Journée de clôture AHA

Chers collègues et ami.e.s,

Nous vous invitons à une journée d’étude organisée par l’AHA – Atelier d’Hybridations Anthropologiques, visant à clôturer l’année académique par un inventaire des « hybridations » en cours, au sein de l’atelier et dans son cercle proche.

Organisée le 30 juin prochain, de 10h à 16h à l’institut de sociologie de l’ULB, cette journée aura pour programme : projections, récits d’expériences, discussions et écoutes, autour du projet que s’est donné l’AHA : penser et expérimenter à l’interface des sciences sociales et des arts et techniques.

Les présentations seront suivies de l’assemblée générale de l’atelier.

L’affiche de l’évènement contient toutes les informations détaillées dont vous aurez besoin pour participer à la journée.

En espérant vous voir nombreux/ses le 30 juin prochain,

L’équipe de l’AHA
contact@aha-lamc.xyz

L’école AHA 2017 à l’écoute !

Il y a environ un mois, l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques organisait la seconde édition de son école Arts et Sciences sociales. Cette année, l’AHA s’est intéressé à l’univers du sonore et a invité Clara Alloing, réalisatrice de documentaires radiophonique et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique, pour animer un atelier qu’ils ont intitulé « paroles sensibles et paysages sonores ».

L’atelier a regroupé une douzaine de participant.e.s, étudiant.e.s, chercheurs, artistes, tou.te.s à leur manière explorateur/trice.s de l’entre deux chaises, inconfortable zone de trouble entre des mondes qui se font face sans toujours se parler : que faisons-nous ? comment le qualifier ? comment le ranger ? C’est de l’art ? de la science ? ou du cochon… ?

Les attentes de chacun.e étaient différentes mais se faisaient étonnement écho les unes aux autres. Parmi elles une forme de curiosité pour le son et l’idée de l’hybride, ainsi qu’un certain besoin de trouver des pairs, des personnes semblablement troublées par l’inconfort, avec qui se mettre en dialogue.

Durant trois jours, le groupe s’est immergé dans des écoutes en intérieur et en plein air (le printemps avait pointé son nez), afin de sensibiliser les oreilles de chacun et d’élargir le spectre de notre expérience sensible du monde.

Des duos se sont ensuite constitués pour capter, à l’aide d’enregistreurs, la diversité de l’univers sonore du campus de l’Université Libre de Bruxelles, depuis les espaces les plus connus aux plus inconnus. De retour en salle, chaque paysage sonore a commencé à prendre forme après montage sur le logiciel Reaper.

L’objectif poursuivi dans la création des paysages sonores était de questionner le statut du son dans les sciences sociales, en particulier de discuter de la place prépondérante prise par la parole. Trop souvent limitée à son statut d’information discursive, la parole des interlocuteur/trice.s de la recherche en sciences sociales est la plupart du temps archivée et retranscrite pour être analysée de manière textuelle. Ici, l’idée était de travailler le « son comme une matière plastique, expressive et émotionnelle », pour reprendre les mots de Yann Paranthoën, « pirate des ondes » radiophoniques aujourd’hui disparu.

Nous avons donc du laisser de côté, pour un temps au moins, le discours cher aux sciences sociales, afin d’ouvrir l’oreille et de faire un pas de côté dans l’expérience de recherche. Les voix sont ainsi devenues des sons parmi d’autres, colorant le monde sensible exploré par les duos au sein du campus de l’ULB. Cette consigne radicale était bienvenue pour profiter au mieux du cadre restreint de l’école et pour produire, avec le peu de temps dont nous disposions, des traces intéressantes de cette aventure collective.

Les différentes narrations sonores produites lors de cet atelier de trois jours ont tenté de saisir des ambiances, des atmosphères témoignant de la richesse des lieux et des histoires composant un campus universitaire. À travers les sons des machines, des rires, des musiques, des portes, des objets rythmant le quotidien, on explore l’université par les sens, en tâtonnant dans la découverte de sons inconnus, de sons inqualifiables, de sons évocateurs ou encore de sons profondément inscrits dans nos mémoires physiques et psychiques.

