Faire et Défaire #7 : Projection du documentaire « Les forêts sombres », en présence du réalisateur Stéphane Breton

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

 

La septième et dernière séance du cycle de projection se tiendra le mercredi 27 juin, de 18h à 20h à la salle AZ1 101. On aura le plaisir de visionner le dernier documentaire du célèbre réalisateur français Séphane BretonLes forêts sombres, sélectionné et promu à l’occasion du renommé festival du Cinéma du réel (Paris, 2015). 

Synopsis:

Au bout de la route, il y a un chemin, le dernier, un chemin envahi par la boue sibérienne en automne, et au bout de ce chemin, une immense forêt obscure protégeant pudiquement ceux qui ont gagné leur dernier refuge auprès d’elle, dans des hameaux qui s’effilochent tous les jours et que rongent le malheur et l’alcool. Il faut aller le plus loin possible, être prêt à tomber dans le fossé, pour voir ce qui fait de nous des hommes.

Le réalisateur: 

Stéphane Breton est un cinéaste et anthropologue de l’EHESS qui s’est démarqué suite à son premier film, « Eux et moi », réalisé sur son terrain en Nouvelle Guinée, en 2001, et devenu un classique incontournable du cinéma socio-anthropologique. Depuis, le réalisateur a multiplié ses productions visuelles, prenant petit à petit de l’autonomie vis-à-vis du monde scientifique et de la liberté dans sa démarche créative.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: https://vimeo.com/ondemand/lesforetssombres/143894528

A bientôt !

Retours sur la conférence du photographe et anthropologue Christian Vium

Parce que les blagues plus courtes sont les meilleures, AHA vous propose un bref feedback d’un de nos dernier événement. C’est moi, Madeleine, qui prend la plume, que j’ai voulu légère.

Alors voilà.

Le 14 mai 2018, l’anthropologue et photographe Christian Vium nous a fait l’honneur de se déplacer à Bruxelles, depuis l’Université d’Aarhus, pour un exposé organisé dans le cadre du cycle de conférence en anthropologie du LAMC.

Hé bon, c’était super.

Avec Noémie Marcus, on avait regardé son travail sur son site (christianvium.com), et on avait plein de questions.

On se demandait quelle valeur était accordée à l’esthétique au moment de produire une narration visuelle sur le réel et est-ce que cette démarche était avouée dès le départ. Parce que, qu’est-ce que le beau ? La recherche d’esthétique faisait-elle disparaître certains aspects de la réalité sociale (plus facilement conceptualisable par écrit), où permettait-elle au contraire d’ouvrir des registres de connaissances alternatifs sur nos terrains (émotionnel et politique, par exemple).

Malgré la volonté de Christian Vium de déconstruire l’imaginaire photographique empreint de colonialisme, on craignait les glissades sur la pente de l’exotisation, conséquences de la réification esthétique d’une personne par son portrait. Après tout, ne parle-t-on pas de « cliché » ? Une image arrêtée, fixe et soumise au dispositif photographique qui, dans une démarche anthropologique, rappelle les biais allochroniques et fixistes, passant à côté de l’aspect dynamique et mouvant de la réalité sociale.

Bon, et puis, il y avait aussi la relation du photographe avec les gens qu’il rencontrait. Comment il négociait sa place et, surtout, son appareil photo. Il devait bien exister des contextes où la photo était une pratique plus naturelle (parce qu’associée au journalisme ou au tourisme, par exemple) et d’autres où, au contraire, la photo était plus délicate.

On n’est pas restées sur notre faim.

Christian Vium a anticipé chacune de nos questions en s’attachant à nous démontrer l’intérêt heuristique de sa pratique photographique sur le terrain. Sa série « Encounters », impliquant images d’archive, photos de familles des gens qu’il rencontrait, et ses propres shootings a permis de mettre en évidence qu’un projet photo, c’est finalement un prétexte à interpellation comme un autre, un catalyseur, qui délie les langues, mais pas que.

