Journée de clôture AHA

Chers collègues et ami.e.s,

Nous vous invitons à une journée d’étude organisée par l’AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, visant à clôturer l’année académique par un inventaire des « hybridations » en cours, au sein de l’atelier et dans son cercle proche.

Organisée le 30 juin prochain, de 10h à 16h à l’institut de sociologie de l’ULB, cette journée aura pour programme : projections, récits d’expériences, discussions et écoutes, autour du projet que s’est donné l’AHA : penser et expérimenter à l’interface des sciences sociales et des arts et techniques.

Les présentations seront suivies de l’assemblée générale de l’atelier.

L’affiche de l’évènement contient toutes les informations détaillées dont vous aurez besoin pour participer à la journée.

En espérant vous voir nombreux/ses le 30 juin prochain,

L’équipe de l’AHA
contact@aha-lamc.xyz

L’école AHA 2017 à l’écoute !

Il y a environ un mois, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques organisait la seconde édition de son école Arts et Sciences sociales. Cette année, l’AHA s’est intéressé à l’univers du sonore et a invité Clara Alloing, réalisatrice de documentaires radiophonique et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique, pour animer un atelier qu’ils ont intitulé « paroles sensibles et paysages sonores ».

L’atelier a regroupé une douzaine de participant.e.s, étudiant.e.s, chercheurs, artistes, tou.te.s à leur manière explorateur/trice.s de l’entre deux chaises, inconfortable zone de trouble entre des mondes qui se font face sans toujours se parler : que faisons-nous ? comment le qualifier ? comment le ranger ? C’est de l’art ? de la science ? ou du cochon… ?

Les attentes de chacun.e étaient différentes mais se faisaient étonnement écho les unes aux autres. Parmi elles une forme de curiosité pour le son et l’idée de l’hybride, ainsi qu’un certain besoin de trouver des pairs, des personnes semblablement troublées par l’inconfort, avec qui se mettre en dialogue.

Durant trois jours, le groupe s’est immergé dans des écoutes en intérieur et en plein air (le printemps avait pointé son nez), afin de sensibiliser les oreilles de chacun et d’élargir le spectre de notre expérience sensible du monde.

Des duos se sont ensuite constitués pour capter, à l’aide d’enregistreurs, la diversité de l’univers sonore du campus de l’Université Libre de Bruxelles, depuis les espaces les plus connus aux plus inconnus. De retour en salle, chaque paysage sonore a commencé à prendre forme après montage sur le logiciel Reaper.

L’objectif poursuivi dans la création des paysages sonores était de questionner le statut du son dans les sciences sociales, en particulier de discuter de la place prépondérante prise par la parole. Trop souvent limitée à son statut d’information discursive, la parole des interlocuteur/trice.s de la recherche en sciences sociales est la plupart du temps archivée et retranscrite pour être analysée de manière textuelle. Ici, l’idée était de travailler le « son comme une matière plastique, expressive et émotionnelle », pour reprendre les mots de Yann Paranthoën, « pirate des ondes » radiophoniques aujourd’hui disparu.

Nous avons donc du laisser de côté, pour un temps au moins, le discours cher aux sciences sociales, afin d’ouvrir l’oreille et de faire un pas de côté dans l’expérience de recherche. Les voix sont ainsi devenues des sons parmi d’autres, colorant le monde sensible exploré par les duos au sein du campus de l’ULB. Cette consigne radicale était bienvenue pour profiter au mieux du cadre restreint de l’école et pour produire, avec le peu de temps dont nous disposions, des traces intéressantes de cette aventure collective.

Les différentes narrations sonores produites lors de cet atelier de trois jours ont tenté de saisir des ambiances, des atmosphères témoignant de la richesse des lieux et des histoires composant un campus universitaire. À travers les sons des machines, des rires, des musiques, des portes, des objets rythmant le quotidien, on explore l’université par les sens, en tâtonnant dans la découverte de sons inconnus, de sons inqualifiables, de sons évocateurs ou encore de sons profondément inscrits dans nos mémoires physiques et psychiques.

Les machines de la scierie et du travail des menuisiers reclus dans leur atelier fait écho à la petite musique du camion à gaufres qui sonne la fin des cours et le retour en tram. Le silence feutré de la bibliothèque contraste avec les éclats de rire résonnant près du babyfoot, alors que le chant des oiseaux de la serre nous emporte à l’extérieur, dans la météo printanière qui a profité à la réalisation de l’école.