Les machines de la scierie et du travail des menuisiers reclus dans leur atelier fait écho à la petite musique du camion à gaufres qui sonne la fin des cours et le retour en tram. Le silence feutré de la bibliothèque contraste avec les éclats de rire résonnant près du babyfoot, alors que le chant des oiseaux de la serre nous emporte à l’extérieur, dans la météo printanière qui a profité à la réalisation de l’école.

Au soir du dernier jour, les participant.e.s à l’école et les fidèles compagnons de route de l’AHA se sont retrouvés à L’Eau Chaude – Het warm water, dans les Marolles, afin d’écouter un paysage sonore filé, mosaïque des contributions des différents duos. La discussion issue de cette écoute a pu pointer la diversité des points de vues narratifs choisis dans la création des paysages sonores : de la rêverie évocatrice d’une atmosphère estudiantine à l’ambition documentaire explorant un lieu dans ses moindres détails, les différentes contributions se sont distribuées sur un spectre large de l’hybridation sonore. Nous nous félicitons d’avoir pu ouvrir cet espace des possibles dans l’interstice inconfortable duquel nous étions partis.

Merci encore à tou.te.s d’avoir participé à cette expérience collective enrichissante !

Voici quelques paroles de participant.e.s :

« J’ai eu beaucoup de plaisir pendant ces trois jours… J’ai aussi trouvé l’approche très ‘’efficace’’ : par des praticiens ; par l’écoute ; avec un minimum d’outils pour réaliser quelque chose en binôme ; et une consigne bienvenue : exprimer par les sons (autre chose que la discursivité langagière). »

« Un grand merci à vous tous pour cet atelier riche en sons et émotions. »

« C’était une belle surprise de retourner à l’université dans ce cadre ! Ça faisait du bien de se ressaisir de ses murs et de ses bruits, d’une manière ouverte et attentive à ce qui se passe ailleurs. »

« Notre atelier a nourri ma pratique et ma pensée. »

« J’ai fort hâte de ré-écouter. »

Alors c’est parti ! >> Les six petites pièces sonores réalisées en binôme par les participant.e.s de l’école sont disponibles à l’écoute sur le compte soundcloud de l’AHA. L’ensemble des photographies prises lors de cette expérience sont également disponibles à cette adresse, sur notre compte Facebook.

14 Propositions pour une sociologie visuelle et filmique

La Sociologie visuelle regroupe actuellement les sociologues qui utilisent dans leurs recherches les images fixes ou animées existantes. Tout en associant ces sociologues, le Réseau Thématique de l’association française de sociologie « Sociologie Visuelle et Filmique » a pour objectif de réunir les sociologues qui réalisent ou qui participent à la réalisation des documentaires sociologiques.

Ensemble, ils et elles proposent un MANIFESTE comprenant 14 propositions pour une sociologie visuelle et filmique

Les propositions suivantes résultent d’un travail de confrontation entre spécialistes des sciences humaines et cinéastes. Ce Manifeste pour une sociologie visuelle et filmique a pour objectif d’associer la démarche du sociologue proprement dite à celle du documentariste.

Ce champ relève à la fois du prolongement d’une démarche qui a existé dans les années 1950-1970 et de sa renaissance ou de sa re-création ; reconnaître le caractère cumulatif de la démarche participe d’ailleurs de son développement.

La sociologie qui s’est construite dans la confrontation avec les autres disciplines comme une activité scientifique a créé les méthodologies d’une approche qui la légitime dans le champ des connaissances. Relire le processus de production scientifique de l’écrit nous permet de mieux comprendre ce qui peut générer le processus de production scientifique sociologique par l’image et le son.