 © Cristian Vium

Placé dans une perspective diachronique, les séries de photos qui ont été présentées rendent incontournable la question coloniale. Par sa démarche collaborative (laissant le choix aux personnes finalement photographiées de décider de leurs poses, de leurs mises en scène ou des scènes quotidiennes qu’elles souhaitent immortaliser), le photographe et anthropologue déconstruit l’idée de passivité et de soumission des individus face au dispositif photographique. Il insiste sur leur agency, leur appropriation de l’histoire et du média, les jeux narcissiques, les interdits tacites et, par l’usage du portrait filmé, dévoile les coulisses de l’acte de photographier.

Tout ce processus, dont l’intérêt permet de se créer de la légitimité et de désamorcer les critiques vis-à-vis du potentiel déséquilibre utilitariste de la relation photographe/photographié, demeure toutefois invisible à la vue de la photo seule et passera toutefois par l’écrit ou la parole, nécessitant donc un accompagnement des photos pour que l’aspect collaboratif soit explicite. Avec beaucoup de lucidité, Christian Vium a fait preuve d’une analyse réflexive surprenante à cet égard, concédant ainsi les limites conceptuelles du visuel dans une démarche socio-anthropologique.

Cette réflexivité l’a d’ailleurs amené à questionner sa place d’homme blanc et l’asymétrie que provoque l’appareil photo et la situation d’entretien sur le terrain, ce qui outrepasse évidemment le cadre précis de la démarche photographique, renvoyant ainsi à des questionnements plus généraux sur la légitimité et la place des anthropologues en des terrains (post-)coloniaux.

Quant à l’esthétique, on conçoit aisément comment des questions éthiques (d’anonymat notamment) et pratiques ont influencé certains choix de flou et de noir et blanc pour sa série « The departed », sur le voyage entrepris par des migrants d’Afrique de l’ouest en route vers l’Europe et ce, sans compter l’aspect émotionnel (angoisse, drame) et narratif (le mouvement, la transformation personnelle). Il était toutefois intéressant de discuter comment Christian Vium s’est retrouvé piégé dans une certaine forme esthétique, supposée servir le fond, dans la quête de distinction face à la déferlante journalistique et comment l’accusation de subjectivité artistique soulève la question de la sémantique photographique. Après tout, une photo est-elle plus objective si elle est « réaliste » ?

© Cristian Vium

Parmi tant d’autres sujets abordés, on retiendra également l’importance de l’édition, de l’agencement des photos et de la mise en place des expositions, qui jouent un rôle crucial dans la narration et le sens que les images prennent. Au contraire des publications scientifiques, les productions visuelles sont par ailleurs plus enclines à la diffusion à un plus large public, suscitant ainsi des discussions et débats susceptibles de faire resurgir de nombreux questionnements épistémologiques et méthodologiques propres aux sciences sociales.

Car, si la photographie propose un regard sur le réel différent par rapport à l’approche socio-anthropologique classique, avec ses limites, ses obstacles et ses plus-values, elle permet malgré tout, par les points de convergence où ces deux démarches se rencontrent, d’interroger de manière originale les bases sur lesquelles repose l’analyse du monde social.

Christian Vium cherchait une liberté narrative difficilement concédée dans les revues scientifiques classiques, osant passer le pas du surréalisme, particulièrement appréciable dans l’édition et l’exposition de sa série « Ville nomade ». Il embrasse ainsi le lâcher prise vis-à-vis de l’interprétation de ses photos par le public, renonce au pouvoir argumentatif de l’écrit, pour se concentrer sur le plaisir procuré par le laisser-aller créatif et la reconnaissance de la plasticité potentielle de nos terrains d’étude.

© Cristian Vium

Finalement, avec l’AHA, c’est tout ça qu’on recherche. Expérimenter, prendre du plaisir, s’ouvrir des portes et des fenêtres et affronter les courants d’air. Attention, le petit oiseau va sortir.

Faire et Défaire #6 : Burning Out, par Jérôme le Maire

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La sixième séance du cycle de projection se tiendra le mardi 29 mai, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire du célèbre réalisateur belge Jérôme le Maire, Burning Out, sélectionné et promu à l’occasion de multiples festivals tels que le festivals de Docville (2017), l’IDFA Compétition (2016), Visions du Réel (2017), Millenium (2017), et bien d’autres.