Au soir du dernier jour, les participant.e.s à l’école et les fidèles compagnons de route de l’AHA se sont retrouvés à L’Eau Chaude – Het warm water, dans les Marolles, afin d’écouter un paysage sonore filé, mosaïque des contributions des différents duos. La discussion issue de cette écoute a pu pointer la diversité des points de vues narratifs choisis dans la création des paysages sonores : de la rêverie évocatrice d’une atmosphère estudiantine à l’ambition documentaire explorant un lieu dans ses moindres détails, les différentes contributions se sont distribuées sur un spectre large de l’hybridation sonore. Nous nous félicitons d’avoir pu ouvrir cet espace des possibles dans l’interstice inconfortable duquel nous étions partis.

Merci encore à tou.te.s d’avoir participé à cette expérience collective enrichissante !

Voici quelques paroles de participant.e.s :

« J’ai eu beaucoup de plaisir pendant ces trois jours… J’ai aussi trouvé l’approche très ‘’efficace’’ : par des praticiens ; par l’écoute ; avec un minimum d’outils pour réaliser quelque chose en binôme ; et une consigne bienvenue : exprimer par les sons (autre chose que la discursivité langagière). »

« Un grand merci à vous tous pour cet atelier riche en sons et émotions. »

« C’était une belle surprise de retourner à l’université dans ce cadre ! Ça faisait du bien de se ressaisir de ses murs et de ses bruits, d’une manière ouverte et attentive à ce qui se passe ailleurs. »

« Notre atelier a nourri ma pratique et ma pensée. »

« J’ai fort hâte de ré-écouter. »

Alors c’est parti ! >> Les six petites pièces sonores réalisées en binôme par les participant.e.s de l’école sont disponibles à l’écoute sur le compte soundcloud de l’AHA. L’ensemble des photographies prises lors de cette expérience sont également disponibles à cette adresse, sur notre compte Facebook.

Ecole de printemps de l’AHA – « SON ET SCIENCES SOCIALES »

Oyez ! Oyez !

L’AHA organise une nouvelle école de formation à l’Université Libre de Bruxelles pour ce printemps 2017. Après une édition réalisée à l’automne 2015 autour de la vidéo et du dessin (voir notre chronique d’une école), nous proposons cette année de travailler sur les expériences et créations sonores et la manière dont elles peuvent renouveler notre regard – ou plutôt notre oreille ? – sur la pratique socio-anthropologique.

Les enregistreurs sont particulièrement répandus dans la pratique ethnographique et ils font partie du trousseau de l’enquêteur au même titre que le carnet de terrain, le crayon (et le parapluie ?). Très souvent utilisés comme outils de stricte captation du « réel », pour retranscrire les mots (authentiques !) de nos interlocuteurs ou pour conjurer la peur de perdre des informations, ils nous accompagnent jusque dans l’intimité de la production de connaissance.

L’école de l’AHA propose cette année de tendre une oreille plus attentive qu’à l’accoutumée sur cette pratique du quotidien de la recherche et d’en élargir le spectre de réflexion. Nous avons donc fait appel à deux spécialistes du son pour animer trois jours de formation et d’expérimentation : Clara Alloin, réalisatrice de documentaires radiophoniques, et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique.

Cet atelier intitulé « parole sensible et paysage sonore » aura lieu les 3-4 et 5 avril prochains sur le campus de l’ULB et suivra la trame suivante :

Jour 1 : Introduction – Écoutes collectives en extérieur et initiation à la prise de son.

Jour 2 : Prises de son en extérieur – Initiation au montage

Jour 3 : Montage et création de paysages sonores

Au soir du troisième jour, le mercredi 5 avril de 18h30 à 20h30, nous proposons une séance de restitution publique des expérimentations de l’école à l’Eau chaude – Het warm water, 5 rue des Renards – 1000 Bruxelles (qui organise d’ailleurs, tous les 2èmes jeudis du mois, des écoutes collectives !).

Tout le monde est bienvenu !

Attention ! Les inscriptions à l’école sont obligatoires et les places sont limitées. Écrivez-nous vite à l’adresse : contact[at]aha-lamc.xyz

Vous trouverez toutes les informations concernant les modalités d’inscription (délais et frais) dans le document téléchargeable ici.

 

Drôle de Manifeste

En cette rentrée, l’équipe AHA s’est prêtée au jeu de l’écriture d’un manifeste.

Que nous vaut cette solennité soudaine ? Tout à la fois : un désir étrange de déclamer des bizarreries, de chuchoter des histoires drôles et de parler, avec une simplicité matinée de délire, de ce à quoi nous tenons.