Longtemps négligée ou non posée comme essentielle, dans le développement d’une production abstraite, la perception visuelle et sonore a retrouvé chez nombre de sociologues son droit de cité. En effet, celle-ci participe pleinement de la construction de l’objet, moment fort de la problématisation qui repose sur la mobilisation de l’appareil conceptuel s’articulant au travail de terrain. Cet ensemble fonde le background du sociologue, ce par quoi il a été initié, ce par quoi il se distingue et qui participe du processus de production d’une représentation du réel. Les écrits sociologiques qui en découlent sont à leur tour réinterprétés à l’aune des savoirs et des perceptions du lecteur.

Penser le processus de production scientifique dans le documentaire sociologique relève d’une démarche similaire. Les couples réalité/perception sensorielle, construction de l’objet/travail de terrain, appareil conceptuel/enquête préalable sont aussi mobilisés par ce même background du sociologue documentariste. Mais la captation sensorielle acquiert ici un autre statut, la vue et l’ouïe y sont visibles et audibles à travers l’image et le son et participent pleinement de la construction de la représentation du réel. Le cadrage, le choix des séquences, le hors champ, le son, les mouvements de caméra, le rythme, le choix des temporalités qui s’opèrent dans la prise de vue et le montage rendent compte explicitement du point de vue, tandis que la diffusion du documentaire à l’écran le confronte à la réception et au background du spectateur.

Ce manifeste loin de vouloir normer ce champ a pour objectif de favoriser les débats et les réflexions pour que soit reconnue l’écriture visuelle et filmique de la sociologie.

Pour lire ledit manifeste: https://rt47.hypotheses.org/manifeste/quatorze-propositions-pour-une-sociologie-visuelle-et-filmique

 

La culture matérielle et visuelle à Lille

Ce printemps, l’université de Lille 3 accueillera le séminaire interdisciplinaire « Culture matérielle et visuelle », organisé dans le cadre de l’école doctorale SHS de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion – IRHiS. Gil Bartholeyns (chaire CNRS/université) et Manuel Charpy (CNRS) proposent d’explorer « de nouveaux univers sensibles en lien avec les images, les cultures et les techniques dans une perspective multidisciplinaire. » Trois journées du mois de mai verront se rencontrer pêle-mêle historien.ne.s, anthropologues, cinéastes et sociologues pour évoquer les sciences humaines et sociales au prisme des images.

Voici le détail des journées :

Journée 1 – mercredi 3 mai 2017 (10-17h)

« Images conquérantes »

  • Marie de Rugy (historienne, Université Paris 1) : Des « travaux informes » pour conquérir l’Indochine, fin XIXe siècle.
  • Nathalie Dereymaeker (historienne, Université Lille 3) : « Les plans-reliefs, ça sert, d’abord, à faire de la politique »
  • Isabelle Surun (historienne, IRHiS, Université Lille 3) : Ceci n’est pas un « zoo humain ». Des Sénégalais à l’Exposition universelle de 1889
  • Marie-Eve Bouillon (historienne, LHIVIC, EHESS): Stratégies photographique de l’imaginaire touristique : le Mont Saint Michel

Journée 2 mercredi 17 mai 2017 (10-17h)

« L’image et le vivant »

  • Perig Pitrou (anthropologue, CNRS, LAS, Collège de France) : La fabrication de nouvelles écologies. Expérimentations en bioart et biodesign
  • Lucienne Strivay (anthropologue, Université de Liège) : Rendre forme. Instabilité ontologique de la taxidermie
  • Camille Lorenzi (historienne, Université Paris 1) : L’aquarium au XIXe siècle, une « fabrique d’images » de la vie sous-marine
  • Linda Ibbari (cinéaste, monteuse) : Maîtresse (2017) : trouble dans l’animalité

Journée 3 – mercredi 31 mai 2017 (10-17h)

« Politique de la maison »

  • Charlotte Vorms (historienne, Université Paris 1) : Bidonvilles : enquête sur l’administration des quartiers périphériques à Madrid sous le franquisme
  • Anne Schiltz, Charlotte Grégoire (cinéastes, anthropologues) : Charges communes (2002) : un terrain, un film
  • Lyang Kim (cinéaste, anthropologue, EHESS) : Maisons à la frontière : Dream House by the Border (2013) et Resident Forever (2016)
  • Yasmine Bouagga (sociologue, CNRS, ENS Lyon) : Le camp de Calais en bande dessinée

