Retour sur une présentation / projection : « One, Two, Three, Viva l’Algérie » – Réflexions sur un film « en train de se faire »

Ce mardi 4 décembre 2018, dans la pénombre de la salle AZ.1.101 du campus du Solbosch, nous avons eu l’occasion de découvrir le travail de Samuel Ab sur son film « One, Two, Three, Viva l’Algérie »,encore en montage, réalisé en co-production entre un collectif parisien et une co-prod en Algérie. La séance était l’opportunité de plonger dans les enjeux complexes sous-jacents au montage du cinéma documentaire tels que la narration, la construction de personnages, l’écriture de la voix off ou le positionnement du réalisateur face à son sujet… des enjeux qui font écho à la démarche de l’anthropologue.

Pour ouvrir la séance, Samuel est revenu sur la genèse de son projet. Ce dernier débute il y 8 ans, dans le cadre de ses études à la fac et motivé par des origines familiales et des connaissances algériennes qui lui ont donné l’envie de découvrir ce pays dont il ne connaît que peu de choses en tant que Français. Durant un an et demi, le projet mûrit et Samuel prend la décision de retourner filmer au moment de la coupe du monde. En raison de problèmes de visas qui parviennent tardivement, il commence par filmer en France et ne filme que la fin de la coupe en Algérie. A la suite de quelques essais de montage personnels, le film devient une collaboration avec Amine, un monteur algérien. À partir d’un premier montage, des personnages sont réécris et ajoutés au film d’abord conçu sans la partie en cinéma direct avec personnages. Lors de la coupe du monde de 2018, Samuel retourne filmer en Algérie ainsi que la fin de la coupe en France.

Guidé en partie par une curiosité vis-à-vis du slogan « One, Two, Three, Viva l’Algérie », le propos du film est d’aborder au travers du jeu un portrait contemporain du pays et d’interroger son rapport avec la France. L’angle d’approche, par le foot, se veut une manière de traiter le sujet sans s’engager dans une documentation proprement historique ; néanmoins, la forme collective suscitée par le foot est l’opportunité d’évoquer des valeurs et des histoires. La volatilité du rapport à celui-ci et à son équipe est utilisée pour parler du rapport aux deux pays. Le choix est également motivé par l’affection de Samuel pour ses grands événements où les gens se côtoient et qui donnent lieu à des moments de communion, quelle que soit la passion pour le sport. Pourquoi ses héros ? Pourquoi ses symboles ? Pourquoi cela fonctionne ? Samuel explique que ces questions, qui ont guidé ses premières images en 2010, reviennent progressivement dans le film après quelques détours.

Dans la suite de la présentation et dans la discussion qui suit, différents enjeux sont mis en évidence.

Une première difficulté du montage réside dans l’articulation des différents types d’images dont les provenances sont variées – images tournées par Samuel et Amine, mais aussi des images issues de documents historiques ou empruntées sur des plateformes telles que Youtube – et deux régimes de narration : des séquences où le montage articule de telles images et un « cinéma direct » plus spontané comme les séquences présentant des moments de vie mêlés d’interviews. Prises en France autant qu’en Algérie, la façon de passer d’un pays à l’autre est aussi interrogée, mais pour le réalisateur, les images s’exposent dans une logique qui n’est pas nécessairement géographique.

Une autre difficulté concerne la voix off dont nous avions déjà évoqué plusieurs enjeux l’année dernière dans le cadre du cycle de projection. Si son rôle dans la nécessité de donner sens au contenu est souvent discuté, il se pose également la question de son identité. Dans le projet de Samuel, la voix off est d’abord imaginée en collaboration avec un slamer puis comme une voix féminine pour devenir finalement sa propre voix : l’enjeu est alors de créer un personnage narrateur, sans que celui-ci ne soit présent pour raconter sa vie, mais dont l’identité restitue pourtant le chemin et le positionnement du réalisateur auquel le projet a fait découvrir l’Algérie. Ce positionnement qui ne va pas de soi. Samuel est français et son entreprise pose d’emblée des questions de légitimité. Son rapport aux pays évolue aussi depuis son premier voyage en 2010 où il découvre le pays. Le film est un apprentissage et son regard porté sur l’Algérie devient en retour aussi un regard porté sur la France.

Absents au début du projet, des personnages sont introduits tardivement. En plus du personnage de Samuel qui émerge progressivement au travers de la voix off, cinq personnages ont été choisis. Ces personnages ont pour point commun d’avoir un rapport avec le foot tout en ayant un pied en dehors. Samuel évoque aussi la construction du « personnage collectif » (spectateurs face aux matchs où lors des célébrations) dans le cadre du montage.

En conclusion de sa présentation, écourtée pour laisser place à la discussion, Samuel compare le montage du film avec la sculpture : d’une première forme grossière, la forme finale est affinée progressivement. D’autres questions se posent, notamment celle du public visé par le film. Samuel aimerait projeter son film en France ainsi qu’en Algérie. L’enjeu est alors de construire quelque chose qui puisse être compréhensible et puisse faire sens dans les deux pays. Le problème est spécialement difficile pour la séquence durant laquelle Samuel et Amine insèrent des images issues de documents historiques. Ces images et ces événements, biens connus en Algérie, ne sont pas connus ni enseignés en France.

La dernière réflexion sur le public ciblé par le film est aussi l’occasion de revenir sur les questions d’intentions. Comment trouver ce qui est essentiel au film ? A qui ou à quoi donner plus d’importance ? Qu’est-ce qui pourra intéresser le public au-delà des deux réalisateurs ? Motivées par l’envie de partir pour découvrir, de filmer et de raconter quelques histoires, les questions de la démarche et du public viennent en cours de route, engendrées par un mûrissement progressif du projet, mais aussi par d’autres impératifs : la nécessité de finaliser un projet qui s’étale déjà sur 8 ans, de faire voir les images et de rapporter un peu d’argent.

Dans la discussion, c’est l’occasion pour Madeleine de revenir sur les enseignements de son master en sociologie visuelle. Le propos naît du montage et la problématique se construit 3X : avant de filmer, une fois qu’on se retrouve avec autre chose devant les yeux que ce qui était prévu, et ensuite pendant le montage lorsqu’on se rend compte des impératifs liés au public, de la nécessité d’introduire des personnages, etc. Pour Madeleine, les extraits montrés par Samuel révèlent encore beaucoup d’intentions. Elle rapproche cela de son travail de thèse. Dans un tel travail, comme dans la conception d’un documentaire, il faut faire simple alors que la réalité, elle, est compliquée.

La présentation de Samuel est plus largement l’occasion de saisir une nouvelle fois les parallèles entre la démarche de recherche en sciences sociales et celle du cinéma documentaire. La construction d’un objet de recherche, de personnages, la construction progressive de la problématique, la collecte d’un matériel qui déborde de toute part, la simplification des faits et la place occupée par le·la réalisateur·trice – chercheur·euse font partie intégrante des enjeux tant du montage cinématographique ou que de la rédaction du travail scientifique. Des points d’attache pour « faire et défaire » des pratiques de créations communes ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.