Synopsis:

Pendant 2 ans, le réalisateur belge Jérôme le Maire a suivi les membres de l’unité chirurgicale dans l’un des plus grands hôpitaux de Paris. Ce bloc opératoire ultraperformant fonctionne à flux tendu : 14 salles en ligne ayant pour objectif de pratiquer chacune huit à dix interventions par jour. L’organisation du travail, bien qu’extrêmement sophistiquée, est devenue pathogène. Le personnel médical et paramédical courbe l’échine. Stress chronique, burn-out, et risques psychosociaux gangrènent l’hôpital. Chirurgiens, anesthésistes, infirmiers et aides soignants, mais aussi cadres, gestionnaires, et directeurs sont pris dans une course effrénée qui semble sans fin. Consciente de ce problème, l’administration a commandé un audit sur l’organisation du travail afin de tenter de désamorcer le début d’incendie. « BURNING OUT » est une plongée au cœur du travail et de ses excès, quand il y a surchauffe et que l’embrasement menace. Il veut comprendre l’incendie contemporain, ce trouble miroir de notre société, qui affecte celle-ci jusque dans ses hôpitaux.

L’entrée est libre

Bande d’annonce: http://www.burning-out-film.com/?lang=fr

A bientôt !

AUDIO-VISUAL DIALOGUES – Conférence

Dans le cadre du cycle de conférences en Anthropologie du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques est heureux de vous annoncer la conférence de Christian Vium (Aarhus University) qui présentera Audio-visual Dialogues le lundi 14 mai de 16 à 18h dans la salle Janne, au 15e étage de L’Institut de Sociologie (44 Avenue Janne 1050 Bruxelles).

Biography:

Christian Vium (born 1980 in Aarhus, Denmark) is an anthropologist, photographer and film-maker primarily working on long-term research-based projects involving experimental and collaborative methods at the intersection between the social sciences and the arts. Christian Vium has received numerous international awards for his work, most recently one of Europe’s most prestigious photographic prizes: The Prix HSBC pour la Photographie in 2016, as well as a being selected as a FOAM Talent in 2015. His work has been exhibited in Amsterdam, Athens, Berlin, Brussels, Copenhagen, London, New York, Paris, San Francisco, Sydney, and Tokyo, among other places.In 2016, he was nominated for the Silver Medal for excellent research by the Royal Danish Academy of Sciences and Letters and received a two-year postdoctoral scholarship by the Carlsberg Foundation the same year. Christian Vium holds a PhD in anthropology from the University of Copenhagen and is a post-doctoral research fellow in anthropology at Aarhus University.Site: http://www.christianvium.com
Abstract:
With a point of departure in a presentation of material and empirical cases from several long-term anthropological research projects in which film and photography occupies a privileged role, this presentation focuses on my approach to an experimental visual anthropology. In the presentation, I invite the audience through concrete stages of my work process and discuss my take on intervention, collaboration, co-curation, editing and exhibition-making, and how these may be seen as constituting both methodological and analytical approaches that afford particular ways of interrogating and communicating anthropological knowledge.

Faire et défaire #4: Noi

Faire et Défaire, le Cycle de Projection de Cinéma Socio-anthropologique.

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection « Faire et Défaire » mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateur.trice.s, ainsi que d’un.e discutant.e.

La troisième séance du cycle de projection se tiendra le jeudi 19 avril, de 18h à 20h à la salle NB2VIS. On aura le plaisir de visionner le documentaire court-métrage d’Aline MagrezNoi, sélectionné et promu à l’occasion de divers festival tels que l’Internationale Kurzfilmtage en 2016, le BSFF en 2017, le Festivalil International de film NexT en 2017 et L’IndieLisboa en 2017.

Synopsis: Une traversée d’Hanoï, qui s’achève à la tombée de la nuit. Dans des rues étroites défilent les visages des passants et des travailleurs, l’innocence des enfants, et les machines grondantes.

