Séminaire ABBA – Quels films pour quelles ethnographies ?

Le séminaire ABBA, organisé par le Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) vous convie à une séance de projection intitulée :

Quels films pour quelles ethnographies ? Projections et commentaires méthodologiques autour de 3 démarches filmiques.

Pierre Petit, directeur du Lamc, Madeleine Sallustio et Samuel Lempereur, doctorants rattachés au Lamc, présenteront leurs films et animeront la discussion.

Rdv ce vendredi 24 février 2017, de 14 à 16h, dans la salle Doucy (S.12.123), au 12e étage de l’institut de sociologie (campus Solbosh de l’ULB)

Pour plus d’information concernant ce séminaire, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : seminaire.abba@gmail.com

Altérités, festival de cinéma ethnographique – 1ère édition – Du jeudi 9 au dimanche 12 mars 2017 à Caen.

Dans le sillage de La semaine du cinéma ethno organisée chaque année au cinéma Lux de 1995 à 2013, la Fabrique de patrimoines en Normandie présente, le festival Altérités.

Le festival Altérités, propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. La programmation s’étend du jeudi au dimanche : l’après-midi à la bibliothèque Alexis de Tocqueville et le soir au cinéma Lux. Les projections seront accompagnées de temps de rencontres et d’échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes et des chercheurs en sciences sociales, notamment des ethnologues.

Le jeudi 9 mars, le festival accueille le Comité du film ethnographique pour un hors les murs consacré à l’œuvre de Jean Rouch, à l’occasion du centenaire de sa naissance. La programmation du vendredi 10 au dimanche 12 mars aura pour thème « Réconciliations » : du conflit de voisinage ordinaire aux tentatives de réconciliations et de cohabitation après le traumatisme d’un génocide, comment la loi et la coutume peuvent ou non aider à résoudre les conflits.

unnamed
www.festivalalterites.com

Appel à film de la part de l’association Filmer le travail

La 8e édition du festival Filmer le travail aura lieu du 10 au 19 février 2017 à Poitiers et sera rythmée par différents événements tels que la compétition internationale, des rétrospectives de films, des séances spéciales, des rencontres professionnelles et le concours FILME TON TRAVAIL. 

Ce concours est ouvert à tous et toutes.

Tous les genres sont acceptés (fiction, documentaire, expérimental, clip, stopmotion, portrait, interview, court métrage, etc.) avec pour seule condition que le film ne dépasse pas 15 minutes. Les vidéos choisies seront projetées lors d’une séance spéciale pendant le festival Filmer le travail 2017.  Deux caméras ou prix équivalents d’une valeur de 1200 € et 800 € sont à gagner.

Inscription des films avant le 16 janvier 2017.

Voir site: http://filmerletravail.org/archives/10850

fftlogo-530x353L’association Filmer le travail est le fruit d’un partenariat entre l’Université de Poitiers, l’Espace Mendès Fr
ance (EMF) et l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT).

Elle vise trois grands objectifs:

  • Cinématographique. Faire connaître à un public large la production cinématographique sur le thème du travail à un moment où l’on assiste à un retour du travail dans le cinéma, une multiplication des images et à une redéfinition des frontières entre réel et fiction.
  • Scientifique. Analyser et dynamiser l’usage de l’image (fixe ou animée) en Sciences sociales.
  • Citoyen. Ouvrir un espace de réflexion et de débats sur l’évolution et l’avenir du travail.

« Filmer le champ social »

Le séminaire « Filmer le champ social » proposé à l’EHESS par Daniel Friedmann, chargé de recherche au CNRS (*) ( IIAC-CEM ) et Monique Peyrière, ingénieure d’études à l’Université d’Évry-val-d’Essonne ( IIAC-CEM ) s’est donné pour thématique annuelle la question de la vulnérabilité du monde. Le cycle de séminaire de l’année 2016-2017 entend donc explorer cette question chaque 3ème mercredi du mois. Après une année 2015-2016 animée par la question, « Peut-on filmer la pensée? », cette nouvelle année universitaire sera guidée par une exploration de l’enquête en immersion et de la réflexivité qu’elle implique.

La séance du mercredi 16 novembre sera consacrée à la présentation de deux projets de films en cours en présence de leurs réalisateurs :

  • Les cendres et la braise, de Manon Ott, un « portrait politique et poétique d’un territoire ouvrier en mutation ».
  • En mode Loveur, de Grégory Cohen.

Ces projections seront l’occasion d’une discussion autour du thème : « filmer en immersion dans un quartier populaire ».

Les cendres et la braise - Film de Manon OttRendez-vous salle 8, 105 bd Raspail, 75006 Paris, de 15h à 18h le mercredi 16 novembre. Les séances sont ouvertes à tous les intéressé.e.s.

Plateforme Tënk

Devant le désengagement des chaînes de télévision pour les documentaires de création, leur privilégiant des documentaires aux formats imposés, il semble urgent de faire sortir les œuvres des documentaristes contemporains des festivals et des rencontres d’initiés. C’est le projet de la plateforme Tënk, une initiative née à Lussas, petit village ardéchois devenu progressivement un centre international du cinéma documentaire et y accueillant chaque année ses « états généraux ».

TënkLa plateforme prévoit de proposer au visionnage, sur base d’un abonnement mensuel (6 euros) ou annuel (60 euros), une quantité constante de 80 films documentaires d’auteur selon une logique de « catalogue glissant ». L’idée est que chacune des œuvres soit disponible 2 mois et que le renouvellement régulier effectué par le comité éditorial de Tënk donne à voir la diversité et la qualité de la production de documentaires d’auteur contemporaine. A moyen terme, Tënk compte proposer des films documentaires à l’achat et prévoit également de créer un archivage des œuvres, y compris des œuvres anciennes qui restent difficile à trouver, afin qu’elles ne disparaissent pas et puissent continuer à être visionnées. Le projet prévoit également de participer à la coproduction des œuvres documentaires contemporaines à raison d’un objectif ambitieux de 100 films par an.

Une belle initiative pour les écritures cinématographiques du réel !