Drôle de manifeste

Première performance/lecture publique réalisée le 4 octobre 2016 dans les hauteurs de l’Institut de Sociologie de l’ULB. Pour tout devis, commande ou réclamation, adressez missives et pigeons voyageurs à l’adresse contact[at]aha-lamc.xyz

TURIKUWME – musique des ailleurs

« TURIKUMWE est un projet musical bruxellois né des voyages des uns et des retours des autres. Il investit le répertoire colombien et pourtant porte un nom burundais :
« Turikumwe », ça signifie « on est ensemble » en kirundi. Six artistes burundo-irano-mauriciano-franco-colombiano-belges, partis chacun d’univers musicaux différents,
explorent et partagent à leur façon un répertoire colombien tant ancestral que
contemporain. Le folkore afro-colombien (tambora, bullerengue et chaloupa) se compose
de chants tissés au temps de l’esclavage au carrefour des traditions africaines, indigènes
et espagnoles, et déploie une puissance qui invite le public à une danse flirtant avec la
transe. Les morceaux de cumbias contemporaines, puisées principalement dans le
répertoire de Lisandro Meza et d’Andres Landero, proposent eux la fraîcheur de rythmes
langoureux. Ce voyage festif et profond peut surgir partout, dans les bars, les fêtes de
quartiers, les festivals, pour peu qu’il y ait de l’espace pour six musiciens, leurs tambours
tendus de peaux de chèvre et un public généralement remuant. »

24 Juin: L’estancabra // Toulouse (Fr)

25 Juin: La Maison Blanche // Toulouse

« L’enquête et ses graphies » : films d’étudiants

L’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC-LAIOS) a le plaisir de vous convier à la dernière séance du séminaire L’enquête et ses graphies ; figurations iconographiques d’après société, le jeudi 16 juin 2016, de 15h à 17h30, salle 638 au bâtiment Le France, 190 avenue de France, 75013 Paris
Cette séance sera consacrée à la projection de films d’étudiants réalisés lors des ateliers d’ethnographie visuelle 2015 et 2016 :
Parcours à Paris-Store, 5 min., de Simon Kessler, Aurore Tamboite, Benjamina Robson
Poésie Paris-Store , 5 min., de Alexis Del Castillo, Manon Denoun, Emmanuelle Ricaud Oneto
Rencontres multiculturelles à Paris-Store, 7 min., de Coralie Gourdon, José Gastiaburu, Elsie Mégret, Fong Ming Yang, Mona Zegai
Barbès-La-Neuve, 6 min., de Audrey Jacques, Caroline Jullien, Emmanuelle Loève, Alexandra Zakharova
De l’or entre les gouttes, 8 min., de Christina Alexopoulos, Carl Houchon, Wladimir Kokkinopoulos, Aurore Tamboite, Matilde Valencia
Carne, 5 min., Iva Čápová, Florencia Muñoz, Elise Vray
Électrons libres, 5 min., de Gala Huilén Agüero, Hélène-Marie Juteau, Alice Langlois
en présence de
Elijah Anderson, Professor of Sociology, Yale University, USA
Corinne Fortier, anthropologue, LAS/CNRS
et Jacques Lombard, anthropologue & cinéaste
Elle sera suivie d’une discussion sur la façon dont chaque groupe a construit la note d’intention de son film au cours des repérages pour saisir une dimension particulière
du terrain et la manière dont celle-ci a évolué au cours de la prise de vues.
Toute l’équipe du séminaire, Laurent Berger, Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Langewiesche, Jean-Bernard Ouédraogo, Arghyro Paouri, espère avoir le plaisir de vous y voir nombreuses et nombreux afin de clôturer cette année ensemble.

Conférence philosophie et danse

Le Kaaitheater acceuille la philosophe Judith Wambacq (Université de Gand) ce mercredi 24 février pour une conférence sur la philosophie et la danse (en anglais).

unnamed

Judith Wambacq examine les analogies et les dissemblances entre la danse et la pensée. Un argument ou un mode de pensée suivent-ils les mêmes types de rythmes qu’une chorégraphie ? Ces affinités de forme et de mouvement rapprochent-elles les deux domaines ?

Les informations concernant cet événement sont disponibles sur le lien suivant:

http://www.kaaitheater.be/fr/e1734/a-propos-de-philosophie-et-de-danse/

Conférences-performances à l’Erg

EVANESCO ET DICO est une série de conférences/performances dans l’obscurité complète dans la galerie de l’Erg, présentée par Monsieur de Blangis. Pas d’yeux, pas de visages, pas d’images, que des voix. Darkness makes minds focused.