L’entrée est libre

Plus d’info:

http://www.fide.festivaldoc.com/2017-films/noi/

https://aha.hypotheses.org

Faire et Défaire #2 Ragnarok un monde ré-enchanté

Le cinéma documentaire regorge d’initiatives, de pistes, de victoires et d’enjeux hybrides. Il ouvre des perspectives analytiques sensibles, des ethnographies immersives et des préoccupations narratives alternatives.

Dans ce cadre, l’AHA s’est attaché à vous faire découvrir une petite série de films socio-anthropologiques. Cette première année du cycle de projection mettra particulièrement à l’honneur des productions belges et situera au centre de ses préoccupations les formes et modalités de collaborations entre le monde de la recherche en sciences sociales et celui des arts visuels. Chacune des séances sera en effet accompagnée des réalisateurs, ainsi que d’un.e discutant.e.

La deuxième séance du cycle de projections se tiendra mercredi 7 février. C’est sera le documentaire du chercheur post-doctorant Sébastien Kapp « Ragnarok, un monde ré-enchanté » qui sera projeté. La projection se fera en présence du réalisateur et sera suivie d’une discussion autour de la démarche qui a conduit à la réalisation de ce documentaire tourné sur son terrain.

Nous espérons vous retrouver nombreux.ses pour cette nouvelle projection !

Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=UUwvcpbUUbQ

Carnet Hypothèses du documentaire : https://ragnarok.hypotheses.org/

Retour sur une projection

Le 4 décembre dernier, l’AHA inaugurait son cycle de projection « Faire et défaire » consacré au cinéma socio-anthropologique. Les combattants du poil sacré, documentaire de 26 minutes consacré au Doudou – la fête de la ducasse de Mons – a été diffusé en la présence de Florian Vallée, le réalisateur, et Aurélien Baroiller, anthropologue rattaché au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’ULB. Les deux compères, qui se sont pris d’intérêt pour cette fête ébouriffante, sont revenus sur les coulisses de la fabrication du film et le dispositif narratif choisi pour traiter de ce sujet, entre analyse socio-anthropologique, humour surréaliste et fascination exotique pour ce qui nous est proche. Une partie de ping pong s’est engagée entre deux regards, celui du documentariste et celui du chercheur, du montois et de l’étranger, restituant la démarche de création du film comme le résultat d’un dialogue entre pratique cinématographique et anthropologique mais également comme fruit d’un jeu subtile entre intériorité et extériorité. Si l’audience composée d’étudiant.e.s et de chercheur.e.s n’était pas pléthorique, elle était de qualité, et l’équipe d’organisation du cycle s’est réjoui de l’intensité des échanges.

Voici quelques photographies souvenirs de cette première projection du cycle.

On vous attend pour les séances suivantes !

[Le programme complet sera diffusé très prochainement.]

Journée de clôture AHA

Chers collègues et ami.e.s,

Nous vous invitons à une journée d’étude organisée par l’AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, visant à clôturer l’année académique par un inventaire des « hybridations » en cours, au sein de l’atelier et dans son cercle proche.

Organisée le 30 juin prochain, de 10h à 16h à l’institut de sociologie de l’ULB, cette journée aura pour programme : projections, récits d’expériences, discussions et écoutes, autour du projet que s’est donné l’AHA : penser et expérimenter à l’interface des sciences sociales et des arts et techniques.

Les présentations seront suivies de l’assemblée générale de l’atelier.

L’affiche de l’évènement contient toutes les informations détaillées dont vous aurez besoin pour participer à la journée.

En espérant vous voir nombreux/ses le 30 juin prochain,

L’équipe de l’AHA
contact@aha-lamc.xyz

L’école AHA 2017 à l’écoute !

Il y a environ un mois, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques organisait la seconde édition de son école Arts et Sciences sociales. Cette année, l’AHA s’est intéressé à l’univers du sonore et a invité Clara Alloing, réalisatrice de documentaires radiophonique et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique, pour animer un atelier qu’ils ont intitulé « paroles sensibles et paysages sonores ».

L’atelier a regroupé une douzaine de participant.e.s, étudiant.e.s, chercheurs, artistes, tou.te.s à leur manière explorateur/trice.s de l’entre deux chaises, inconfortable zone de trouble entre des mondes qui se font face sans toujours se parler : que faisons-nous ? comment le qualifier ? comment le ranger ? C’est de l’art ? de la science ? ou du cochon… ?

