-tu avec la vie » ? Telle était la question autrefois posée par Flaherty à Nanook dans les années 20, reprise en 1960 sur le tournage du film de Jean Rouch et Edgar Morin Chronique d’un été. Bien connus des chercheurs en sciences sociales, ces films pointent ce vers quoi le séminaire  souhaite inscrire ses réflexions sur le contemporain : le film comme une proposition capable d’accueillir, de décrire, de critiquer, de réfléchir l’espace commun de nos manières de vivre.

Le film exhibe ce que le texte sociologique tend à refouler, le visage et le corps du sujet pensant. Pour Gilles Deleuze « Ce qui fait partie du film c’est de s’intéresser aux gens plus qu’au film, aux « problèmes humains » plus qu’aux « problèmes de mise en scène », pour que les gens ne passent pas du côté de la caméra sans que la caméra ne soit passée du côté des gens ». Un nombre croissant de cinéastes, d’artistes procèdent ainsi au sein de collectifs qui décident d’agir en immersion dans des territoires. Est-ce une nécessité de se rapprocher d’un réel démantelé et fracturé, de trouver une manière de s’y inscrire ? Comment se pensent aujourd’hui ces gestes d’engagement ? De quelles critiques du vivre le film peut-il se révéler l’enjeu ? Comment se négocient les temporalités du récit « avec » les filmés ? Que cherche t-on, ensemble ?

Au cours de l’année 2017-2018, le séminaire invitera ces cinéastes et filmés pour lesquels « faire du cinéma » dans des environnements conflictuels c’est parfois faire le choix de ce que Deleuze nomme « la fonction fabulatrice des pauvres » : attention portée au faux, aux doubles et aux métamorphoses pour laisser le récit (ad)venir dans la vie.

Le séminaire est associé à une initiative étudiante : le ciné-club PSL-Filmer le champ social, qui organise des cinés-débats au cinéma Le Champo (75005) le 3e lundi du mois, à 20 h, en présence des cinéastes documentaristes : https://fcs.hypotheses.org/

La culture matérielle et visuelle à Lille

Ce printemps, l’université de Lille 3 accueillera le séminaire interdisciplinaire « Culture matérielle et visuelle », organisé dans le cadre de l’école doctorale SHS de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion – IRHiS. Gil Bartholeyns (chaire CNRS/université) et Manuel Charpy (CNRS) proposent d’explorer « de nouveaux univers sensibles en lien avec les images, les cultures et les techniques dans une perspective multidisciplinaire. » Trois journées du mois de mai verront se rencontrer pêle-mêle historien.ne.s, anthropologues, cinéastes et sociologues pour évoquer les sciences humaines et sociales au prisme des images.

Voici le détail des journées :

Journée 1 – mercredi 3 mai 2017 (10-17h)

« Images conquérantes »

  • Marie de Rugy (historienne, Université Paris 1) : Des « travaux informes » pour conquérir l’Indochine, fin XIXe siècle.
  • Nathalie Dereymaeker (historienne, Université Lille 3) : « Les plans-reliefs, ça sert, d’abord, à faire de la politique »
  • Isabelle Surun (historienne, IRHiS, Université Lille 3) : Ceci n’est pas un « zoo humain ». Des Sénégalais à l’Exposition universelle de 1889
  • Marie-Eve Bouillon (historienne, LHIVIC, EHESS): Stratégies photographique de l’imaginaire touristique : le Mont Saint Michel

Journée 2 mercredi 17 mai 2017 (10-17h)

« L’image et le vivant »

  • Perig Pitrou (anthropologue, CNRS, LAS, Collège de France) : La fabrication de nouvelles écologies. Expérimentations en bioart et biodesign
  • Lucienne Strivay (anthropologue, Université de Liège) : Rendre forme. Instabilité ontologique de la taxidermie
  • Camille Lorenzi (historienne, Université Paris 1) : L’aquarium au XIXe siècle, une « fabrique d’images » de la vie sous-marine
  • Linda Ibbari (cinéaste, monteuse) : Maîtresse (2017) : trouble dans l’animalité