10406745_1657945061139879_7606170449321492540_n

“Je me ferme donc je suis <—> Rien n’est fermé” de Simone Borghi
Simone Borghi a été élevée dans un couvent de Carmélites déchaussées où elle étudiait en profondeur la philosophie médiévale et, en particuliers, les scolastiques. Suite à des événements qui restent encore obscurs, elle fut obligée de s’enfuir de l’institut religieux à l’âge de 19 ans. Après peu de temps, elle s’installe à Casablanca où se fait opérer pour changer de sexe. Sa biographie l’amène ainsi à s’intéresser aux Gender Studies, mais comme cela commençait à devenir fort à la mode, il décide de se consacrer plutôt à l’ontologie pure. Il passe les années suivantes dans plusieurs centres de recherche en Allemagne et Autriche, avant de s’installer à Bruxelles.

Quand : 18 février 2016
Où : erg, 87 rue du Page, 1050 Bruxelles
Ouverture : 18:30
Conférence/Performance* : 19:00
Durée totale (avec Q and A) : max. 1 heure
*impossible de sortir ou entrer pendant la séance

Malte – graphic anthropology

L’Atelier d’Hybridations Anthropologiques est heureux d’annoncer un évènement organisé par des collègues ! Kim Tondeur (formateur lors de la dernière école de l’AHA) et Sam Janssen, organisent une école autour de l’anthropologie graphique à Malte durant le printemps 2016.

EcoleMalteDu 26 mars au 9 avril, les participants testeront les possibilités et les limites de l’anthropologie graphique, réfléchiront aux usages de la bande dessinée dans le champs des sciences sociales, au rapport entre le dessin et la recherche etc. L’objectif est à la fois expérimental, réflexif et collectif. L’initiative soutenue par la KU-Leuven (Katholieke Universiteit Leuven, Belgium) et le réseau international xpeditions, spécialisé dans la recherche appliquée en anthropologie.

L’inscription est obligatoire, le coût de la formation de deux semaines s’élève à 1 350 euros, tous frais sur place compris. Tous les détails sont disponibles sur le site internet du projet et sur la plaquette de présentation ci-dessous.

EcoleMaltePDF

Appel à projets hybrides

La Fondation Carasso lance un appel à projets « hybrides » entre scientifiques et artistes inséré dans son programme « Art Citoyen ».
Fondation Carasso
Cet appel est intitulé  » Composer les savoirs pour mieux comprendre les enjeux du monde contemporain  » et doit remplir deux objectifs : (1) créer des collaborations transdisciplinaires entre artistes et scientifiques ; (2) renforcer les enseignements et la recherche artistique dans les formations de l’enseignement supérieur.
Les projets devront se déployer préférentiellement entre la France et l’Espagne.
Date limite de dépôt des dossiers : 15 avril 2016
Téléchargez le descriptif ici.

Chronique d’une école

Après une journée organisée le 10 juin 2015 autour de la question de la rencontre entre les sciences sociales et les arts, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques remercie tous les participant.e.s et visiteur/se.s présents lors de la première édition de son école d’automne, les 16, 17 et 18 novembre derniers. Cette école, deuxième évènement proposé par l’AHA, était conçu comme un moment privilégié pour mettre à l’épreuve et expérimenter les grandes propositions qui tiennent le collectif : partager des savoir-faire, échanger des expériences, penser la limite entre les arts et les sciences sociales, la tester, la bousculer, réfléchir collectivement, coproduire dans la gaité et la réflexivité, cheminer vers l’horizon de l’horizontalité… Aussi ambitieux que ce bouillon hybride puisse paraître, il nous semble que l’école a largement rempli ses objectifs et nous la considérons comme une réussite qui ouvre le chemin de nombreuses expérimentations et réflexions futures !

AB

C

C1

Durant ces trois jours d’école, chercheur.e.s et étudiant.e.s en sciences sociales se sont côtoyés dans des ateliers animés par des professionnel.le.s de la vidéo et du dessin. Nous remercions bien bas Réjane Vallée, Marta Kucza, Kim et Bruno Tondeur, Joal Grange et Florent Grouazel de s’être prêté.e.s au jeu de la transmission de connaissance et de savoir-faire dans les contraintes de la courte parenthèse ouverte, d’avoir mis en partage leur expérience et leur point de vue sur les techniques artistiques que nous avons travaillées ensemble. Nous remercions les étudiant.e.s pour l’enthousiasme et l’ardeur avec laquelle il/elle.s ont embrassé l’initiative et se sont mis à « faire », sans inhibition et en grande intelligence. Nous remercions enfin les chercheur.e.s et professionnel.le.s participant d’avoir joué le jeu avec décontraction et bienveillance, d’avoir saisi les occasions propices pour éclairer les uns et les autres de leurs lanternes aguerries et pour poser les grandes questions qui nous animent tous.