Et l’affiche de l’évènement :

Univers sonore en 3D

Vous avez encore des doutes sur la capacité des techniques d’enregistrement et d’édition sonores à recréer des atmosphères et des ambiances de manière fine ? On vous invite chez le barbier pour une expérience techniquement impressionnante et non dénuée de poésie… Mettez un bon casque audio sur vos oreilles, appuyez sur play, fermez les yeux et écoutez :

L’entreprise QSound Labs, spécialisée dans la création d’outils numériques et de technologies d’édition sonore, a créé cette petite capsule audio pour promouvoir leurs activités et leurs produits. Nous, nous profitons juste de cette publicité devenue virale et remercions internet et ses usagers de partager ce petit moment qui fait frissonner les tympans.

Et n’oubliez pas de venir à notre école de printemps « Sons et sciences sociales » !

Ecole de printemps de l’AHA – « SON ET SCIENCES SOCIALES »

Oyez ! Oyez !

L’AHA organise une nouvelle école de formation à l’Université Libre de Bruxelles pour ce printemps 2017. Après une édition réalisée à l’automne 2015 autour de la vidéo et du dessin (voir notre chronique d’une école), nous proposons cette année de travailler sur les expériences et créations sonores et la manière dont elles peuvent renouveler notre regard – ou plutôt notre oreille ? – sur la pratique socio-anthropologique.

Les enregistreurs sont particulièrement répandus dans la pratique ethnographique et ils font partie du trousseau de l’enquêteur au même titre que le carnet de terrain, le crayon (et le parapluie ?). Très souvent utilisés comme outils de stricte captation du « réel », pour retranscrire les mots (authentiques !) de nos interlocuteurs ou pour conjurer la peur de perdre des informations, ils nous accompagnent jusque dans l’intimité de la production de connaissance.

L’école de l’AHA propose cette année de tendre une oreille plus attentive qu’à l’accoutumée sur cette pratique du quotidien de la recherche et d’en élargir le spectre de réflexion. Nous avons donc fait appel à deux spécialistes du son pour animer trois jours de formation et d’expérimentation : Clara Alloin, réalisatrice de documentaires radiophoniques, et Antonin Simon, compositeur de musique électroacoustique.

Cet atelier intitulé « parole sensible et paysage sonore » aura lieu les 3-4 et 5 avril prochains sur le campus de l’ULB et suivra la trame suivante :

Jour 1 : Introduction – Écoutes collectives en extérieur et initiation à la prise de son.

Jour 2 : Prises de son en extérieur – Initiation au montage

Jour 3 : Montage et création de paysages sonores

Au soir du troisième jour, le mercredi 5 avril de 18h30 à 20h30, nous proposons une séance de restitution publique des expérimentations de l’école à l’Eau chaude – Het warm water, 5 rue des Renards – 1000 Bruxelles (qui organise d’ailleurs, tous les 2èmes jeudis du mois, des écoutes collectives !).

Tout le monde est bienvenu !

Attention ! Les inscriptions à l’école sont obligatoires et les places sont limitées. Écrivez-nous vite à l’adresse : contact[at]aha-lamc.xyz

Vous trouverez toutes les informations concernant les modalités d’inscription (délais et frais) dans le document téléchargeable ici.