Journée 3 – mercredi 31 mai 2017 (10-17h)

« Politique de la maison »

  • Charlotte Vorms (historienne, Université Paris 1) : Bidonvilles : enquête sur l’administration des quartiers périphériques à Madrid sous le franquisme
  • Anne Schiltz, Charlotte Grégoire (cinéastes, anthropologues) : Charges communes (2002) : un terrain, un film
  • Lyang Kim (cinéaste, anthropologue, EHESS) : Maisons à la frontière : Dream House by the Border (2013) et Resident Forever (2016)
  • Yasmine Bouagga (sociologue, CNRS, ENS Lyon) : Le camp de Calais en bande dessinée

Et l’affiche de l’évènement :

Ambiances : appel et bonus AHA

Dans l’actualité de la publication scientifique, l’AHA relève l’appel à contribution de la revue Communications sur les ambiances et les atmosphères : Exercices d’ambiances. Présences, enquêtes, écritures / The exercise of atmospheres. Presences, investigations, writings. En voici le court argumentaire (suivez le lien plus haut pour le détail) :

« Les chercheurs intéressés par les ambiances – anthropologues, sociologues, historiens ou phénoménologues mais aussi géographes et ethnologues, ethnomusicologues et théoriciens de l’architecture, du théâtre, du cinéma ou de la création littéraire – développent de nouvelles manières d’écrire et de mener leurs enquêtes. Cette livraison de Communications entend bénéficier d’un tel climat intellectuel en interrogeant la « puissance heuristique » de la notion d’ambiance, outil méthodologique susceptible de faire converger divers champs de recherche. »

La date limite d’envoi des résumés de vos contributions éventuelles est fixée au 19 mars 2017, pour une réception des articles complets dans le courant de l’été.

À vos plumes !

Teasing…

Nous en profitons pour annoncer brièvement que la prochaine session de l’école Arts et Sciences sociales de l’AHA traitera de la question des ambiances et des atmosphères, du point de vue des techniques de prise et de montage son. Les participant.e.s à notre école seront invité.e.s à réfléchir à la notion de paysage sonore et à créer leur soundscape durant les ateliers expérimentaux animés par des professionnels de la recherche et de la diffusion sonore. Nous vous donnerons plus de détails sur cette école très vite !

En attendant, pour réfléchir à la question et voyager avec les sons, nous vous invitons à explorer le soudcloud de Marie-Pierre Lissoir, docteure en ethnomusicologie et membre du LAMC, qui a amorcé une collecte de sons bizarres et d’ambiances lointaines sur son terrain de recherche, au Laos. Pour les plus curieux, elle propose d’écouter des sons mystérieux et de jouer à en identifier la provenance… Cliquez sur l’image !

Séminaire ABBA – Quels films pour quelles ethnographies ?

Le séminaire ABBA, organisé par le Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) vous convie à une séance de projection intitulée :

Quels films pour quelles ethnographies ? Projections et commentaires méthodologiques autour de 3 démarches filmiques.

Pierre Petit, directeur du Lamc, Madeleine Sallustio et Samuel Lempereur, doctorants rattachés au Lamc, présenteront leurs films et animeront la discussion.

Rdv ce vendredi 24 février 2017, de 14 à 16h, dans la salle Doucy (S.12.123), au 12e étage de l’institut de sociologie (campus Solbosh de l’ULB)

Pour plus d’information concernant ce séminaire, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : seminaire.abba@gmail.com

Recherch’Arts – évènement !

Le collectif Recherch’Arts organise un évènement de deux jours à Paris intitulé « Et si je diffusais ma recherche de manière créative? »

Le programme est alléchant et éclectique : des recherches en sciences sociales seront présentées sous forme de performances artistiques : théâtre, films, bande-dessinée, danse etc.

Voici le détail du programme des deux jours.