D

E

F

H

I

J

Il nous semble que chacun.e a appris des interactions, des discussions et des confrontations de points de vue durant ces trois jours dont il ressort une double envie de libération individuelle et d’expérimentation collective. Chacun.e peut se saisir des techniques artistiques avec lesquelles il/elle se sent une affinité particulière. Dans la pratique et l’échange surgissent ensuite les questionnements, les réflexions, se construisent les projets et c’est par le cœur que se renforce la légitimité d’une démarche.

K

L

M

Bien sûr, la formule de l’école est perfectible et nous ne jouons pas à nous couvrir de lauriers non mérités ! Nous avons d’ailleurs discuté des points d’organisation et de contenu à retravailler avec les uns et les autres de vive voix, par email ou lors de la rencontre de bilan organisée le vendredi 27 novembre dernier (merci aux présents !). Mais ce qui nous semble le plus important est que tout le monde paraît s’être retrouvé dans cette expérience, qui s’est conclue en beauté lors d’un pot de clôture décontracté et joyeux à La Quincaillerie des Temps Présents, un très bel endroit à l’accueil chaleureux.

N

Pour l’AHA, l’effervescence qui a marqué l’école d’automne sonne comme un très bon début ! Et nous espérons vivement pouvoir continuer à réfléchir, expérimenter, partager avec vous sur les chemins de traverse de l’hybridation anthropologique !

Un grand merci à tous !

Programme de l’École d’automne de l’AHA

À environ trois semaines de la réalisation de l’École d’automne de l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques, il est temps d’en publier le programme ! Celui-ci est illustré par Joal Grange, co-animateur de l’atelier dessin : observation, mémoire et doodling.

FlyerEcoleAHArecto3FlyerEcoleAHAverso

À noter que le détail des salles où auront lieu les ateliers sera donné au dernier moment.

Il est encore temps de vous inscrire ! Suivez la procédure d’inscription disponible ici.

Pour ceux qui ne pourront pas participer à la réalisation de cette école mais qui sont intrigués par le résultat de nos expérimentations, nous vous attendons nombreux à La Quincaillerie des Temps Présents, 66 rue du Viaduc à Ixelles, pour une session conclusive de partage et de discussion : le mercredi 18 novembre de 14h à 17h30. Nous serons heureux de vous y rencontrer/retrouver.

À très bientôt !

Inscriptions – école d’automne de l’AHA

Les inscriptions à l’école d’automne de l’AHA sont ouvertes !

Au programme, quatre ateliers de formation :

  • Atelier de sociologie visuelle : réflexivité, cadre et montage – animé par Réjane Hamus-Vallée, maîtresse de conférence en sociologie visuelle
  • Atelier cinéma : auto-ethnographie et défamiliarisation – animé par Marta Kucza, artiste visuel.
  • Atelier d’anthropographie : écriture graphique et outil de terrain – animé par Kim Tondeur, socio-anthropologue et Bruno Tondeur, animateur 2D et illustrateur
  • Atelier dessin : observation, mémoire et doodling – animé par Joal Grange, dessinateur et Florent Grouazel, auteur de bandes dessinées

Le détail de la procédure d’inscription est disponible ici :

Ouverture Inscriptions - image

Ethnography and artistic research

Brussels Arts Platform and the Schools of Arts of Erasmus University College Brussels, are organising an Ethnography and Artistic Research Symposium on 12 November 2015.

They look for artists who use research methods from social sciences, specifically ethnography, to present their creative process in a reflexive perspective. The « artistic researchers » will gather at the Royal Flemish Academy of Belgium for Science
and the Arts in Brussels.

Deadline : 20 September 2015

All details are here : E_Call_Contactforum

 

Sound / Image / Culture

Le collectif d’artistes et d’anthropologues bruxellois SIC – Sound/Image/Culture lance son appel à candidatures annuel pour des personnes portant un projet hybride (film, installation vidéo, création sonore etc.) mêlant art et anthropologie. La formation/couveuse de projet est destinée à un nombre limité de 15 participants et coûte 1000 euros.

Attention, date limite de dépôt des candidatures pour le 1er octobre 2015 !

SIC – CALL FOR APPLICATIONS 2016

Toutes les informations sont disponibles sur le site internet de l’asbl :

SIC - capture site