Les attentes de chacun.e étaient différentes mais se faisaient étonnement écho les unes aux autres. Parmi elles une forme de curiosité pour le son et l’idée de l’hybride, ainsi qu’un certain besoin de trouver des pairs, des personnes semblablement troublées par l’inconfort, avec qui se mettre en dialogue.

Durant trois jours, le groupe s’est immergé dans des écoutes en intérieur et en plein air (le printemps avait pointé son nez), afin de sensibiliser les oreilles de chacun et d’élargir le spectre de notre expérience sensible du monde.

Des duos se sont ensuite constitués pour capter, à l’aide d’enregistreurs, la diversité de l’univers sonore du campus de l’Université Libre de Bruxelles, depuis les espaces les plus connus aux plus inconnus. De retour en salle, chaque paysage sonore a commencé à prendre forme après montage sur le logiciel Reaper.

L’objectif poursuivi dans la création des paysages sonores était de questionner le statut du son dans les sciences sociales, en particulier de discuter de la place prépondérante prise par la parole. Trop souvent limitée à son statut d’information discursive, la parole des interlocuteur/trice.s de la recherche en sciences sociales est la plupart du temps archivée et retranscrite pour être analysée de manière textuelle. Ici, l’idée était de travailler le « son comme une matière plastique, expressive et émotionnelle », pour reprendre les mots de Yann Paranthoën, « pirate des ondes » radiophoniques aujourd’hui disparu.

Nous avons donc du laisser de côté, pour un temps au moins, le discours cher aux sciences sociales, afin d’ouvrir l’oreille et de faire un pas de côté dans l’expérience de recherche. Les voix sont ainsi devenues des sons parmi d’autres, colorant le monde sensible exploré par les duos au sein du campus de l’ULB. Cette consigne radicale était bienvenue pour profiter au mieux du cadre restreint de l’école et pour produire, avec le peu de temps dont nous disposions, des traces intéressantes de cette aventure collective.

Les différentes narrations sonores produites lors de cet atelier de trois jours ont tenté de saisir des ambiances, des atmosphères témoignant de la richesse des lieux et des histoires composant un campus universitaire. À travers les sons des machines, des rires, des musiques, des portes, des objets rythmant le quotidien, on explore l’université par les sens, en tâtonnant dans la découverte de sons inconnus, de sons inqualifiables, de sons évocateurs ou encore de sons profondément inscrits dans nos mémoires physiques et psychiques.

Les machines de la scierie et du travail des menuisiers reclus dans leur atelier fait écho à la petite musique du camion à gaufres qui sonne la fin des cours et le retour en tram. Le silence feutré de la bibliothèque contraste avec les éclats de rire résonnant près du babyfoot, alors que le chant des oiseaux de la serre nous emporte à l’extérieur, dans la météo printanière qui a profité à la réalisation de l’école.

Au soir du dernier jour, les participant.e.s à l’école et les fidèles compagnons de route de l’AHA se sont retrouvés à L’Eau Chaude – Het warm water, dans les Marolles, afin d’écouter un paysage sonore filé, mosaïque des contributions des différents duos. La discussion issue de cette écoute a pu pointer la diversité des points de vues narratifs choisis dans la création des paysages sonores : de la rêverie évocatrice d’une atmosphère estudiantine à l’ambition documentaire explorant un lieu dans ses moindres détails, les différentes contributions se sont distribuées sur un spectre large de l’hybridation sonore. Nous nous félicitons d’avoir pu ouvrir cet espace des possibles dans l’interstice inconfortable duquel nous étions partis.

Merci encore à tou.te.s d’avoir participé à cette expérience collective enrichissante !