 

Ambiances : appel et bonus AHA

Dans l’actualité de la publication scientifique, l’AHA relève l’appel à contribution de la revue Communications sur les ambiances et les atmosphères : Exercices d’ambiances. Présences, enquêtes, écritures / The exercise of atmospheres. Presences, investigations, writings. En voici le court argumentaire (suivez le lien plus haut pour le détail) :

« Les chercheurs intéressés par les ambiances – anthropologues, sociologues, historiens ou phénoménologues mais aussi géographes et ethnologues, ethnomusicologues et théoriciens de l’architecture, du théâtre, du cinéma ou de la création littéraire – développent de nouvelles manières d’écrire et de mener leurs enquêtes. Cette livraison de Communications entend bénéficier d’un tel climat intellectuel en interrogeant la « puissance heuristique » de la notion d’ambiance, outil méthodologique susceptible de faire converger divers champs de recherche. »

La date limite d’envoi des résumés de vos contributions éventuelles est fixée au 19 mars 2017, pour une réception des articles complets dans le courant de l’été.

À vos plumes !

Teasing…

Nous en profitons pour annoncer brièvement que la prochaine session de l’école Arts et Sciences sociales de l’AHA traitera de la question des ambiances et des atmosphères, du point de vue des techniques de prise et de montage son. Les participant.e.s à notre école seront invité.e.s à réfléchir à la notion de paysage sonore et à créer leur soundscape durant les ateliers expérimentaux animés par des professionnels de la recherche et de la diffusion sonore. Nous vous donnerons plus de détails sur cette école très vite !

En attendant, pour réfléchir à la question et voyager avec les sons, nous vous invitons à explorer le soudcloud de Marie-Pierre Lissoir, docteure en ethnomusicologie et membre du LAMC, qui a amorcé une collecte de sons bizarres et d’ambiances lointaines sur son terrain de recherche, au Laos. Pour les plus curieux, elle propose d’écouter des sons mystérieux et de jouer à en identifier la provenance… Cliquez sur l’image !

Séminaire ABBA – Quels films pour quelles ethnographies ?

Le séminaire ABBA, organisé par le Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) vous convie à une séance de projection intitulée :

Quels films pour quelles ethnographies ? Projections et commentaires méthodologiques autour de 3 démarches filmiques.

Pierre Petit, directeur du Lamc, Madeleine Sallustio et Samuel Lempereur, doctorants rattachés au Lamc, présenteront leurs films et animeront la discussion.

Rdv ce vendredi 24 février 2017, de 14 à 16h, dans la salle Doucy (S.12.123), au 12e étage de l’institut de sociologie (campus Solbosh de l’ULB)

Pour plus d’information concernant ce séminaire, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : seminaire.abba@gmail.com

Recherch’Arts – évènement !

Le collectif Recherch’Arts organise un évènement de deux jours à Paris intitulé « Et si je diffusais ma recherche de manière créative? »

Le programme est alléchant et éclectique : des recherches en sciences sociales seront présentées sous forme de performances artistiques : théâtre, films, bande-dessinée, danse etc.

Voici le détail du programme des deux jours.

PREMIERE JOURNEE : vendredi 24 février 2017
Lieu : Alliance française – Auditorium, 101 Bd Raspail, 75006 Paris

Matin : Les enjeux de la recherche et de sa diffusion 9h-13h30

– Théâtre : Le doute et l’interrogation. Des discours que l’on tient au nom de l’histoire enseignée à nos enfants – Maylis Ferry, doctorante en science politique à l’Université de Bordeaux.

– Journal sonore : Un journal sonore tiré d’une enquête ethnographique : un outil de médiation original qui met en scène la réalité de l’enquête, de la recherche et de l’intime – Anouk Batard, doctorante en Science politique et sociologie, rattachée au LaSSP, IEP de Toulouse.

– Exposition : PAUSE CAFE ET PRESENTATION DE L’EXPOSITION DREAMS.  » Au croisement de l’ethnographie, de la photographie et de la danse »
Laura Steil, anthropologue, IHP/School for International Training et Caroline Monestiez, danseuse et médecin psychiatre.

– Bande dessinée : Un blog de sociologie en bande dessinée : Pour qui ? Pour quoi ? – Léa Mazé, auteure de bande dessinée, et Pierre Nocerino, doctorant en sociologie à l’EHESS.

– Cartographies textiles : Sensibiliser les savoirs par la recherche-création – Elise Olmedo, Docteure en géographie EHESS, Ater en géographie Université Paris Est Créteil.