PREMIERE JOURNEE : vendredi 24 février 2017
Lieu : Alliance française – Auditorium, 101 Bd Raspail, 75006 Paris

Matin : Les enjeux de la recherche et de sa diffusion 9h-13h30

– Théâtre : Le doute et l’interrogation. Des discours que l’on tient au nom de l’histoire enseignée à nos enfants – Maylis Ferry, doctorante en science politique à l’Université de Bordeaux.

– Journal sonore : Un journal sonore tiré d’une enquête ethnographique : un outil de médiation original qui met en scène la réalité de l’enquête, de la recherche et de l’intime – Anouk Batard, doctorante en Science politique et sociologie, rattachée au LaSSP, IEP de Toulouse.

– Exposition : PAUSE CAFE ET PRESENTATION DE L’EXPOSITION DREAMS.  » Au croisement de l’ethnographie, de la photographie et de la danse »
Laura Steil, anthropologue, IHP/School for International Training et Caroline Monestiez, danseuse et médecin psychiatre.

– Bande dessinée : Un blog de sociologie en bande dessinée : Pour qui ? Pour quoi ? – Léa Mazé, auteure de bande dessinée, et Pierre Nocerino, doctorant en sociologie à l’EHESS.

– Cartographies textiles : Sensibiliser les savoirs par la recherche-création – Elise Olmedo, Docteure en géographie EHESS, Ater en géographie Université Paris Est Créteil.

Après-midi : l’audiovisuel en recherche 14h30- 19h

– Maquette 5D : Bretez II : Une valorisation à large spectre – Mylène Pardoen, docteur en musicologie, ISH de Lyon

– Film documentaire : Au-delà des mots, l’émotion. Ré exion autour des rapports entre le lm de recherche et le texte scientifique – Eric Komlavi Hahonou, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, maître de conférence à l’université de Roskilde

– Film documentaire : « Benvenuti » – Laura Auriole, réalisatrice diplômée en anthropologie à l’Université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne) et Annalisa Lendaro, chercheuse CNRS au Certop de Toulouse

DEUXIEME JOURNEE : Samedi 25 février
Lieu :  Musée Dapper, 35 bis rue Paul Valery, 75016 Paris

Spectacle à prix libre de 18h à 20h :

– Performance théâtrale : Jeu suis migrant – Giulia Breda, doctorante en sociologie à l’Université de Nice et Arihana Villamil, doctorante en anthropologie à l’Université de Nice

– Théâtre et danse : Entre-deux de danses et d’anthropologie : Travers et Traversées de frontières – Marie Lasserre, doctorante en anthropologie à l’EHESS et Thierno Ndiaye, danseur professionnel.

Soutiens et Partenariats : École des Hautes Études en Sciences Sociales, Institut des Mondes Africains, Alliance Française, Musée Dapper

EHESS – Méthodes visuelles et sensorielles

Ce 31 Janvier 2017 aura lieu l’atelier doctoral « Méthodes visuelles et sensorielles » à l’EHESS (Paris).

Séance 3: SOUND STUDIES avec la participation de Jean-Paul Thibaud (DR, CNRS – Cresson) et Marina Rougeon (Labex Comod – ENS Lyon).

16195418_1891896254363296_7755989975514423360_n

Entrée libre (190 Av. de France, 75013 – Métro: Quai de la Gare).

Plus d’info : https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1334/

La Semaine Du Son à Bruxelles

La Semaine du Son aura lieu du 30 Janvier au 5 Février 2017, dans divers lieux de Bruxelles, et c’est gratuit.

logo-1

Le projet de la Semaine du Son est né à Paris il y a une dizaine d’années dans la tête d’un ingénieur acousticien français, Christian Hugonnet, qui regrettait de voir les questions liées au sonore se cloisonner entre professionnels. C’est pour étendre le débat à un large public et sensibiliser le monde politique sur ces questions qu’il imagina une semaine événementielle autour des questions du sonore.