Voici quelques paroles de participant.e.s :

« J’ai eu beaucoup de plaisir pendant ces trois jours… J’ai aussi trouvé l’approche très ‘’efficace’’ : par des praticiens ; par l’écoute ; avec un minimum d’outils pour réaliser quelque chose en binôme ; et une consigne bienvenue : exprimer par les sons (autre chose que la discursivité langagière). »

« Un grand merci à vous tous pour cet atelier riche en sons et émotions. »

« C’était une belle surprise de retourner à l’université dans ce cadre ! Ça faisait du bien de se ressaisir de ses murs et de ses bruits, d’une manière ouverte et attentive à ce qui se passe ailleurs. »

« Notre atelier a nourri ma pratique et ma pensée. »

« J’ai fort hâte de ré-écouter. »

Alors c’est parti ! >> Les six petites pièces sonores réalisées en binôme par les participant.e.s de l’école sont disponibles à l’écoute sur le compte soundcloud de l’AHA. L’ensemble des photographies prises lors de cette expérience sont également disponibles à cette adresse, sur notre compte Facebook.

Ecole de printemps de l’AHA – « SON ET SCIENCES SOCIALES »

Oyez ! Oyez !

L’AHA organise une nouvelle école de formation à l’Université Libre de Bruxelles pour ce printemps 2017. Après une édition réalisée à l’automne 2015 autour de la vidéo et du dessin (voir notre chronique d’une école), nous proposons cette année de travailler sur les expériences et créations sonores et la manière dont elles peuvent renouveler notre regard – ou plutôt notre oreille ? – sur la pratique socio-anthropologique.

Les enregistreurs sont particulièrement répandus dans la pratique ethnographique et ils font partie du trousseau de l’enquêteur au même titre que le carnet de terrain, le crayon (et le parapluie ?). Très souvent utilisés comme outils de stricte captation du « réel », pour retranscrire les mots (authentiques !) de nos interlocuteurs ou pour conjurer la peur de perdre des informations, ils nous accompagnent jusque dans l’intimité de la production de connaissance.

L’école de l’AHA propose cette année de tendre une oreille plus attentive qu’à l’accoutumée sur cette pratique du quotidien de la recherche et d’en élargir le spectre de réflexion. Nous avons donc fait appel à deux spécialistes du son pour animer trois jours de formation et d’expérimentation : Clara Alloin, réalisatrice de documentaires radiophoniques, et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique.

Cet atelier intitulé « parole sensible et paysage sonore » aura lieu les 3-4 et 5 avril prochains sur le campus de l’ULB et suivra la trame suivante :

Jour 1 : Introduction – Écoutes collectives en extérieur et initiation à la prise de son.

Jour 2 : Prises de son en extérieur – Initiation au montage

Jour 3 : Montage et création de paysages sonores

Au soir du troisième jour, le mercredi 5 avril de 18h30 à 20h30, nous proposons une séance de restitution publique des expérimentations de l’école à l’Eau chaude – Het warm water, 5 rue des Renards – 1000 Bruxelles (qui organise d’ailleurs, tous les 2èmes jeudis du mois, des écoutes collectives !).

Tout le monde est bienvenu !

Attention ! Les inscriptions à l’école sont obligatoires et les places sont limitées. Écrivez-nous vite à l’adresse : contact[at]aha-lamc.xyz

Vous trouverez toutes les informations concernant les modalités d’inscription (délais et frais) dans le document téléchargeable ici.

 

Chronique d’une école

Après une journée organisée le 10 juin 2015 autour de la question de la rencontre entre les sciences sociales et les arts, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques remercie tous les participant.e.s et visiteur/se.s présents lors de la première édition de son école d’automne, les 16, 17 et 18 novembre derniers. Cette école, deuxième évènement proposé par l’AHA, était conçu comme un moment privilégié pour mettre à l’épreuve et expérimenter les grandes propositions qui tiennent le collectif : partager des savoir-faire, échanger des expériences, penser la limite entre les arts et les sciences sociales, la tester, la bousculer, réfléchir collectivement, coproduire dans la gaité et la réflexivité, cheminer vers l’horizon de l’horizontalité… Aussi ambitieux que ce bouillon hybride puisse paraître, il nous semble que l’école a largement rempli ses objectifs et nous la considérons comme une réussite qui ouvre le chemin de nombreuses expérimentations et réflexions futures !

