14 Propositions pour une sociologie visuelle et filmique

La Sociologie visuelle regroupe actuellement les sociologues qui utilisent dans leurs recherches les images fixes ou animées existantes. Tout en associant ces sociologues, le Réseau Thématique de l’association française de sociologie « Sociologie Visuelle et Filmique » a pour objectif de réunir les sociologues qui réalisent ou qui participent à la réalisation des documentaires sociologiques.

Ensemble, ils et elles proposent un MANIFESTE comprenant 14 propositions pour une sociologie visuelle et filmique

Les propositions suivantes résultent d’un travail de confrontation entre spécialistes des sciences humaines et cinéastes. Ce Manifeste pour une sociologie visuelle et filmique a pour objectif d’associer la démarche du sociologue proprement dite à celle du documentariste.

Ce champ relève à la fois du prolongement d’une démarche qui a existé dans les années 1950-1970 et de sa renaissance ou de sa re-création ; reconnaître le caractère cumulatif de la démarche participe d’ailleurs de son développement.

La sociologie qui s’est construite dans la confrontation avec les autres disciplines comme une activité scientifique a créé les méthodologies d’une approche qui la légitime dans le champ des connaissances. Relire le processus de production scientifique de l’écrit nous permet de mieux comprendre ce qui peut générer le processus de production scientifique sociologique par l’image et le son.

Longtemps négligée ou non posée comme essentielle, dans le développement d’une production abstraite, la perception visuelle et sonore a retrouvé chez nombre de sociologues son droit de cité. En effet, celle-ci participe pleinement de la construction de l’objet, moment fort de la problématisation qui repose sur la mobilisation de l’appareil conceptuel s’articulant au travail de terrain. Cet ensemble fonde le background du sociologue, ce par quoi il a été initié, ce par quoi il se distingue et qui participe du processus de production d’une représentation du réel. Les écrits sociologiques qui en découlent sont à leur tour réinterprétés à l’aune des savoirs et des perceptions du lecteur.

Penser le processus de production scientifique dans le documentaire sociologique relève d’une démarche similaire. Les couples réalité/perception sensorielle, construction de l’objet/travail de terrain, appareil conceptuel/enquête préalable sont aussi mobilisés par ce même background du sociologue documentariste. Mais la captation sensorielle acquiert ici un autre statut, la vue et l’ouïe y sont visibles et audibles à travers l’image et le son et participent pleinement de la construction de la représentation du réel. Le cadrage, le choix des séquences, le hors champ, le son, les mouvements de caméra, le rythme, le choix des temporalités qui s’opèrent dans la prise de vue et le montage rendent compte explicitement du point de vue, tandis que la diffusion du documentaire à l’écran le confronte à la réception et au background du spectateur.

Ce manifeste loin de vouloir normer ce champ a pour objectif de favoriser les débats et les réflexions pour que soit reconnue l’écriture visuelle et filmique de la sociologie.

Pour lire ledit manifeste: https://rt47.hypotheses.org/manifeste/quatorze-propositions-pour-une-sociologie-visuelle-et-filmique

 

La culture matérielle et visuelle à Lille

Ce printemps, l’université de Lille 3 accueillera le séminaire interdisciplinaire « Culture matérielle et visuelle », organisé dans le cadre de l’école doctorale SHS de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion – IRHiS. Gil Bartholeyns (chaire CNRS/université) et Manuel Charpy (CNRS) proposent d’explorer « de nouveaux univers sensibles en lien avec les images, les cultures et les techniques dans une perspective multidisciplinaire. » Trois journées du mois de mai verront se rencontrer pêle-mêle historien.ne.s, anthropologues, cinéastes et sociologues pour évoquer les sciences humaines et sociales au prisme des images.

Voici le détail des journées :

Journée 1 – mercredi 3 mai 2017 (10-17h)

« Images conquérantes »

  • Marie de Rugy (historienne, Université Paris 1) : Des « travaux informes » pour conquérir l’Indochine, fin XIXe siècle.
  • Nathalie Dereymaeker (historienne, Université Lille 3) : « Les plans-reliefs, ça sert, d’abord, à faire de la politique »
  • Isabelle Surun (historienne, IRHiS, Université Lille 3) : Ceci n’est pas un « zoo humain ». Des Sénégalais à l’Exposition universelle de 1889
  • Marie-Eve Bouillon (historienne, LHIVIC, EHESS): Stratégies photographique de l’imaginaire touristique : le Mont Saint Michel

Journée 2 mercredi 17 mai 2017 (10-17h)

« L’image et le vivant »

  • Perig Pitrou (anthropologue, CNRS, LAS, Collège de France) : La fabrication de nouvelles écologies. Expérimentations en bioart et biodesign
  • Lucienne Strivay (anthropologue, Université de Liège) : Rendre forme. Instabilité ontologique de la taxidermie
  • Camille Lorenzi (historienne, Université Paris 1) : L’aquarium au XIXe siècle, une « fabrique d’images » de la vie sous-marine
  • Linda Ibbari (cinéaste, monteuse) : Maîtresse (2017) : trouble dans l’animalité

Journée 3 – mercredi 31 mai 2017 (10-17h)

« Politique de la maison »

  • Charlotte Vorms (historienne, Université Paris 1) : Bidonvilles : enquête sur l’administration des quartiers périphériques à Madrid sous le franquisme
  • Anne Schiltz, Charlotte Grégoire (cinéastes, anthropologues) : Charges communes (2002) : un terrain, un film
  • Lyang Kim (cinéaste, anthropologue, EHESS) : Maisons à la frontière : Dream House by the Border (2013) et Resident Forever (2016)
  • Yasmine Bouagga (sociologue, CNRS, ENS Lyon) : Le camp de Calais en bande dessinée

Et l’affiche de l’évènement :