Ce projet s’est développé au point qu’il existe aujourd’hui dans 50 villes françaises ainsi qu’à Genève, Montréal et Athènes, en Argentine, au Mexique, en Colombie et à Bruxelles. Travaillant tous sous le même label, chaque partenaire jouit d’une totale liberté de programmation.

bnaemilio-lopez-menchero

La semaine du son c’est :

  • Des artistes et des chercheurs
  • Des spécialistes, professionnels ou passionnés
  • Des conférences et ateliers
  • Des performances et concerts
  • Des parcours sonores et tables rondes…
  • Dans au moins 15 lieux différents de Bruxelles !

La semaine du son est surtout une réflexion ouverte, informative et didactique dans les domaines :

  • De la création (les écritures, les paysages sonores, la musique, la radio, le cinéma, les installations vidéo…)
  • De la diffusion (qualité, moyens et formes de diffusion, les supports…)
  • Environnemental (architecture, acoustique des lieux, nuisances sonores…)
  • Et de la santé (niveaux sonores, santé auditive, subjectivité des sons…).

Plus qu’un festival, la Semaine du Son est un événement sociétal qui éveille nos résistances, nos espoirs et nos attentes dans le domaine du sonore.

Altérités, festival de cinéma ethnographique – 1ère édition – Du jeudi 9 au dimanche 12 mars 2017 à Caen.

Dans le sillage de La semaine du cinéma ethno organisée chaque année au cinéma Lux de 1995 à 2013, la Fabrique de patrimoines en Normandie présente, le festival Altérités.

Le festival Altérités, propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. La programmation s’étend du jeudi au dimanche : l’après-midi à la bibliothèque Alexis de Tocqueville et le soir au cinéma Lux. Les projections seront accompagnées de temps de rencontres et d’échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes et des chercheurs en sciences sociales, notamment des ethnologues.

Le jeudi 9 mars, le festival accueille le Comité du film ethnographique pour un hors les murs consacré à l’œuvre de Jean Rouch, à l’occasion du centenaire de sa naissance. La programmation du vendredi 10 au dimanche 12 mars aura pour thème « Réconciliations » : du conflit de voisinage ordinaire aux tentatives de réconciliations et de cohabitation après le traumatisme d’un génocide, comment la loi et la coutume peuvent ou non aider à résoudre les conflits.

unnamed
www.festivalalterites.com

Ecrire avec les sons en sciences sociales

Séminaire EVS 6 (organisé par Olivier Givre et Lydia Coudroy de Lille)
Vendredi 20 Janvier 9h-12h30
18 rue Chevreul (salle 604), Lyon
– Alice Aterianus-Owanga (FMSH/IFAS, Johannesburg) et Jorge P. Santiago (Université Lyon 2, EVS) : Présentation de l’ouvrage Aux sons des mémoires. Musiques, archives et terrain (PUL, coll. « Nouvelles écritures de l’anthropologie », 2016).
– Yaël Epstein et Laura Jouve-Villard (CMTRA, Lyon) : Pratiques et enjeux de la collecte, de l’archivage et de la valorisation des musiques et des sons au Centre des Musiques Traditionnelles en Rhône-Alpes.
– Mylène Pardoen (ISH de Lyon, EVS) : L’hétérographie : une autre façon d’écrire.

Appel à film de la part de l’association Filmer le travail

La 8e édition du festival Filmer le travail aura lieu du 10 au 19 février 2017 à Poitiers et sera rythmée par différents événements tels que la compétition internationale, des rétrospectives de films, des séances spéciales, des rencontres professionnelles et le concours FILME TON TRAVAIL. 

Ce concours est ouvert à tous et toutes.

Tous les genres sont acceptés (fiction, documentaire, expérimental, clip, stopmotion, portrait, interview, court métrage, etc.) avec pour seule condition que le film ne dépasse pas 15 minutes. Les vidéos choisies seront projetées lors d’une séance spéciale pendant le festival Filmer le travail 2017.  Deux caméras ou prix équivalents d’une valeur de 1200 € et 800 € sont à gagner.

Inscription des films avant le 16 janvier 2017.