AB

C

C1

Durant ces trois jours d’école, chercheur.e.s et étudiant.e.s en sciences sociales se sont côtoyés dans des ateliers animés par des professionnel.le.s de la vidéo et du dessin. Nous remercions bien bas Réjane Vallée, Marta Kucza, Kim et Bruno Tondeur, Joal Grange et Florent Grouazel de s’être prêté.e.s au jeu de la transmission de connaissance et de savoir-faire dans les contraintes de la courte parenthèse ouverte, d’avoir mis en partage leur expérience et leur point de vue sur les techniques artistiques que nous avons travaillées ensemble. Nous remercions les étudiant.e.s pour l’enthousiasme et l’ardeur avec laquelle il/elle.s ont embrassé l’initiative et se sont mis à « faire », sans inhibition et en grande intelligence. Nous remercions enfin les chercheur.e.s et professionnel.le.s participant d’avoir joué le jeu avec décontraction et bienveillance, d’avoir saisi les occasions propices pour éclairer les uns et les autres de leurs lanternes aguerries et pour poser les grandes questions qui nous animent tous.

D

E

F

H

I

J

Il nous semble que chacun.e a appris des interactions, des discussions et des confrontations de points de vue durant ces trois jours dont il ressort une double envie de libération individuelle et d’expérimentation collective. Chacun.e peut se saisir des techniques artistiques avec lesquelles il/elle se sent une affinité particulière. Dans la pratique et l’échange surgissent ensuite les questionnements, les réflexions, se construisent les projets et c’est par le cœur que se renforce la légitimité d’une démarche.

K

L

M

Bien sûr, la formule de l’école est perfectible et nous ne jouons pas à nous couvrir de lauriers non mérités ! Nous avons d’ailleurs discuté des points d’organisation et de contenu à retravailler avec les uns et les autres de vive voix, par email ou lors de la rencontre de bilan organisée le vendredi 27 novembre dernier (merci aux présents !). Mais ce qui nous semble le plus important est que tout le monde paraît s’être retrouvé dans cette expérience, qui s’est conclue en beauté lors d’un pot de clôture décontracté et joyeux à La Quincaillerie des Temps Présents, un très bel endroit à l’accueil chaleureux.

N

Pour l’AHA, l’effervescence qui a marqué l’école d’automne sonne comme un très bon début ! Et nous espérons vivement pouvoir continuer à réfléchir, expérimenter, partager avec vous sur les chemins de traverse de l’hybridation anthropologique !

Un grand merci à tous !

Programme de l’École d’automne de l’AHA

À environ trois semaines de la réalisation de l’École d’automne de l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques, il est temps d’en publier le programme ! Celui-ci est illustré par Joal Grange, co-animateur de l’atelier dessin : observation, mémoire et doodling.

FlyerEcoleAHArecto3FlyerEcoleAHAverso

À noter que le détail des salles où auront lieu les ateliers sera donné au dernier moment.

Il est encore temps de vous inscrire ! Suivez la procédure d’inscription disponible ici.

Pour ceux qui ne pourront pas participer à la réalisation de cette école mais qui sont intrigués par le résultat de nos expérimentations, nous vous attendons nombreux à La Quincaillerie des Temps Présents, 66 rue du Viaduc à Ixelles, pour une session conclusive de partage et de discussion : le mercredi 18 novembre de 14h à 17h30. Nous serons heureux de vous y rencontrer/retrouver.

À très bientôt !

Inscriptions – école d’automne de l’AHA

Les inscriptions à l’école d’automne de l’AHA sont ouvertes !

Au programme, quatre ateliers de formation :

  • Atelier de sociologie visuelle : réflexivité, cadre et montage – animé par Réjane Hamus-Vallée, maîtresse de conférence en sociologie visuelle
  • Atelier cinéma : auto-ethnographie et défamiliarisation – animé par Marta Kucza, artiste visuel.
  • Atelier d’anthropographie : écriture graphique et outil de terrain – animé par Kim Tondeur, socio-anthropologue et Bruno Tondeur, animateur 2D et illustrateur
  • Atelier dessin : observation, mémoire et doodling – animé par Joal Grange, dessinateur et Florent Grouazel, auteur de bandes dessinées

Le détail de la procédure d’inscription est disponible ici :

Ouverture Inscriptions - image