Après-midi : l’audiovisuel en recherche 14h30- 19h

– Maquette 5D : Bretez II : Une valorisation à large spectre – Mylène Pardoen, docteur en musicologie, ISH de Lyon

– Film documentaire : Au-delà des mots, l’émotion. Ré exion autour des rapports entre le lm de recherche et le texte scientifique – Eric Komlavi Hahonou, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, maître de conférence à l’université de Roskilde

– Film documentaire : « Benvenuti » – Laura Auriole, réalisatrice diplômée en anthropologie à l’Université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne) et Annalisa Lendaro, chercheuse CNRS au Certop de Toulouse

DEUXIEME JOURNEE : Samedi 25 février
Lieu :  Musée Dapper, 35 bis rue Paul Valery, 75016 Paris

Spectacle à prix libre de 18h à 20h :

– Performance théâtrale : Jeu suis migrant – Giulia Breda, doctorante en sociologie à l’Université de Nice et Arihana Villamil, doctorante en anthropologie à l’Université de Nice

– Théâtre et danse : Entre-deux de danses et d’anthropologie : Travers et Traversées de frontières – Marie Lasserre, doctorante en anthropologie à l’EHESS et Thierno Ndiaye, danseur professionnel.

Soutiens et Partenariats : École des Hautes Études en Sciences Sociales, Institut des Mondes Africains, Alliance Française, Musée Dapper

Ecrire un article scientifique en format BD – Lucie Smolderen et Romain Minguet, « Un fil d’Ariane dans le Dendi »

Publier un article scientifique en format BD? Lucie Smolderen (CAC- ULB) et Romain Minguet ont relevé le défi.

Leur article, « Un fil d’Arianne dans le Dendi », a été publié en 2013 dans la revue « Techniques et Culture » (disponible à l’adresse suivante: https://tc.revues.org/734). Il combine à la fois une contextualisation des données ethnographiques et un retour méthodologique d’une enquête de terrain.

img-9

 

EHESS – Méthodes visuelles et sensorielles

Ce 31 Janvier 2017 aura lieu l’atelier doctoral « Méthodes visuelles et sensorielles » à l’EHESS (Paris).

Séance 3: SOUND STUDIES avec la participation de Jean-Paul Thibaud (DR, CNRS – Cresson) et Marina Rougeon (Labex Comod – ENS Lyon).

16195418_1891896254363296_7755989975514423360_n

Entrée libre (190 Av. de France, 75013 – Métro: Quai de la Gare).

Plus d’info : https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1334/

La Semaine Du Son à Bruxelles

La Semaine du Son aura lieu du 30 Janvier au 5 Février 2017, dans divers lieux de Bruxelles, et c’est gratuit.

logo-1

Le projet de la Semaine du Son est né à Paris il y a une dizaine d’années dans la tête d’un ingénieur acousticien français, Christian Hugonnet, qui regrettait de voir les questions liées au sonore se cloisonner entre professionnels. C’est pour étendre le débat à un large public et sensibiliser le monde politique sur ces questions qu’il imagina une semaine événementielle autour des questions du sonore.

Ce projet s’est développé au point qu’il existe aujourd’hui dans 50 villes françaises ainsi qu’à Genève, Montréal et Athènes, en Argentine, au Mexique, en Colombie et à Bruxelles. Travaillant tous sous le même label, chaque partenaire jouit d’une totale liberté de programmation.

bnaemilio-lopez-menchero

La semaine du son c’est :

  • Des artistes et des chercheurs
  • Des spécialistes, professionnels ou passionnés
  • Des conférences et ateliers
  • Des performances et concerts
  • Des parcours sonores et tables rondes…
  • Dans au moins 15 lieux différents de Bruxelles !

La semaine du son est surtout une réflexion ouverte, informative et didactique dans les domaines :

  • De la création (les écritures, les paysages sonores, la musique, la radio, le cinéma, les installations vidéo…)
  • De la diffusion (qualité, moyens et formes de diffusion, les supports…)
  • Environnemental (architecture, acoustique des lieux, nuisances sonores…)
  • Et de la santé (niveaux sonores, santé auditive, subjectivité des sons…).