Voir site: http://filmerletravail.org/archives/10850

fftlogo-530x353L’association Filmer le travail est le fruit d’un partenariat entre l’Université de Poitiers, l’Espace Mendès Fr
ance (EMF) et l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT).

Elle vise trois grands objectifs:

  • Cinématographique. Faire connaître à un public large la production cinématographique sur le thème du travail à un moment où l’on assiste à un retour du travail dans le cinéma, une multiplication des images et à une redéfinition des frontières entre réel et fiction.
  • Scientifique. Analyser et dynamiser l’usage de l’image (fixe ou animée) en Sciences sociales.
  • Citoyen. Ouvrir un espace de réflexion et de débats sur l’évolution et l’avenir du travail.

Une autre façon de raconter III

Le 2 janvier 2017 est mort John Berger, écrivain britannique, critique d’art, peintre et poète. Il avait 90 ans. C’est à l’essai qu’il a publié avec le photographe Jean Mohr en 1981 intitulé « Une autre façon de raconter » (et réédité tout récemment dans une édition augmentée d’un dvd inédit), que l’on doit le nom du séminaire qui aura lieu au printemps prochain à Marseille.

autrefaconderaconterOrganisé conjointement par le Centre Norbert Elias de l’EHESS, avec le soutien de la Fabrique des écritures innovantes en sciences sociales, et le MuCEM, le séminaire propose 4 journées de rencontre, les deux premières les 23 et 24 mars, puis à nouveau les 20 et 21 avril, afin de questionner la mise en récit les sciences humaines. Ce séminaire, troisième du nom, organisé par Frédéric Joulian et Pierre-Olivier Dittmar, propose pour son édition 2017 de s’attarder en particulier sur la question des images et des conditions d’une narration (photo)graphique des recherches scientifiques. Postulant que l’imagination artistique peut faire bon ménage avec l’imagination scientifique, les organisateurs du séminaire revendiquent le fait que « les scientifiques ne doivent pas seulement être des producteurs et pourvoyeurs de connaissances mais qu’ils doivent également maîtriser les nouvelles formes d’expressions dans lesquelles nous vivons -imagées et numériques- notamment. »

Durant les quatre jours de rencontre, voyant se succéder chercheurs en sciences humaines, photographes, graphistes, professionnels du livre, de l’édition et des musées, dessinateurs et auteurs de bandes-dessinées, l’objectif sera de partager les expériences et d’ « imaginer, de façon pratique, de nouvelles éditorialisations et intermédialités plus riches pour les sciences humaines et leurs usagers. »

23 mars – Objets de recherches et objets d’écritures
24 mars – Nouveaux supports, nouveaux dispositifs : du neuf avec de l’ancien ?

20 avril – Décrire ou écrire avec le dessin
21 avril – Dessine moi une science : la recherche, la fiction et ses publics
Voir le programme complet sur Calenda.

 

John Berger (source : flickr)John Berger

A réécouter sur le site internet de France Culture, entretien de 1989 avec John Berger : « Tout, tout est narration sur cette terre. »

Atelier d’ethnographie visuelle

Dans le cadre de son séminaire « L’enquête et ses graphies », le IIAC-LAIOS (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain – Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales) de l’EHESS propose un atelier d’ethnographie visuelle du 2 au 5 mai 2017 à Paris.

Affiche atelier IIAC-LIAOSLa thématique de l’atelier sera la suivante : Élections en France, politique en France. Les participants seront invités à « à observer, analyser et figurer les différentes formes électives (de définition, de représentation, de contestation du politique) qui se révèlent dans la population française, parisienne notamment, au cours de l’effervescence autour du scrutin présidentiel en 2017. Celles-ci pouvant être considérées comme révélatrices des contours et des hiérarchies de la société française contemporaine. »

Cet atelier sera réalisé avec la participation de Marc Abélès, anthropologue et Jacques Lombard, anthropologue & cinéaste et la collaboration de la cellule audio/vidéo
du Centre Edgar-Morin/IIAC.

Inscriptions ouvertes jusqu’au 10 janvier sur motivation (CV + note d’intention).