Plus qu’un festival, la Semaine du Son est un événement sociétal qui éveille nos résistances, nos espoirs et nos attentes dans le domaine du sonore.

Altérités, festival de cinéma ethnographique – 1ère édition – Du jeudi 9 au dimanche 12 mars 2017 à Caen.

Dans le sillage de La semaine du cinéma ethno organisée chaque année au cinéma Lux de 1995 à 2013, la Fabrique de patrimoines en Normandie présente, le festival Altérités.

Le festival Altérités, propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. La programmation s’étend du jeudi au dimanche : l’après-midi à la bibliothèque Alexis de Tocqueville et le soir au cinéma Lux. Les projections seront accompagnées de temps de rencontres et d’échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes et des chercheurs en sciences sociales, notamment des ethnologues.

Le jeudi 9 mars, le festival accueille le Comité du film ethnographique pour un hors les murs consacré à l’œuvre de Jean Rouch, à l’occasion du centenaire de sa naissance. La programmation du vendredi 10 au dimanche 12 mars aura pour thème « Réconciliations » : du conflit de voisinage ordinaire aux tentatives de réconciliations et de cohabitation après le traumatisme d’un génocide, comment la loi et la coutume peuvent ou non aider à résoudre les conflits.

unnamed
www.festivalalterites.com

Ecrire avec les sons en sciences sociale

Séminaire EVS 6 (organisé par Olivier Givre et Lydia Coudroy de Lille)
Vendredi 20 Janvier 9h-12h30
18 rue Chevreul (salle 604), Lyon
– Alice Aterianus-Owanga (FMSH/IFAS, Johannesburg) et Jorge P. Santiago (Université Lyon 2, EVS) : Présentation de l’ouvrage Aux sons des mémoires. Musiques, archives et terrain (PUL, coll. « Nouvelles écritures de l’anthropologie », 2016).
– Yaël Epstein et Laura Jouve-Villard (CMTRA, Lyon) : Pratiques et enjeux de la collecte, de l’archivage et de la valorisation des musiques et des sons au Centre des Musiques Traditionnelles en Rhône-Alpes.
– Mylène Pardoen (ISH de Lyon, EVS) : L’hétérographie : une autre façon d’écrire.

Appel à film de la part de l’association Filmer le travail

La 8e édition du festival Filmer le travail aura lieu du 10 au 19 février 2017 à Poitiers et sera rythmée par différents événements tels que la compétition internationale, des rétrospectives de films, des séances spéciales, des rencontres professionnelles et le concours FILME TON TRAVAIL. 

Ce concours est ouvert à tous et toutes.

Tous les genres sont acceptés (fiction, documentaire, expérimental, clip, stopmotion, portrait, interview, court métrage, etc.) avec pour seule condition que le film ne dépasse pas 15 minutes. Les vidéos choisies seront projetées lors d’une séance spéciale pendant le festival Filmer le travail 2017.  Deux caméras ou prix équivalents d’une valeur de 1200 € et 800 € sont à gagner.

Inscription des films avant le 16 janvier 2017.

Voir site: http://filmerletravail.org/archives/10850

fftlogo-530x353L’association Filmer le travail est le fruit d’un partenariat entre l’Université de Poitiers, l’Espace Mendès Fr
ance (EMF) et l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT).

Elle vise trois grands objectifs:

  • Cinématographique. Faire connaître à un public large la production cinématographique sur le thème du travail à un moment où l’on assiste à un retour du travail dans le cinéma, une multiplication des images et à une redéfinition des frontières entre réel et fiction.
  • Scientifique. Analyser et dynamiser l’usage de l’image (fixe ou animée) en Sciences sociales.
  • Citoyen. Ouvrir un espace de réflexion et de débats sur l’évolution et l’avenir du travail.